Uncategorized

Punto JTD, Corsa CDTI, C3 HDi et Polo TDI

105Views

Punto JTD, Corsa CDTI, C3 HDi et Polo TDI

Punto JTD, Corsa CDTI, C3 HDi et Polo TDI 2

Dépenses des nains

Qu’apportent les dernières mises à jour du modèle et le nouveau moteur diesel 1,3 litre de la Fiat Punto JTD et de l’Opel Corsa CDTI ? Une comparaison avec la Citroën C3 HDi et la VW Polo TDI, favorites du public, clarifie la situation.
Présentez-moi vos petites voitures, et je vous dirai comment vous allez. Nous allons bien. Après tout, nous sommes déjà agacés quand le petit n’est pas disponible pour le shopping avec air conditionné, cuir et système de navigation – sans parler des quatre portes, ESP ou airbags de tête (aussi à l’arrière s’il vous plaît). Il ne faut donc pas s’étonner qu’une figurine aussi noble soit difficile sur le budget et sur la balance. Mieux que sur Corsa et Cie, la courbe de prospérité peut difficilement être comprise. Au cours des 20 dernières années, le poids à vide de la classe dite A-zéro a augmenté de 300 à 400 kilogrammes car, outre une plus grande facilité d’utilisation, des dimensions plus importantes et de nombreuses mesures de sécurité ont fait leurs preuves. Pour que tout cela n’affecte pas au moins le tempérament et la consommation, un autre obolus devient de plus en plus souvent dû – celui d’un moteur diesel. Entre 950 (Punto) et 1350 euros (Polo) de plus coûte l’alternative frugale aux moteurs à essence comparables, qui rassemble rapidement 15.000 euros pour une voiture quatre portes avec environ 70 CV et quelques équipements. La plus puissante est VW, et même le fait que la même technologie soit moins chère à Seat (Ibiza) et Skoda (Fabia) ne change pas grand chose. Car même avec l’achat d’une Citroën C3, et vous pouvez économiser beaucoup sans avoir à vous passer d’espace et d’équipement. La direction assistée, le verrouillage centralisé et les vitres électriques dans les versions testées ne sont pas supplémentaires à l’avant, même l’ABS, les airbags avant et latéraux sont de série.
Sauf pour la Polo (425 euros), même les headbags latéraux sont livrés gratuitement, tandis que Citroën ne propose même pas le programme électronique de stabilité pour le diesel plus faible moyennant un supplément. Néanmoins, à part la qualité modeste des matériaux et de la finition, le sympathique Roundling de France n’a rien de médiocre. Fiat et surtout Opel ont l’air nettement plus solide, mais pas aussi silencieux et de qualité que la VW, ce qui n’est pas le moins du monde dû à sa rigidité supérieure de la carrosserie. Il est également plus facile à suivre et à exploiter que ses concurrents, dont certains sont moins fonctionnels. Le réglage du rétroviseur est dissimulé sous le frein à main et l’actionnement de l’essuie-glace arrière dans une poignée rotative du levier d’essuie-glace. L’instrumentation minimale de la C3 sans plage de vitesse rouge, les boutons de lève-vitre trop bas, la jauge de carburant imprécise et l’affichage radio mal lisible sont gênants. Avec une longueur standard de 3,84 à 3,90 mètres, les différences dans l’espace disponible s’estompent.
Quatre adultes jouissent d’une liberté de mouvement suffisante, le haut toit en dôme et le pare-brise avant de la partie haute de l’avant donnent une sensation d’espace très aérée. De plus, il y a l’avantage du plus grand coffre (305 litres), qui offre également une large gamme d’options de subdivision. Seuls les objets encombrants obligent les sièges arrière divisés à être rabattus – un bonus qui est disponible pour tous, et qui est mieux utilisé avec la charge utile de 438 kg autorisée. Il est particulièrement réjouissant que le confort n’en souffre pas. Sa suspension bien réglée et enjouée fait toujours preuve d’une réserve suffisante et rapproche la Polo de la berline adulte. Les sièges bien rembourrés et confortables, même à l’arrière, soulignent l’aptitude à la conduite sur de longues distances. Il n’y a pas non plus à se plaindre de ses caractéristiques de conduite, si ce n’est de sa traction modérée et de sa décélération moyenne. De plus, la voiture d’essai était irritante à cause d’une conduite rectiligne malpropre. Avec la C3, ce phénomène est principalement dû à une direction inexacte, synthétique et légèrement saccadée, qui nécessite une attention et une intervention constantes afin de maintenir le cap. Cela ne réduit en rien sa maniabilité dans les situations critiques, mais en combinaison avec les sièges plats et souples, qui ne permettent qu’un réglage approximatif du dossier, il étouffe tout plaisir de conduite.
Le faible échauffement, les mouvements forts de la carrosserie ainsi que les bruits du châssis et du vent font le reste pour nuire au confort bien existant de la suspension. En comparaison directe, même celui qui est tendu a une meilleure silhouette parce qu’il absorbe proprement les chocs courts, roule plus silencieusement et offre des sièges plus solides, mais un peu plus petits. De plus, elle s’accélère dans les virages avec une neutralité naturelle et une faible inclinaison latérale, ce qui fait que la direction assistée électrique désormais plus précise avec un meilleur contact avec la route contribue de manière significative à améliorer la sensation d’agilité et de fiabilité. Sa grande sécurité de conduite est complétée par des pneus larges de série et des freins puissants et faciles à appliquer. On ne peut pas en dire autant de la Punto.
Elle ralentit beaucoup moins, sous-vire plus fortement dans les virages rapides et a tendance à pivoter vers l’arrière lors des changements de charge. De plus, malgré des sièges larges et bien profilés, il ne traite pas les occupants avec beaucoup d’attention. Même les joints transversaux courts rendent l’essieu avant instable et, sur les longues bosses de la route, la suspension, qui avale mais qui est amortie, réagit durement aux charges élevées. Ensuite, la construction est constamment en mouvement, et la suspension heurte même parfois les blocs. Le nouveau diesel Common Rail d’une cylindrée de seulement 1,3 litre et d’une puissance de 70 ch fait un travail étonnamment bon. Grâce à sa réactivité spontanée et à sa large plage de vitesse utilisable au-delà de 5000/min, il met le conducteur sur le qui-vive, même en cas de dépassement ou de pentes autoroutières plus longues, il perd sa terreur face à l’attraction décisive. L’avantage de cette caractéristique détendue est également évident dans la consommation de carburant : 6,1 litres suffisent pour 100 kilomètres dans le milieu d’essai, avec son réservoir de 49 litres, cela suffit jusqu’à 800 kilomètres. Il n’arrive pas à suivre la cadence, parce que le moteur à quatre cylindres, qui est essentiellement le même, est handicapé ici par un peu moins de couple, 80 kilogrammes de poids en plus et un rapport de conduite plus long. Il semble donc moins vivant, mais en même temps nettement plus silencieux que ses concurrents, ce qui est confirmé par les valeurs mesurées sur une large gamme. Ce n’est qu’à des vitesses plus élevées que la VW rattrape son retard, car les vibrations et le fonctionnement brutal du moteur s’estompent derrière les bruits de conduite croissants. Particulièrement pendant le démarrage à froid du matin, il ne peut pas cacher le fait que sous son capot, le seul moteur à trois cylindres fonctionne – même avec l’injection acoustique de la pompe à injection plus dure. Avec ses 75 ch et sa grande élasticité, c’est une force d’assaut sur tous ses rivaux – en particulier l’auto-allumeur flegmatique de la Citroën, qui ne peut s’en sortir honorablement qu’avec une bonne culture du running. La C3 marque également des points en moins pour la classe d’émissions Euro 3, d’autant plus que même le groupe pionnier PSA n’offre pas de filtre à particules de suie pour les petits moteurs diesel. Il n’est guère utile qu’en plus de sa forme charmante, il puisse se vanter d’avoir le meilleur rapport coût/bénéfice : En raison de la faiblesse de son moteur et de son châssis inharmonique, il doit passer derrière la Punto, qui est très chère en entretien et faible en freinage. La Corsa et la Polo y sont en tête comme dans presque tous les classements individuels – avec des accents différents, mais au total avec un léger avantage pour la VW. Ses faibles coûts de réparation et d’entretien le prouvent : Un confort élevé et une qualité solide ne sont pas toujours bon marché, mais en fin de compte, ils sont d’un bon rapport qualité/prix.
Un confort réfléchi et une qualité élevée mettent le Polo équilibré au premier plan. La Corsa, silencieuse et solide, convainc avant tout par sa sécurité de conduite élevée et ses freins stables. Le diesel puissant et économique, en particulier, aide la Punto, peu coûteuse, à devenir plus attrayante. Faible : confort, freins et coûts fixes élevés.
Le C3 ne peut suivre que l’espace et le confort de la suspension, décevant : qualité, sièges, tempérament et caractéristiques de conduite (sans ESP disponible).