petite voiture

Mini JCW GP, Schirra- Mini JCW GTS, Schirra-Mini

83Views

Mini JCW GP, Schirra- Mini JCW GTS, Schirra-Mini

Mini JCW GP, Schirra- Mini JCW GTS, Schirra-Mini 2

Trois voitures chaudes en comparaison

Lorsque de petites voitures tournent soudainement autour des oreilles de Ferrari et Cie, les émotions à Hockenheim bouillonnent même sans spectateurs. Nous avons testé pour vous la Mini la plus rapide de série, de tuning et de sport automobile à la limite. La JCW GP rencontre la Schirra-JCW GTS accordée et la version VLN racing de Schirra motoring
Quand le Harald met son sourire espiègle, alors une anecdote surgit immédiatement de lui : “De haut en bas, j’ai chassé Strietzel en Audi R8, il n’avait aucune chance contre moi.”
Les fans de course savent bien sûr immédiatement qui est “Harald”. Harald “Nippel” Grohs, ex-DTM-Recke, pilote du Mans et Essener Frohnatur, aura 70 ans en janvier prochain et conduit régulièrement un mini de Schirra sur la Nordschleife. Dans ce cas, les cris de guerre du mini-marketing semblent être vraiment vrais : la conduite permet de rester jeune. Avec la Mini John Cooper Works GP, la JCW GTS et la version racing de Schirra Motoring, nous avons testé les miniatures anti-âge les plus chaudes.
Hot, hot, hot, John Cooper Works GP : Mini a épicé son précédent Hot John Cooper Works et lui a donné le sigle “GP like Grand Prix”. Non seulement le nom sonne comme sport automobile, mais aussi l’optique avec aileron arrière dans le style des voitures de course de la série Clubsport Mini Trophy (anciennement Mini Challenge) suggère que la Mini GP avec sa légère augmentation de performance de 211 à 218 ch n’a pas été développé pour les sprints de quart de mile, mais pour les excursions sur piste.
Hockenheim, nous arrivons : Alors que le réglage de la suspension tendue de la nouvelle suspension avec amortisseurs Bilstein et ressorts H&R sur les bosses dans la vie de tous les jours exige une volonté de compromis, la Mini GP avec d’excellentes griffes de traction dans l’asphalte Hockenheim.
En comparaison avec la JCW standard, les ingénieurs suspension ont augmenté le carrossage négatif sur le pont avant (série JCW : -0°35′ ; GP : -1°55′) et arrière (série JCW : -1°45′ ; GP : -2°25′). En plus des modifications apportées au châssis, des pneus plus larges au format 215/40 R17 (standard JCW : 205/45 R17) et le choix des pneus sont également responsables du haut niveau d’adhérence. Pour la première fois, une Mini est équipée en usine de pneus sport spéciaux Kumho Ecsta V70A. En combinaison avec un pincement réduit sur l’essieu avant, le Track-Mini est beaucoup plus dentelé et précis que la version JCW normale. Les pilotes sensibles ressentent des influences de conduite un peu plus fortes dans la direction, qui, cependant, est autrement positivement perceptible avec un feedback direct comme toujours typique pour Mini.
Autre que le JCW, le GP avec DSC désactivé ne tend pas à une roue avant qui tourne, intérieur en virage en accélérant hors des virages étroits, mais scores avec une bonne traction même sans un différentiel mécanique limité en charge.
Pour la première fois il ya un mode spécial GP racing dans le DSC de conduite de stabilité programme. “Le mode GP fonctionne comme un DSC de course. Il n’y a pas d’interférences gênantes du moteur. Sur le Nordschleife, on ne remarque pas de différence sur le chronomètre entre le mode DSC désactivé et le mode GP “, explique Jörg Weidinger, ingénieur de développement pour la suspension complète de la gamme de mini produits. Weidinger doit savoir. Il a fait le tour de la Nordschleife en 8,23 minutes et a amélioré de 12 secondes le temps de sonnerie de la JCW.
Le meilleur temps à ce jour oscille également à Hockenheim, où le modèle spécial, limité à 2 000 voitures, est maintenant en train de battre joyeusement la ligne d’arrivée. Avec 1.16,3 minutes le GP choisit la série mini la plus rapide (JCW : 1.18,5 minutes).
place là ! Soudain, un muscle mini orange apparaît dans le rétroviseur du GP, qui se remplit et se surplombe d’un rugissement de voiture de course – la plaque d’immatriculation DA-SM 3004… Il ne va pas construire des voitures de route maintenant, n’est-ce pas ? Mais Joachim Schirra, chef de l’équipe de course miniature Schirra Motoring de Griesheim près de Darmstadt, a pour la première fois construit avec son équipe une Mini tunée avec homologation routière.
Nörgler va maintenant demander immédiatement à l’inspecteur du TÜV, dans quel état d’esprit l’appareil a donné la bénédiction StVZO ? Joachim Schirra répond alors détendu : “Sauf pour l’aileron arrière, tout est possible.”
En plus, il y a un kit GRP léger avec capot (3,2 kg), couvercle arrière (3,5 kg), portes (4,5 kg chacune), tabliers avant et arrière ainsi que des ailes et extensions de passages de roue. Les vitres latérales et arrière en plastique, l’utilisation de sièges baquets Recaro en pole position et l’élimination de la banquette arrière ainsi que de toutes les pièces du carénage permettent d’économiser du poids supplémentaire. Avec ses 1 005 kilos, la Schirra-JCW GTS pèse 182 kilos de moins que le modèle GP.
Sonne non seulement comme une voiture de course légale pour la route, mais elle en a aussi le goût. Avec des valeurs de carrossage suspectes (-3°20′ à l’avant et -2°20′ à l’arrière) et des pneus sport Dunlop Direzza 03G, le mini road tuned de KW Clubsport se pilote plus directement qu’un mini de course du Mini Trophy sur slicks. Grâce au blocage de différentiel Drexler (valeur de blocage de 50 %), aucun patinage de roue sauvage ne pèse sur le plaisir de conduite dans les virages serrés. Par contre, si la charge est trop élevée, l’unité d’entraînement de la roue avant tire latéralement et la traction se rompt. Ici, un accord moins agressif de la serrure à la recherche de l’un ou l’autre dixième de seconde serait souhaitable.
La Mini orange réagit avec bonté aux changements de charge, reste neutre dans une large mesure et commence seulement par des provocations conscientes à un pas latéral.
Third gear, ziiiiiiiiiiiissssssssch, fourth, ziiiiiiiiiissssssch, fifth gear – la mélodie turbo qui chuchote avec bonheur à chaque passage de vitesse apparaît familière : Sous son capot en fibre de verre, la JCW accordée porte la même centrale électrique que celle que Schirra Motoring a mise à la disposition de AC Schnitzer l’année dernière pour le Mini JCW Coupé appelé Raptor. Avec une pression de suralimentation de 1,5 bar, le 1,6 litre complètement modifié (bielle, arbre à cames d’échappement, pistons usinés) développe 290 ch.
Alors que le Raptor était légèrement en tête au sprint jusqu’à 200 km/h (Raptor 0 – 200 km/h : 16,6 s), le Mini le plus rapide sur le Small Course à Hockenheim ne se trouve plus à Aachen, mais à Griesheim. Avec un chrono de 1.10,1 minutes, la Schirra-GTS bat non seulement la Mini la plus rapide (Raptor : 1.10,9 min) à ce jour, mais fait aussi des voitures de sport de série pur-sang comme la Ferrari 458 Italia (1.10,5 min) et l’Audi R8 V10 plus (1.10,6 min) semblent vieilles.
Avant la reprise, Ferrari and Co. se lance dans la piste. Les derniers tours d’honneur sont abordés par le mini de course probablement le plus rapide au monde. 974 kilos, de nombreuses pièces en carbone, une aérodynamique développée dans une soufflerie avec un soubassement complètement fermé, 309 ch et des nappes Michelin – dans le championnat VLN sur le Nordschleife, le corps large Schirra a longtemps eu le statut culte.
click, click, click – dans 0,2 secondes, une boîte à six vitesses séquentielles change les rapports par les rockers du volant. Alors que la pédale d’embrayage s’arrête à chaque changement de vitesse, la petite voiture de course, grâce à son système d’échappement en titane, rugit, claque et éclabousse comme une grosse.
Aucun mini ventilateur ? Au plus tard après la première courbe de la Schirra-Renn-Mini, le virus de la fascination sauterait. Avec des pneus de course sans profil, la Mini tourne en rasoir, puis se colle aussi courageusement que les montagnes russes sur ses rails de guidage dans le virage. A Hockenheim, la petite centrale de Hockenheim martèle des valeurs d’accélération latérale allant jusqu’à 1,65 g dans l’asphalte malgré les réglages de Nordschleife, ce qui n’est pas son truc. Après 1.07,1 minutes le tour d’honneur du VLN-Mini se termine. Avec un réglage plus serré et un essieu arrière plus agile, des temps de 1,06 minute seraient possibles sur le Small Course.
Cependant, la Schirra Racing Mini n’a manqué que deux choses aujourd’hui à Hockenheim : le bon temps et les bons adversaires. Ce qui nous ramène à Harald “Nippel” Grohs : “Sous la pluie, vous accrochez les boîtiers GT3 avec notre Mini dans la boîte de vitesses.”
.