compacte

Audi A2 1.4 Rapport de conduite

105Views

Audi A2 1.4 Rapport de conduite

Audi A2 1.4 Rapport de conduite 2

Concept de conception légère révolutionnaire

Avec son concept pionnier de design léger et sa forme haute et aérodynamique, la nouvelle Audi A2 fait sensation. C’est la première automobile fabriquée en grand nombre et entièrement en aluminium. Les premières impressions du précurseur technologique parmi les voitures compactes d’élite.
S’appuyer sur l’aluminium”, a recommandé une fois André Kostolany, ancien champion boursier, dans une publicité télévisée pour la A8. Non seulement les investisseurs financiers ont pris ce conseil à cœur, comme l’ont montré les sauts de prix de certaines actions en aluminium dans les jours suivants, mais aussi les ingénieurs dans le développement de la nouvelle petite voiture Audi.
Car technologiquement, il suit les traces de son grand frère. Il est également doté d’un cadre en aluminium filigrane sur lequel est placé un corps réalisé dans le même matériau léger. L’économie de poids est de l’ordre de 150 kg, soit 40 % par rapport à une construction en acier classique. Cela donne à l’A2 un poids à vide inégalé de 895 kg dans sa catégorie (version de base avec moteur à essence).
Pour pouvoir produire le cadre en aluminium de manière rentable et en grandes quantités (capacité annuelle de 60 000 pièces contre 15 000 pour l’A8), il a fallu réduire considérablement son nombre de pièces et porter le degré d’automatisation à plus de 80 % (A8 : 25 %).
Cet exploit fut atteint en utilisant des profils en aluminium qui ont subi une déformation spécifique à haute pression interne et dont les sections varient plusieurs fois. D’autre part, de grandes pièces coulées sous haute pression avec des épaisseurs de paroi variables et de nombreux renforts assurent une fonction portante dans le squelette.
Malgré sa petite taille, c’est une base solide pour la petite voiture quelque peu étroite (1,67 m) et haute (1,55 m), qui a fait ses preuves lors des premiers essais de marche. Même sur les mauvaises routes, on n’entendait pas les bruits de craquement du corps ou de l’habitacle. Au contraire, l’A2 donne l’impression d’une grande rigidité structurelle.
Une colonne vertébrale solide est fondamentalement aussi une condition préalable favorable à de bonnes caractéristiques de conduite, ce que la petite Audi confirme largement par sa maniabilité agile et son comportement de conduite sans problème et légèrement sous-virage jusqu’aux vitesses élevées en virage.
Dans les virages, cependant, lorsque la personne testée pousse déjà fortement sur les roues avant jusqu’au bord extérieur de la courbe, elle surprend le conducteur à la première sortie avec des réactions de changement de charge clairement perceptibles.
Afin de s’assurer que la A2 ne devienne pas trop grosse dans les situations critiques, Audi a cette fois pris des précautions et l’a équipée du système électronique de stabilité (ESP) en standard. Le prix comprend également l’ABS et un système antipatinage qui peut être désactivé jusqu’à 50 km/h.
L’Audi doit sa bonne maniabilité non seulement à son petit rayon de braquage, mais aussi à sa direction assistée électrohydraulique. Les freins (disques avant, tambours arrière) avec répartition électronique de la puissance s’avèrent faciles à appliquer lorsque la pression sur la pédale est limitée et sont plutôt toxiques lorsque l’on pédale fort. L’impression de confort est plus harmonieuse.
La suspension offre un bon pouvoir absorbant et absorbe même les petites irrégularités, sur lesquelles les grands frères de l’A2 aiment rouler à sec, d’une manière étonnamment agréable.
Pour son lancement commercial en juin, l’A2 roulera avec le moteur essence 1,4 litre qui produit 75 ch et respecte la norme EU4. Selon l’usine, il accélère le poids léger d’un arrêt à 100 km/h en douze secondes et est dit bon pour une vitesse maximale de 173 km/h. La voiture a une vitesse maximale de 173 km/h. La vitesse de la voiture est également très faible. Une partie importante de la vitesse de pointe respectable et de la consommation moyenne de 6,0 litres aux 100 km serait également due au coefficient de traînée aérodynamique (0,28), qui est exemplaire dans cette catégorie.
Le moteur à quatre soupapes est agréable en mode conduite grâce à son tempérament attrayant, qui est caractérisé par une accélération spontanée dès 2500 tr/min et une bonne capacité à tourner jusqu’à l’utilisation précoce du régulateur à 5 800 tr/min. Il souligne sa volonté d’être performant avec un sous-entendu précis, auquel s’ajoute une légère fréquence de ronronnement dans la gamme supérieure.
La transmission de puissance s’appuie sur une transmission à cinq rapports avec un rapport long dans la gamme supérieure. Le levier de vitesses fonctionne avec précision, mais provoque parfois des craquements bruyants lors des changements de vitesses, comme si le levier était guidé dans un fond métallique.
En tant que source d’entraînement alternative, seule la motorisation diesel trois cylindres à injection directe est disponible, la même cylindrée et la même puissance, également utilisée sur la VW Lupo. En termes d’accélération, l’A2 TDI, qui pèse environ 100 kg, est presque à égalité avec son homologue essence sur papier.
En termes de puissance de traction, elle lui sera tout aussi nettement supérieure en termes de consommation de carburant (4,3 L/100 km) grâce à son couple, qui est supérieur de 50 % (195 à 126 Nm). Toutes les versions ont en commun un concept d’espace convaincant avec une longueur totale de 3,82 mètres (11 cm de plus que la VW Polo). Cela profite non seulement aux passagers avant, mais aussi aux passagers arrière, qui disposent d’un dégagement important pour la tête malgré la ligne de toit inclinée.
Grâce au plancher abaissé de la cabine, ils peuvent plier confortablement les jambes. La largeur est suffisante pour deux adultes. En tout état de cause, l’A2 n’est disponible qu’avec des sièges simples à l’arrière ; un siège arrière indivisible et rabattable est disponible en option.
Le volume du coffre profond, à 390 litres sous le capot (156 DM), qui est soumis à un supplément, est exactement aussi grand que celui de la Mercedes classe A, qui est presque 30 cm plus courte et a été choisie comme principal concurrent par le service marketing. L’accès est rendu plus difficile par un seuil de chargement élevé, mais le hayon oscille très haut.
En rabattant les dossiers des sièges et les sièges rabattus et en les enlevant complètement (16 kg chacun), la capacité de chargement augmente à un maximum de 1 140 litres (hauteur mesurée du toit). Pour la DM 235, il y a un plancher intermédiaire mobile sous lequel la roue de secours, disponible en option pour le système de mobilité des pneus, et de petits objets peuvent être stockés.
Les plastiques bon marché ayant été largement supprimés, l’intérieur fait bonne impression, ce qui est souligné par la finition soignée et les sièges confortables (avec surface réglable en inclinaison sur demande). L’équipement de sécurité ne laisse rien à désirer en ce qui concerne les sacs gonflables avant et latéraux de série (airbags de tête avant et arrière 753 DM). La liste des prix comprend de nombreux extras, dont la climatisation automatique (DM 2.543). La force de l’A2 réside dans le fait qu’en dépit de sa brièveté, elle donne toujours l’impression d’être sur la route dans une voiture adulte. Le cadre des coûts s’y prête également : L’échelle ouverte à la hausse commence à un peu moins de 32.000 DM. Il a juste son prix à parier sur l’aluminium.