Essai

Test VW Lupo 1.6 GTI

120Views

Test VW Lupo 1.6 GTI

Test VW Lupo 1.6 GTI 2

Donne-moi les courbes !

La version GTI de la Lupo développe 125 ch à partir de 1,6 litre de cylindrée grâce à la technologie à quatre soupapes et à l’arbre à cames d’admission réglable.
La version GTI de la Lupo développe 125 ch à partir de 1,6 litre de cylindrée (Latin pour Wolf) grâce à la technologie à quatre soupapes et à un arbre à cames d’admission réglable, mais ses règles strictes en termes de bruit et d’échappement ne rendent pas la respiration facile.et comment ils tournent lorsque le conducteur accélère. En seulement 8,3 secondes, 100 km/h devraient être atteints à l’arrêt. En soi, cette valeur n’a rien de spécial de nos jours, mais dans cette petite voiture, elle a clairement un goût de course. Au-delà des 5 000 tr/min au plus tard, les sons du moteur sont mélangés à de mauvaises tonalités, et l’aiguille du compte-tours dans les rapports inférieurs est impatiente de passer à la gamme rouge à près de 7 000 tr/min. Clic – le prochain plat se glisse dans le beurre comme un couteau chaud, et c’est parti. Le quatrième atteint le speedo 180, le cinquième pour plus de 200.
Silent est le Lupo, qui n’aura une boîte de vitesses à six rapports au printemps 2001, que pour les oreilles techno ; il faut aussi aimer son rugissement à environ 4000 tr/min. C’est donc sur de petites routes de campagne, qui s’avèrent tout de suite être le véritable territoire du Loup. Dans ce cas, il oscille à peine d’un virage à l’autre et peut être projeté avec une grande précision dans les coins. Une largeur de voie plus importante à l’avant et un châssis plus tendu avec un léger abaissement et des pneus larges devraient être responsables de cette agilité.
Il est bien connu que les puissants véhicules à traction avant avec un empattement aussi court que la Lupo peuvent réagir violemment aux changements de charge dans les courbes. Il est donc bon que la GTI soit équipée de série de l’ESP. Cela n’atténue pas le plaisir de conduire par des actions brutales, mais agit si doucement que ses interventions sont généralement perçues comme un soutien. Les disques de frein ventilés à l’avant et les freins à disque à la place des freins à tambour à l’arrière laissent également une bonne impression. Les sièges sport
sports, les ceintures de sécurité rouges, une garniture de toit noire, les instruments entourés de chrome épais ainsi que le cuir au volant, le levier de vitesses et la poignée de frein à main soulignent le caractère sportif de série. VW facture 17.200 euros comme prix pour le loup sauvage, qui n’est disponible qu’en trois couleurs (rouge, noir, argent métallisé).