petite voiture

Dodge Challenger SRT et Abarth 500

75Views

Dodge Challenger SRT et Abarth 500

Dodge Challenger SRT et Abarth 500 2

Deux frères se rencontrent

Quand Fiat a acheté Chrysler, personne ne croyait en une fin heureuse. Mais l’accord porte ses fruits. Le plus gros de tout ce que nous venons de conduire : la Dodge Challenger SRT Hellcat de 717 chevaux. Un voyage en famille plutôt bizarre avec le hellcat.
Si tout s’était déroulé comme prévu, les deux ne se seraient jamais rencontrés. Ensuite, le petit ne traverserait que l’Europe aujourd’hui et le grand galoperait à travers les Etats-Unis comme le meilleur lance-pierres américain de tous les temps. Mais rien ne s’est déroulé comme prévu, comme nous l’avons appris lors de la crise bancaire. Chrysler appartient depuis longtemps à Fiat. Les 500 Abarth et les SRT sont depuis longtemps des frères qui vivent dans une famille hétéroclite et ne pourraient être plus différents. Il est donc d’autant plus intéressant de réaliser l’incomparable ensemble.
Gestatten, Dodge SRT Hellcat. Oui, en effet : “Hellcat” est le nom de la version la plus robuste de la Muscle Car relancée en 2008, qui – cinq mètres de long et presque deux mètres de large – a encore le cisaillement du vent d’un conteneur. Sa devise : devenir soi-même une tempête avec beaucoup de puissance. Jusqu’à présent, jusqu’à 492 CV étaient disponibles pour cela. L’an dernier, Dodge a fait un suivi et a donné au Challenger le V8 de série le plus puissant de l’histoire de l’entreprise. Grâce au compresseur XXL, le Hemi de 6,2 litres délivre jusqu’à 717 ch aux roues arrière. Couple ? Avec 881 Newton mètres plus de quatre fois plus que son frère italien.
The Abarth pépie depuis 2008 avec 135 chevaux turbo. De grandes roues, deux gros tuyaux d’échappement et un aileron tout autour donnent à la Knutschkugel un effet optique de mordant. Le fait que ses pères ne le voulaient pas si sérieusement avec la sportivité, cependant, est révélé par les balances : 1.035 kilogrammes de poids à vide à 3,66 mètres de longueur extérieure sont au plus le niveau du sport populaire. La Dodge Challenger SRT Hellcat ne va pas beaucoup mieux : elle n’a pas d’essieu rigide, mais a un poids à vide de plus de deux tonnes.
Sur le côté. Aujourd’hui, il ne s’agit pas de points ou de temps au tour. Aujourd’hui, nous conduisons ensemble – à travers l’arrière-pays vallonné de Los Angeles. Les frères devraient apprendre à mieux se connaître, ce qui devrait réussir dans les rues abandonnées. Pour être juste, la 500 promet de toujours attendre dans les virages en épingle à cheveux, et la Challenger SRT promet de ne pas pré-tendre tous les chevaux à la fois.
Mais il oublie cela en troisième vitesse et laisse les 275 roues arrière cliquer avec une seule seringue à plein gaz. Puhhhhh, le moteur est peut-être sous pression… Abarth le pense aussi, respire le caoutchouc et retombe. Jusqu’à la première combinaison de courbes. La Dodge Challenger SRT considère les courbes comme des invitations à obtenir de nouveaux angles de dérive. Si vous sélectionnez le mode “Track” sur l’écran tactile central, l’ESP vous donne un peu plus de liberté de mouvement. Fondamentalement, le Dodge perçoit tout changement de cap comme un obstacle sur le chemin de la ligne droite suivante, qu’il aime diviser en quarts de mille. 3,6 secondes devraient lui suffire selon la Dodge pour le vol à 100 km/h – à condition que la boîte automatique rapide huit vitesses soit à bord. Six plats peuvent être triés à la main en standard. Le pauvre embrayage ! Alors que la Dodge Challenger SRT avait la réputation d’être une grosse boîte de son de bonne humeur, ce V8 suralimenté en fait un monstre à contrôler. C’est clair : une voiture musclée dans une classe à part : face à cette aura lourde et puissante, la 500 Abarth compte sur son caractère vivant. Léger et agile, il montre à la Dodge Challenger SRT que même avec relativement peu de puissance, il y a beaucoup d’excitation au sommet. Cependant, il ne devrait pas être trop arrogant, sinon Klein Abarth pousse sur les roues avant. La 500 n’aime les lignes droites que si elles ne se traînent pas.
Aucune surprise au bar le soir : 717 ch sont nettement plus gourmands que 135. la Dodge Challenger SRT a basculé dans les huit chambres de combustion d’environ 20 litres/100 km. Beaucoup de chevaux, beaucoup de foin. Neuf litres ont suffi pour l’Abarth pour la piste sportive.
La première sortie commune a montré qu’il y a aussi de beaux côtés quand un plan ne fonctionne pas et que deux mondes se rapprochent. Après tout, un mariage entre constructeurs automobiles ne signifie pas nécessairement que leurs élèves les plus rapides pratiquent le même sport, mais qu’ils restent des professionnels. Chacun à sa façon.
>.