petite voiture

Ford Fiesta 1.0 Ecoboost Sport dans le rapport de conduite

81Views

Ford Fiesta 1.0 Ecoboost Sport dans le rapport de conduite

Ford Fiesta 1.0 Ecoboost Sport dans le rapport de conduite 2

Un paquet de force convaincant ?

Le moteur d’un litre le plus puissant de Ford développe 140 ch – et c’est dans la petite Fiesta Sport, bien sûr. Depuis la fin des années 70, l’idée de transplanter un moteur puissant dans une petite voiture ne cesse de faire parler d’elle – même dans des moments comme celui-ci, où même un sandwich aux saucisses doit être durable. À l’heure actuelle, le populaire moteur trois cylindres reprend le moteur de la famille Ecoboost, lui conférant une puissance de 140 chevaux et l’intégrant à la Sport Black Edition. Par rapport à la variante 125 ch, le couple augmente modérément de 10 à 180 Newton mètres et peut être appelé à un régime inchangé de 1400 tr/min – et à 4,5 au lieu de 4,3 l/100 km, prétendument avec une consommation de carburant presque identique. D’ailleurs, la consommation d’essai était de 8,2 l/100 km – un écart énorme, ce qui n’est pas rare avec les moteurs extrêmement compacts quand on en a besoin.
Le moteur de 998 cm³ du Sport démarre sans vibrations gênantes, tourne de façon décontractée avec les trois cylindres typiques de la basse – parfois plus de 5 500 tr/min, mais ensuite avec moins de verve. Ce n’est pas grave, car il est beaucoup plus ennuyeux que le turbocompresseur mette beaucoup plus de temps à monter en pression. Même la boîte manuelle à cinq rapports, qui est facile et précise à utiliser, ne peut pas cacher le trou de couple parce que l’écart est un peu trop grand. Par exemple, la Fiesta a besoin de 9,7 secondes pour le sprint standard de 0 à 100 km/h et manque donc de sept dixièmes les spécifications de l’usine. Et comment la Ford Fiesta Sport s’y prend-elle dans les virages ? Tout d’abord, il offre à son conducteur de bonnes conditions de travail, car les sièges et le volant disposent d’une large plage de réglage. De plus, les informations de base telles que la vitesse de rotation et le régime peuvent être facilement lues. Le reste, cependant, se cache derrière d’innombrables petits boutons et offre l’information sur un écran minuscule – donc mieux se concentrer sur la conduite.
La Ford Fiesta Sport, équipée de roues de 17 pouces, suit les commandes de direction comme si elle picote, tourne fortement, sous-vire relativement tard. Cependant, l’inclinaison latérale prononcée est perceptible, ce qui provoque trop d’agitation dans la superstructure dans les courbes rapides et successives. De plus, la roue avant, qui est soulagée dans chaque cas, cherche souvent en vain la traction à l’accélération – les voleurs de route malicieux se conduisent différemment de toute façon.
Le réglage de la suspension compense-t-il au moins avec un bon confort de suspension ? Mis à part le fait que la question d’une petite voiture sportive n’est posée par personne : non. Comme prévu, la Ford Fiesta Sport parade les surfaces inégales de manière sportive et serrée, en passant la stimulation à travers les joints transversaux et les nids-de-poule plutôt non filtrés dans les sièges confortables et à maintien latéral élevé. La Fiesta Sport manque donc de constance, y compris dans son prix : l’agilité reconnue et les 182 ch beaucoup plus puissants de la ST ne coûtent que 925 euros de plus. Et avec lui, la vieille idée de performance s’enflamme beaucoup mieux.
La Fiesta Sport n’est ni séditieuse, ni cultivée, ni avare. De plus, son pire concurrent se cache dans ses propres rangs.
.