Uncategorized

Ford Fiesta 1.25i Fun testé

166Views

Ford Fiesta 1.25i Fun testé

Ford Fiesta 1.25i Fun testé 2

Cette petite voiture est amusante

Nouveaux talents chez Ford : La nouvelle Fiesta avec son châssis redessiné et son moteur Zetec-SE à quatre soupapes reprend l’héritage de son prédécesseur à succès. Un essai de la version 1,25 litre permet de déterminer si la petite voiture Ford est aussi ronde que son style.
Les designers Ford se sont évidemment penchés sur la perfection de la forme de la nouvelle Ford jusqu’au moindre détail : Un logo d’entreprise ovale dans la calandre ovale dans la partie frontale ovale reflète cette danse de l’œuf tout autant que le design des grilles de ventilation, des poignées et des étagères dans les portes à l’intérieur. La Ford Fiesta roule comme une boule chez les concessionnaires dans ces semaines et montre une fois de plus entre Scorpion et Escort que Ford peut à nouveau construire des voitures dont l’origine ne doit pas être lue sur l’enseigne de la société.
Le noyau de la nouvelle voiture est son prédécesseur, qui, comme la petite voiture le plus vendu en Europe, a encore des qualités que la prochaine génération peut bénéficier même après sept ans de construction. C’est notamment pour cette raison qu’elle restera dans la gamme comme base jusqu’au lancement de la nouvelle voiture compacte Ford Ka sur le marché à l’automne 1996. Il y a eu peu de changements dans les dimensions de la nouvelle Fiesta : Comme il est basé sur l’ancienne plate-forme, l’empattement est toujours de 2,45 mètres, tandis que la longueur extérieure a augmenté de 8,5 centimètres (3,83 mètres) et la largeur de 2,8 centimètres (1,63 mètre). En hauteur, par contre, il mesure 1,32 mètre, soit presque six centimètres de moins. Cela signifie que la Ford, longtemps considérée comme la plus grande des petites voitures, perd son ancien avantage spatial face à la concurrence. VW Polo et Fiat Punto ont grandi avec la Ford Fiesta et offrent une bien meilleure sensation d’espace, surtout à l’arrière. Les passagers de grande taille sont mieux assis dans le siège passager. Comme pour l’Alfa 145, le tableau de bord a été laissé de côté à tel point qu’il y a beaucoup d’espace pour les genoux. Dès le premier coup d’œil dans l’habitacle redessiné, on s’aperçoit que cette génération de Fiesta n’a plus besoin de se cacher des tendances de la mode, comme la Lancia Ypsilon. L’atmosphère de vente par correspondance de son prédécesseur, le nouveau Ford avec des tissus modernes à motifs de bonne qualité et l’utilisation de matériaux de qualité supérieure s’oppose au charme d’une petite boutique.
Le look bon marché en plastique dur est maintenant probablement aussi sorti avec Ford. Le cockpit lui-même est si clair que la question se pose de savoir pourquoi d’autres fabricants ne parviennent pas à concevoir des interrupteurs faciles à utiliser et à les disposer de manière à ce qu’on puisse les trouver immédiatement. Seules quelques erreurs fonctionnelles peuvent être détectées : Le bouton de déverrouillage du coffre est loin derrière le levier de vitesses et donc difficile à atteindre, tandis que le déverrouillage du capot sous la colonne de direction est facilement confondu avec un réglage en hauteur du volant. Les sièges de la version Fun testée doivent également s’habituer : ils sont très bien rembourrés et témoignent d’une qualité solide.
Cependant, la partie avant du siège a une forme si forte qu’elle s’enfonce dans la cavité du genou. Un ajustement de l’inclinaison pourrait remédier à cette situation. Toutefois, des mesures plus ambitieuses sont nécessaires pour améliorer le confort d’assise des passagers arrière. Le dossier et la banquette sont finement rembourrés et mal galbés, de sorte que l’inconfort se propage rapidement, d’autant plus que la Ford Fiesta ne ressort pas aussi confortablement que, par exemple, une VW Polo. Le réglage sportif et tendu de la suspension confronte les occupants à de courtes bosses et à des surfaces de route inégales, et la Ford Fiesta irones longues vagues s’éloignent beaucoup plus régulièrement. Les améliorations apportées par Ford au châssis (nouveau pont avant avec support de châssis, essieu arrière à poutre de torsion optimisée) portent surtout leurs fruits en termes de caractéristiques de conduite. La Fiesta, qui paraissait peu maniable en raison de sa forte tendance au sous-virage, se transforme aujourd’hui spontanément en courbes et les entoure avec une précision exemplaire. De plus, la direction assistée exacte, directement traduite, qui coûte le supplément Fun 900 Mark, donne un caractère agile à la Ford Fiesta, ce qui lui confère beaucoup de plaisir de conduite avec cette bonne maniabilité. Le bon système de freinage convient également : avec 9,6 m/s2, la Ford (testée avec ABS) décélère de 100 km/h à froid et est donc l’une des meilleures de sa catégorie.
Seule la Fiat Punto GT (10 m/s2) peut faire mieux. Le frein Fiesta réagit à des charges élevées avec peu d’évanouissement. Une décélération de 8,9 m/s2 prouve que même une Ford Fiesta à pleine charge avec freins chauffants s’arrête en toute sécurité. 75 ch, développé par la nouvelle génération de quatre cylindres Zetec SE tout en aluminium d’une cylindrée de seulement 1,25 litre, est tout à fait suffisant pour soutenir le plaisir de conduite de la Fiesta, même du côté de la conduite. Malgré sa petite cylindrée, le moteur à quatre soupapes réagit très bien, tourne sans effort et ne montre aucune tendance à l’agitation en charge partielle. Son travail accompagne le moteur d’un son concis mais pas dérangeant. Avec la boîte de vitesses à cinq rapports bien étagée et très précise, le moteur Zetec SE est un succès instantané. Son inconvénient le plus grave n’est révélé qu’à la station-service : avec une moyenne de 8,7 litres de Super sans plomb aux 100 kilomètres, la consommation d’essai est d’un peu moins d’un litre trop élevée. Un moteur entièrement nouveau devrait établir de nouveaux standards de consommation, mais avec le moteur Zetec SE, Ford ne fait même pas un petit pas en avant : la consommation est tout aussi élevée que celle de son prédécesseur, tandis que les concurrents de la Ford Fiesta 1.25 consomment moins d’essence (voir tableau comparatif). La tarification n’est pas non plus révolutionnaire. La Ford Fiesta n’offre pas l’excellent rapport qualité-prix de l’Escort et de la Mondeo, car avec 21 540 Marks pour la version de base de 75 CV appelée Flair, elle se classe presque au même niveau de prix que la VW Polo 75 Servo, qui coûte 21 695 Marks dans sa version de base. Néanmoins : Grâce à sa bonne qualité, sa maniabilité agile et ses performances de conduite dynamiques, la nouvelle Ford Fiesta 1.25 représente une offre ronde – même si la consommation, l’espace et le prix ne sont pas exactement le jaune de l’œuf.