petite voiture

Kia Rio, Nissan Micra, Skoda Fabia, Suzuki Swift en test

94Views

Kia Rio, Nissan Micra, Skoda Fabia, Suzuki Swift en test

Kia Rio, Nissan Micra, Skoda Fabia, Suzuki Swift en test 2

Le nouveau Rio peut-il rester dans sa catégorie ?

First Pride, puis Rio : L’histoire de la petite série Kia est à peine plus longue que celle de l’Euro. La caractéristique la plus remarquable de la première à partir de l’an 2000 était d’être la voiture neuve la moins chère sur le marché américain. Et maintenant, trois générations plus tard, il est prêt à affronter ses rivaux européens et japonais. Jetons un coup d’oeil. Dans cet essai comparatif, la Kia rencontre la Nissan Micra et la Suzuki Swift tout aussi fraîches ainsi que la célèbre Skoda Fabia.
Benziner de 90 à 100 ch sont presque standard dans cette catégorie, tandis que la plupart du temps comme trois cylindres avec turbo comme chez Kia et Nissan, mais également comme quatre cylindres avec (Skoda) ou sans charge (Suzuki). Dans le cas de la STI 1.2, il convient de noter qu’elle commence ici par la STI 1.2. Ce moteur sera remplacé au cours de l’année de fabrication par le moteur trois cylindres d’un litre de 95 ch (à partir de 17.530 euros). Comme le nouveau moteur n’était pas encore disponible au moment de l’essai, le moteur à quatre cylindres peut être utilisé à nouveau ici.
Cependant, cela ne doit pas être un inconvénient du tout, comme cela s’avère. Ici, elle est même équipée d’un moteur quatre cylindres sans turbocompresseur, ce qui en fait l’une des caractéristiques les plus exotiques en période de réduction des effectifs. Bien sûr, la technologie apparemment désuète du moteur Suzuki de 90 chevaux est remarquable. Il ne soulève ainsi 120 Nm de couple sur l’arbre qu’à 4400 tours, plutôt fatigué, apparaît subjectivement tendu et un peu grondant. Mais en réalité, ce qui compte, c’est ce qui ressort à la fin.
Et c’est une performance acceptable et – tata ! – la consommation de carburant la plus basse dans le test de la Swift avec le quatre cylindres Dualjet. Certes, les différences ne sont pas particulièrement grandes, mais 0,4 à 0,5 litre dans l’utilisation quotidienne sont tout un argument dans cette classe. Avec un kilométrage annuel de 10 000 kilomètres, cela permet d’économiser environ 70 euros au prix actuel du carburant. Ou, calculé différemment, 117 kg de CO2, ce qui peut aussi être important.
Cependant, cela décrirait presque complètement les talents du CO2. Malgré son design complètement nouveau sur une plate-forme différente, le Swift a peu de caractéristiques exceptionnelles. Il est très léger, mais cela se remarque à peine quand on le manipule. Il hésite à changer de direction, et la direction étrangement engourdie réduit encore le plaisir de conduire. Même en termes d’espace, il n’est pas l’un des plus performants dans l’environnement concurrentiel, bien qu’il se soit amélioré ici.
L’équipement et le prix restent, car la Suzuki est la voiture la moins chère dans ce test. Avec le moteur de base, il est déjà disponible à partir de 13.790 Euro, la version Comfort montrée ici est de 15.740 Euro dans la liste des prix. En option, vous pouvez commander une peinture métallisée, la radio et le climat sont de série. Un système de navigation, par exemple, ou un assistant de changement de voie n’est disponible que dans la version plus chère Comfort Plus, qui n’est disponible que pour le turbo trois cylindres. C’est un peu moins dans cet environnement concurrentiel.
La Nissan est l’une d’entre elles depuis 1982. 7 millions d’exemplaires ont été construits, dont le premier s’appelait même Datsun. Depuis cette année, la cinquième génération de modèles est à ses débuts, et à première vue, elle se distingue par un design assez extraverti. La partie arrière en particulier, avec sa ligne de vitre à forte pente, son toit incliné et ses feux arrière sculpturaux, montre que la forme ne suit pas toujours la fonction ici.
La critique du design n’a pas vraiment sa place dans un test comparatif, mais celle de la Micra présente de réels inconvénients fonctionnels – comme la faible clarté et les compartiments arrière et bagages réduits. Dans le cas contraire, l’intérieur est agréable avec une qualité soignée, un bon équipement et une ambiance conviviale. Surtout lorsque, comme notre voiture d’essai, elle est équipée de l’équipement N-Connecta très complet. Jantes en alliage de 16 pouces, système de navigation, démarrage sans clé, volant en cuir et capteur de pluie sont tous inclus départ usine, de sorte que le prix de base de 18 590 euros est calculé très équitablement.
Un moteur Renault trois cylindres de 0,9 litre, qui laisse ici une impression mitigée, assure une propulsion. Il a l’air relativement mou, il fonctionne bruyamment et bruyamment, et consomme aussi le plus de carburant – bien que les différences avec les moteurs Fabia et Rio soient minimes. Le châssis est tout aussi lourd, il est assez serré sans pour autant faire de la Micra un talent de maniabilité. Ceci est déjà empêché par la direction spongieuse avec peu de communication. Il ne peut donc pas vraiment se distinguer positivement.
Nous nous sommes habitués au fait que Fabia est sur la plus haute marche du podium dans les tests comparatifs du segment B. Pas cette fois-ci. Et non pas parce que la voiture d’essai ne fait qu’empirer les choses ou parce qu’elle est livrée avec un moteur qui – comme déjà mentionné – sera remplacé au cours de l’année du modèle.
Cependant, l’un après l’autre : Le moteur quatre cylindres de 90 ch vient de la famille modulaire EA 211, tout comme le moteur trois cylindres de 95 ch qui le remplacera bientôt. Dans cet essai, il aime les bonnes manières, le bon fonctionnement et le développement du bruit modéré. Ce n’est pas un sprinter, Fabia est l’une des candidates les plus fatiguées, seule la Nissan est encore plus prudente. La STI 1.2 TSI affiche également une consommation moyenne de carburant : elle est à égalité avec la concurrence.
En revanche, elle reste la meilleure en termes de confort de conduite et d’espace. C’est aussi le plus facile et le plus intuitif à utiliser et il offre le meilleur niveau de qualité. Il se permet quelques petites faiblesses avec l’équipement de sécurité, là il perd quelques points sur Rio et Micra. Ici, par exemple, ils utilisent des systèmes d’assistance au freinage d’urgence et des systèmes de voie à caméra. Vous pouvez d’ores et déjà dire que le 2014 a présenté Fabia il y a quelques années. Ce n’est pas non plus une offre spéciale. Rio et Micra sont plus chers, mais ils offrent beaucoup plus d’équipement pour l’argent. Mais jusqu’à présent, cela a toujours été suffisant, mais cette fois, ce n’est pas le cas : il y a quelques points de retard par rapport à l’arrivée.
Pas parce que le nouveau Rio met en avant certains points forts. Ce qui est impressionnant, c’est l’ensemble harmonieux et surtout la détermination avec laquelle les développeurs Kia ont surmonté les points faibles des modèles précédents. Une utilisation simple et un intérieur simple et soigné figuraient déjà parmi les points forts de la génération précédente.
Dans l’actuelle Rio, en revanche, il se contente d’une réponse directe et d’un feedback approprié. Il en va de même pour le confort de la suspension. Ce n’est pas tout à fait au niveau de la Skoda, il y a encore du potentiel de développement, surtout en réponse, mais même ici l’écart avec les meilleurs de cette catégorie s’est un peu réduit. Puisque le Rio a maintenant également tout à fait confortable, bien qu’un peu de soutien latéral des sièges pauvres, il atterrit dans le classement de confort proche de la Fabia.
À ce test, la Kia vient avec le nouveau turbo à trois cylindres, 100 HP de force et couplé avec une transmission manuelle à cinq vitesses. Le nouveau moteur fait très bien son travail, il offre les meilleures performances et l’expérience de conduite la plus sûre. Sa consommation de carburant est comparable à celle de la concurrence, ce qui s’explique peut-être aussi par le fait que le Rio est un peu potelé – un peu plus de quatre mètres de long et presque 50 kg de plus que le Fabia. Mais il réussit quand même à s’emparer de la concurrence, cette Kia, qui pourrait aujourd’hui s’appeler à juste titre Pride.
Il gagne parce qu’il est simplement la voiture la plus harmonieuse du test, avec un équipement formidable et une longue garantie.
Qualité supérieure, beaucoup d’espace et un confort supérieur ne suffisent pas : la Skoda est un peu dépassée.
Pour une voiture neuve quelque peu décevante. L’équipement de sécurité et la connectivité sont bons.
Le Swift est un extrémiste – petit, léger et économique. Il est bien sûr moins apte à être un vainqueur de test.