petite voiture

Honda Jazz (2015) Rapport de conduite

87Views

Honda Jazz (2015) Rapport de conduite

Honda Jazz (2015) Rapport de conduite 2

Sortie dans le petit miracle spatial de Honda

La nouvelle édition de la voiture compacte Jazz de Honda se développe à l’intérieur comme à l’extérieur, mais reste fidèle à son ingénieuse variabilité – car c’est ce que les clients veulent. Et comment conduit-il ?
C’est l’un des modèles de voiture les plus importants que Honda offre actuellement. Les deux générations précédentes se sont vendues à 5,5 millions d’exemplaires dans le monde. Qu’est-ce qui t’arrive ? Parce que le jazz tire le meilleur parti de ses possibilités. Malgré ses dimensions compactes, il offre aux passagers suffisamment d’espace et des possibilités de chargement variables à un prix relativement bas. Une vraie Volkswagen.
La troisième génération tente d’affiner cette recette du succès. Ce que l’on appelle “monoforme” correspond à la ligne de design actuelle de Honda et doit avoir l’air d’avoir été coulé dans le même moule. Comme souvent, c’est une question de goût ; à certains égards, les roues semblent petites et le corps expansif. Peut-être parce qu’il a beaucoup grandi : la carrosserie mesure 95 millimètres de long, mais le pare-chocs avant en mange 40 millimètres. Mais un mouvement de jambe à l’arrière suffit pour voir à quel point le jazz est devenu spacieux : Dans la deuxième rangée de sièges, les passagers ont plus d’espace pour les jambes que dans une Mercedes Classe S ! Et il y a la variabilité supérieure à la moyenne.
Même si le volume de coffre n’augmente que de 17 litres pour atteindre 354 litres, le nouveau Jazz peut prendre un coup. Honda a conçu quatre modes de charge à cet effet. En mode utilitaire, les sièges arrière se rabattent vers l’avant, ce qui fait couler la surface du siège et crée un plancher de chargement plat. Le volume de chargement passe ensuite à 1 314 litres. En “Tall Mode”, la banquette arrière se replie verticalement vers le haut comme un siège de cinéma. Les articles plus hauts tiennent maintenant directement sur le sol. Et lorsque le siège passager est rabattu, le mode “long” vous permet de ranger des objets longs, comme vous le pensez. Enfin, le “mode rafraîchissement” est destiné à la détente après un long trajet en voiture. Le dossier des sièges avant se rabat complètement vers l’arrière, ce qui donne l’impression d’un canapé à l’arrière. Alors le Jazz en fait un sur Maybach.
Tout en tout exactement ce que les clients aimaient déjà du Jazz dans le passé. Ce n’est pas étonnant, car la troisième génération de modèles est le résultat d’une étude de marché intensive. Les clients veulent la variabilité éprouvée et ils l’obtiennent. Cependant, le système d’infodivertissement avec Honda Connect est nouveau. L’écran tactile de sept pouces de la console centrale commande la navigation, la radio et les applications, y compris l’intégration au téléphone intelligent. Sous le capot, il y a aussi quelque chose de nouveau. L’ancien moteur 1,2 litre cède la place au nouveau moteur à essence 1,3 litre VTEC. Ça vous donnera 102 chevaux et 123 Newton mètres. Mais ils ne tournent qu’à 5000 tr/min, c’est pourquoi le petit VTEC doit être tourné correctement si l’on veut rouler plus vite ou essayer d’atteindre rapidement la vitesse de l’autoroute.
En intérieur, il fait beaucoup de bruit, alors que le moteur se trouve quelque part entre le drone et le désagréable et concis, presque sportif. La boîte manuelle à six rapports rend même la conduite agréable – les distances de changement de vitesses sont dix pour cent plus courtes que celles du modèle précédent.
Le Jazz met rapidement fin aux ambitions sportives : les mouvements du corps sont clairement perceptibles et l’ESP contrôle rapidement et de manière fiable. C’est exactement ce que vous attendez du jazz. Comme prévu, Honda offre également la transmission CVT. Cependant, cela ne se fait plus en continu, mais simule une transmission automatique à sept rapports. Il en résulte des changements de vitesse agréablement doux à vitesse normale et des changements brusques au kick-down. Les clients de Jazz ne s’en fâcheront probablement pas – ils préfèrent transporter la paume de yucca dans le “Tall” arrière ajusté et sont heureux s’il ne renverse pas la terre.
Les prix commencent à 15.900 Euro à la base. La version Confort coûte à partir de 16 850 euros et la version Elegance à partir de 18 450 euros…. Pas vraiment bon marché ? Non, mais avec sa variabilité éprouvée et sa bonne utilisation de l’espace, la troisième génération de Jazz fait tout aussi bien que ses prédécesseurs – grâce à une étude de marché.
br