petite voiture

DS3-Performance (2016) 1,6 Litre Turbo

142Views

DS3-Performance (2016) 1,6 Litre Turbo

DS3-Performance (2016) 1,6 Litre Turbo 2

C’est ainsi que le Français de 208 chevaux-vapeur conduit

Performances élevées, mais respectueuses de l’environnement. Sportif, mais facile à contrôler. La version haut de gamme “Performance” de la DS3 se présente comme un véhicule de compromis. S’il peut convaincre, clarifie le premier rapport de pilotage.
Si on demande à Eric Apode, le directeur de la gamme “produit et développement” de DS, de résumer en un mot les performances de la DS3, le manager se met à réfléchir. Il y a tellement de choses à dire à ce sujet, dit-il. Mais non : un mot, s’il vous plaît ! Au bout d’un certain temps, il décide de “s’enthousiasmer”. Après tout, il aurait pu qualifier la version performance de “divine”. Mais elle ne l’est pas, il le sait.
Si vous le regardez, les performances de la DS3 semblent plutôt terre-à-terre, terre-à-terre que collées à la route. Ceci est dû notamment à l’élargissement du rail de 26 mm dans la version supérieure et de 15 mm plus bas. Les passages de roue exposés ainsi que les jantes en alliage de 18 pouces y contribuent également. Et les “DS Wings” introduites comme marque DS sur le devant ne ressemblent pas non plus à des anges, mais plutôt à des insolents. Comme s’il te souriait sur les deux phares. Sans parler du look rouge-noir diabolique avec un double échappement.
Rinnen est une suite taquine : des coques de course en cuir chic et des pédales en aluminium chuchotent à l’oreille que c’est la version 208 cv. Les sièges sont confortables pour les grands et les petits conducteurs, variables et un détail cool pour un si petit speedster. Sinon, la performance brille de l’intérieur, au sens propre du terme, principalement sous la forme d’une laque pour piano. Naturellement en noir, assorti au toit. Pour le nettoyage des diables en ce qui concerne les empreintes digitales plutôt défavorable, mais chic.
Cependant, le volant s’avère être moins sportif et chic. Le fait qu’il soit un peu trop grand pour un tel kart est peut-être encore discutable. La partie inférieure, cependant, est généreusement recouverte de plastique – devrait peut-être ressembler à de l’aluminium, mais semble en quelque sorte bon marché, ne convient pas au reste. De plus, les Français ont pu bénéficier du fait qu’ils voulaient vacciner le cockpit contre l’épidémie de boutons. Mais si complètement sans boutons, le volant n’est pas très pratique. En ce qui concerne l’info-divertissement, la course aux armements numérique de toutes les marques de voitures est très animée. Ecran tactile de 7 pouces : clair. Ecran miroir pour Apple et Android : logique. Navi : bien sûr. L’appariement n’est pas un problème, mais l’écran tactile manque évidemment d’attention : au lieu de réagir la première fois et, par exemple, de commencer la route tout de suite, il préfère laisser le conducteur toucher la surface deux ou trois fois jusqu’à ce qu’il réalise son souhait.
En fait, la DS3 est compétente et, ici, nous avons vraiment enthousiaste. le moteur “THP 208 Stop&Start” est démarré et le moteur quatre cylindres turbocompressé se met à buller. Les doubles soufflés d’échappement avec des rampes noires. Départ en première : Oups, c’est rapide ! Suit rapidement la deuxième vitesse, son niveau préféré. Presque trop dentelée pour les environs d’une petite ville portuaire française. Mais les habitants de Saint-Tropez sont certainement habitués à des choses bien différentes, de sorte qu’un moteur à essence 1,6 litre turbo ne leur laissera pas un croissant dans la bouche. Même dans les rapports supérieurs, les performances de la DS3 avec un couple de 300 Nm imitent celles du TGV plutôt que celles du train lent. Non, le petit diable de course ne manque pas vraiment de volonté et d’attitude positive. La transmission fonctionne de manière fiable, les engrenages peuvent être triés à merveille et le pommeau de levier de vitesse recouvert de cuir tient bien dans la main. Il fait également bonne figure dans les cinquième et sixième rapports, même s’il se sent plus à l’aise dans les plus petits et qu’il peut vraiment y remonter. Le frein réagit immédiatement, est facile à régler, mais pourrait mordre un peu plus fort dans le dernier tiers de la course.
L’idée de compromis de la DS3 se voit clairement sur la direction : elle est serrée et directe, mais pardonne même les petites erreurs du pilote, l’aide parfois à se sortir des problèmes. Avec le châssis, par contre, il est moins miséricordieux et vous permet de sentir la route telle qu’elle est. Carotte et bâton, pour ainsi dire. Balançoire pneumatique à la 1955 – Passé.
Les performances de la DS3 visent donc à allier sportivité et style de vie. La dynamique est réduite, et Thierry Chauvet, développeur sportif de Peugeot, a fait du bon travail dans la conception du groupe motopropulseur. Il ne surcharge pas les conducteurs ayant peu d’expérience en sport automobile, mais même les professionnels sont positivement surpris par lui. Le compromis fonctionne ici. Une voiture pour grandir, pour ainsi dire. Cependant, nous ne pensons pas qu’en pratique, le moteur à essence turbocompressé puisse fonctionner avec une émission de CO2 de 125g/km.
Le besoin d’action existe lorsqu’il s’agit d’une utilisation intuitive. Cela commence par le contrôle du volume pendant la conduite : un volant multifonctions bien pensé serait beaucoup moins distrayant que de chercher les minuscules boutons sous le système de climatisation, dont le fonctionnement exige que l’on passe devant le pommeau de vitesse. Le menu de navigation du système multimédia fournit également des points d’interrogation sur le front du pilote de temps en temps. Un “bouton retour” vous faciliterait la tâche.
Avril vous pouvez acheter la version performance de la DS3. Les prix pour la version haut de gamme en limousine ou décapotable n’existent pas encore. Cependant, la version fermée avec le moteur THP 165 Stop&Start dans la variante d’équipement la plus haute “Sport Chic” coûte 23.490 euros, le cabriolet dans la même version 26.290 euros. Cela signifie que la variante performance sera probablement proposée entre ses concurrents Mini Cooper S (berline : 24 100 euros, cabriolet : 27 950 euros) et Alfa Romeo Giulietta Veloce (32 099 euros). Pas seulement une bonne affaire, mais pour le plaisir de conduire en français, un investissement qui en vaut la peine.
br