Uncategorized

Ford Fiesta 1.25 Ghia à l’essai

248Views

Ford Fiesta 1.25 Ghia à l’essai

Ford Fiesta 1.25 Ghia à l'essai 2

Pas de panne

Le constructeur automobile Ford, basé à Cologne sur le Rhin, est en plein essor – du moins en ce qui concerne la qualité de la gamme de modèles. Le test d’endurance sur plus de 100 000 kilomètres montre si la Fiesta profite également de cette tendance.
petites voitures sont de plus en plus grosses. Une déclaration qui ne nécessite pas de mention spéciale tant qu’elle ne concerne que l’augmentation des dimensions. N’importe qui peut construire de plus grosses voitures.
Mais pas mieux. Le véritable progrès dans cette catégorie réside donc dans le développement de la taille intérieure, l’échelle qui distingue les voitures bon marché des voitures bon marché. L’une des petites voitures qui ont entre-temps atteint un degré de maturité remarquable est celle –
leblogautosmag
qui a pu s’en convaincre lors du test d’endurance que le modèle Flair rouge à quatre portes (maintenant appelé Style) a débuté en mai 1996. Les 100 000 kilomètres ont passé le corps presque sans laisser de traces. Les bruits de cliquetis et de grincements sont étrangers à la Fiesta, même après la fin de l’essai, et les matériaux de surface à l’intérieur sont encore convaincants avec une qualité que les autres minis n’ont pas en premier lieu. Même des concurrents bien établis tels que VW Polo et Opel Corsa ne peuvent rivaliser avec la solidité offerte ici. En termes de qualité, la Fiesta est sans aucun doute la référence dans sa catégorie en ce moment.
La vitesse à laquelle la rédaction a parcouru les 100 000 kilomètres en voyages d’affaires, en vacances, en courts trajets ou en autoroutes témoigne également de ses avantages. Personne n’a hésité à choisir la Fiesta comme compagne de longue distance, et c’est ainsi que le compteur kilométrique indiquait les 100 000 véhicules après seulement un an et demi. A titre de comparaison : la Renault Twingo, également très populaire dans la rédaction, a pris plus de deux ans pour la même distance. Des sièges inconfortables et un moteur faible lui ont prouvé qu’il était plus que des candidats pour de courtes distances.
La Fiesta a été épargnée de cette stigmatisation par le moteur fougueux de 75 ch de la seule famille Zetec SE. Avec l’aide du moteur puissant et cultivé, la Ford a pris une forme trop grande. “Assez vite, le petit”, dit-il dans les cartons jaunes, dans lesquels les pilotes notent tous les éléments visibles en plus du ravitaillement. Le rédacteur en chef Frank Warrings, qui se rend souvent de Stuttgart à Jever, sa ville natale, le week-end dernier, a déclaré après plus de 6000 kilomètres parcourus avec la Fiesta : “A peine une petite voiture que nous avons eue jusqu’ici lors du test d’endurance, se conduit si adulte. Surtout sur de longues distances.” Les avantages du moteur à quatre soupapes se sont également répandus parmi les clients : Environ 25 pour cent choisissent ce moteur, qui est 1000 Marks plus cher que le quatre cylindres de 60 cv. Il en coûte aussi plus cher en essence, bien sûr. Une consommation d’essai de 8,2 litres aux 100 kilomètres est trop élevée pour une voiture de cette taille, d’autant plus que la Fiesta prenait parfois entre onze et douze litres sur des tronçons rapides d’autoroute.
De nombreux arrêts à la station-service étaient également nécessaires car le réservoir de carburant, vu la consommation élevée de 42 litres, n’offre guère de capacité et un affichage incorrect laissait toujours les pilotes indécis quant aux quantités de carburant restant disponibles. Surtout lorsque les stocks sont faibles, cela devient critique, car toutes les variantes d’équipement, à l’exception du Ghia, n’ont pas d’affichage d’avertissement de réservoir standard. Ici, Ford a clairement économisé au mauvais endroit. Certaines restrictions doivent également être apportées en ce qui concerne les sièges. Bien qu’ils soient solidement construits, ils offrent trop peu de soutien dans le bas du dos. Malgré le réglage électrique de la hauteur, qui fait l’objet d’un supplément dans cette variante, certains ont également cherché en vain la position d’assise idéale – en raison de la longueur et de l’inclinaison légèrement trop forte du siège, qui dérange particulièrement les petits conducteurs.
Le bien-être des passagers augmente cependant le système de climatisation, même s’il a une influence notable sur le niveau de performance du moteur et émet des vapeurs quelque peu désagréables dans les premières minutes après la mise en marche, expériences qui sont partagées par les lecteurs (voir Expériences des lecteurs), qui autrement aiment le moteur
auto et sport
– équipe sont extrêmement satisfaits du confort du petit. L’archiviste d’images Rainer Herrmann après une tournée dans les nouveaux Länder : “Le confort de suspension est également bon sur les mauvaises routes”. Non seulement la souveraineté avec laquelle les surfaces inégales sont absorbées semble remarquable pour une petite voiture. La maniabilité agile est particulièrement digne de mention, ce qui fait de la Fiesta un compagnon agréable, surtout sur les pistes sinueuses. Grâce à son comportement de direction simple, il transmet simplement le plaisir de conduire. La direction assistée précise et précise, que personne ne devrait manquer lors de l’achat de la Fiesta, rehausse également le caractère de ce kart presque comme un kart. La médiocrité, en revanche, régit la disponibilité de l’espace. Bien que la Fiesta d’une longueur de 3,83 mètres soit l’une des grandes petites voitures, ce n’est pas un miracle spatial. Bien qu’il y ait suffisamment d’espace à l’avant, les passagers arrière doivent vivre avec une offre plus limitée. Si vous déplacez la Fiesta avec une petite équipe, vous vous débrouillerez avec le volume du coffre : 250 litres suffisent pour ceux qui voyagent par deux et peuvent rabattre le dossier du siège arrière. Cependant, le mécanisme de pliage manquant de la banquette interfère parfois.
On ne peut présenter que le dossier, de sorte qu’aucune surface plane n’est créée. D’un point de vue technique, la Fiesta a révélé ses plus grandes faiblesses au cours des 30 000 premiers kilomètres : trois visites d’ateliers non programmées sur quatre ont été nécessaires dans cette section (voir tableau de défaillance). Au cours de la première année de la garantie, les témoins d’avertissement allumés de manière irrégulière pour l’ABS et le système antipatinage TCS (Traction Control System, ASR en abrégé en Allemagne) ont été testés. 391 Mark aurait coûté le remplacement du capteur de roue et du câble de l’encodeur sur l’essieu arrière, sinon. Une mesure qu’un conducteur de Fiesta aurait probablement payée de sa poche, parce qu’il conduit en moyenne un maximum de 15.000 kilomètres par an et n’aurait donc plus été dans la période de garantie.
Aussi les 100 marques qui étaient dues après 21.981 kilomètres pour tester le corps du papillon et le nouveau joint sur le potentiomètre : Le gaz était temporairement bloqué entre 2000 et 4000/min au ralenti. Les freins avec une usure supérieure à la moyenne se sont avérés être le talon d’Achille en particulier. Au cours de l’essai d’endurance de 100 000 kilomètres, les disques de frein ont dû être changés trois fois et les plaquettes quatre fois. Le premier remplacement était déjà dû après 13 681 kilomètres, le second à 45 455 kilomètres et le troisième à 75 141 kilomètres. De plus, les plaintes concernant le frottement ou le grondement des freins passent comme un fil rouge à travers les cartons jaunes.
Il s’inscrit seulement dans l’image que Ford a dû effectuer deux rappels en raison des freins jusqu’à présent. Comme il y avait un risque de contamination dans le circuit hydraulique d’embrayage et de frein, Ford a remplacé les manchons d’étanchéité du maître-cylindre de frein et le tuyau de pression du cylindre d’embrayage au kilométrage 27 076. Dans le cadre du deuxième rappel, peu après la fin de l’essai d’endurance, 63 000 modèles (fabriqués entre juillet 1995 et juin 1996) doivent maintenant être envoyés à l’atelier pour s’assurer que la durite de frein ne frotte pas contre la jambe.
leblogautosmag
n’a pas non plus trouvé beaucoup de plaisir dans le bouchon de réservoir encombrant, qui ne peut être actionné qu’à l’aide de la clé du véhicule. La gêne a augmenté lorsque le mécanisme s’est également avéré susceptible de présenter des défauts. Parce qu’une tentative de réparation avec du nettoyage et de l’huile n’a pas fonctionné, seul le remplacement du bouchon du réservoir de carburant est resté – un séjour imprévu en atelier et un plein de 105 Marks a coûté cette action.
Non le seul calcul, qui prouve que le niveau des prix a changé avec Ford. Les coûts d’inspection et d’entretien ne sont plus aussi bon marché qu’avec Opel ; Ford, par exemple, s’approche ici plutôt de la VW plus chère de son concurrent. Enfin, le contrôle de sécurité avec vidange d’huile – tous les 15.000 kilomètres – a coûté plus de 200 marks, l’inspection principale (après 45.000 kilomètres) environ 400 marks – beaucoup d’argent pour une si petite voiture.
D’un point de vue économique, les conducteurs de la Fiesta ont d’autres problèmes : Le prix d’achat de votre voiture a chuté d’environ 2000 Marks au cours des deux dernières années, car de nombreux extras comme l’airbag passager font maintenant partie de l’équipement standard. Ce développement réjouissant pour les clients de voitures neuves a causé une perte de valeur élevée, 59 pour cent pour la voiture d’essai.
Bien que le bilan des tests d’endurance soit positif. Bien que la Fiesta ait dû se rendre à l’atelier quatre fois à l’improviste, elle n’a montré aucun problème sérieux sur les 100 000 kilomètres, à l’exception de l’usure importante des freins. Le moteur, la transmission et la carrosserie étaient à la hauteur de la charge, et le Ford a donc atteint le plus bas indice
auto moteur et sport
-défaut de sa catégorie.
Après déduction des coûts élevés du carburant, il se classe avec 1,8 Pfennig par kilomètre parcouru également devant la concurrence, qui, cependant, est également due au comportement très accommodant de l’atelier face au moteur automatique
et sport
. Cependant, la force réelle de la Fiesta ne peut être calculée. Il ne vous reste plus qu’à éprouver le grand plaisir de conduite qui caractérise cette petite voiture.
test d’émissions de gaz d’échappement : Il a été soumis à des essais de type conformément au règlement européen 94/12/CE (= UE 2) sur les émissions, qui est contraignant pour les nouveaux modèles depuis 1996 et pour toutes les voitures neuves depuis le 1er janvier 1997, et qui est considéré comme aussi strict que les limites américaines.

Les voitures avec un kilométrage plus élevé peuvent parfois être difficiles à entretenir. Ceci ne s’applique pas à la Ford Fiesta. La mesure obligatoire des gaz d’échappement à la fin de l’essai d’endurance sur le banc d’essai à rouleaux du TÜV Bayern à Munich a donné les valeurs suivantes (limites entre parenthèses) : monoxyde de carbone (CO) : 1,40 (2,50) g/km, valeur totale des oxydes d’azote (NOX) et hydrocarbures (HC) : 0,25 (0,50) g/km. La Fiesta obtient ainsi un très bon résultat.
Les défauts en un coup d’œil : Forte usure : Les plaquettes de frein ont dû être remplacées pour la première fois à la Fiesta après un peu moins de 14 000 kilomètres. Le bouchon du réservoir de carburant n’est pas pratique, le cylindre de fermeture est sensible aux défauts.

Les plaisirs par une bonne qualité de carrosserie et un excellent moteur. Cependant, le climatiseur a d’abord senti une odeur nauséabonde pendant quelques minutes jusqu’à ce que l’atelier réussisse à éliminer cette nuisance
odeur
. En été, lorsque l’humidité de l’air était très élevée, le système de climatisation a gelé plusieurs fois et ne se dégivrait plus automatiquement. Le processus de dégivrage n’a commencé qu’après la fermeture de l’usine. Une véritable nuisance est la commande du moteur. Au début, le moteur jaillissait au ralenti et le climatiseur était mis en marche à des vitesses allant jusqu’à 5000/min. Le lambris du coffre est seulement mentionné en passant. Mais malgré tout, la Fiesta est une bonne voiture avec seulement quelques faiblesses.

Heribert Wilhelm, 66802 Überherrn

Plus de 20 000 kilomètres ont été parcourus jusqu’ici
aucun problème significatif
. Le niveau élevé de confort à longue distance de cette catégorie de véhicules est particulièrement réjouissant. Il n’y a jamais de bruit dans la voiture. Même à une vitesse de 140 km/h, la puissance de traction disponible est encore suffisante. D’autres points forts sont la qualité de l’exécution, l’aménagement intérieur et le châssis équilibré. Seule la consommation de carburant fait l’objet de critiques : neuf à dix litres en ville ou sur les autoroutes rapides ne sont plus d’actualité.

Marcus Dallmann, 26131 Oldenburg

La Fiesta est meilleure que la précédente en termes de traitement et de qualité de peinture. Le meilleur de la voiture, c’est le moteur
75 cv
: vivant, facile à tourner et sans bruits gênants, avec une consommation de 6 à 7,8 litres aux 100 kilomètres, selon l’application. La voiture s’est avérée très fiable sur les 21 000 premiers kilomètres et aucune visite imprévue en atelier n’a été nécessaire.

Peter Vales, 64546 Mörfelden-Walldorf

Seul le toit ouvrant électrique a attiré l’attention négative. Bien qu’il soit dense, il fait un bruit insupportable au-dessus d’une vitesse de 120 km/h
. J’aurais mieux fait de commander un climatiseur par la suite et non un générateur de bruit pour 2000 Marks.

Tobias Dahm, 50823 Cologne

Notre Fiesta 1.25 a maintenant parcouru 25 000 kilomètres et est techniquement correcte maintenant. Dans les derniers mois, j’ai eu
problèmes avec le klaxon et les freins
. Mais elles ont finalement été fixées dans le cadre de la garantie.

Danny Verstappen, 2100 Deurne (Belgique)

L’intérieur beige est une alternative rafraîchissante à la monotonie gris-noir habituelle et offre une ambiance amicale et noble. Cependant, la qualité de la doublure intérieure laisse beaucoup à désirer. Un carter de volant grinçant et des panneaux de porte déformés ont été remplacés sous garantie, de même que le réenclenchement de l’indicateur de non-fonctionnement. Le service chez Ford est également insatisfaisant. Déjà l’achat du véhicule a rencontré des difficultés avec certains concessionnaires (mauvais service, essai routier refusé), et aussi la date de livraison convenue n’a pas été respectée. Néanmoins, il est possible que ma prochaine voiture soit à nouveau une Fiesta Ghia. Peut-il y avoir de plus grands éloges ?

Alexandros Kiriazis, 47809 Krefeld

Lors d’une visite en atelier dans les 10 000 premiers kilomètres, une perte d’huile dans l’appareil à gouverner a été détectée. Sinon, le traitement fait bonne impression jusqu’à présent. La direction assistée
très directe
, le petit rayon de braquage et le moteur à rotation rapide contribuent au plaisir de conduite. La suspension pourrait être un peu plus sensible en réponse et amortie plus serrée. Je ne suis pas satisfait de la consommation de carburant, qui, avec une moyenne de 8,7 litres aux 100 kilomètres, se situe à un. L’embrayage hydraulique, qui est un peu difficile à doser, me dérange aussi.

Peter Schönfelder, 92318 Neumarkt

Je suis enthousiasmé par l’ambiance. Enfin pas de look triste en plastique noir. Les matériaux
font toujours une impression de haute qualité
. J’aime bien le chauffage du pare-brise, même si les fils chauffants me dérangent parfois un peu. Les sièges avant m’offrent trop peu de soutien au niveau des vertèbres lombaires, je trouve l’espace pour le déclenchement à distance du hayon défavorable. Dans l’ensemble, je suis très satisfait de la voiture. La Fiesta allie faible coût d’entretien et valeur utilitaire élevée au plaisir de conduire. Le châssis, le moteur (sauf la consommation de carburant) et la qualité sont particulièrement remarquables. Même les longues étapes d’autoroute ne deviennent pas une torture, car la Fiesta est très calme et confortable.

Christoph Gellenberg, 33104 Paderborn
>