compacte

cabriolets au look rétro

78Views

cabriolets au look rétro

cabriolets au look rétro 2

Une fois, deux, trois.

Dans le passé, il n’y aurait pas eu une telle chose : un scarabée avec un toit électrique. Une mini sans toit. Un hotrod ouvert en grande série. Les modèles rétro VW New Beetle, Mini Cooper et Cyrysler PT Cruiser compensent ce qui manquait à l’époque ?
Peut-être que le blanc n’est pas aussi froid que les hommes sur les sièges d’occasion le pensent toujours. C’est pourquoi ce n’est pas le blanc que porte le PT Cruiser, mais l’ivoire, le ton qui rappelle les volants cabestans des années 50 et les voitures qu’on appelait sérieusement Isabella ou Eldorado.
Le coffre d’un Nouveau Cabriolet, par exemple, avec son hayon
petit, est presque plus inutilisable que le coffre du scarabée original. C’est quoi, l’argent métallisé ou l’important noir ?
La bonne nouvelle n’est donc pas seulement que les trois célibataires sont également disponibles avec un toit en tissu, mais qu’un blanc crème est au moins sur les nuanciers de et. Bien sûr, c’est l’un des rares traits de caractère qu’ils ont en commun avec leurs modèles. S’il y a des modèles.
Dans l’histoire de Chrysler au moins il n’y en a pas. C’est pourquoi le PT Cruiser ouvert rappelle, à l’avant d’un V8 Ford du début des années 30 et à l’arrière d’une fourgonnette commerciale, le garage de son propriétaire de 19 ans quelque part en banlieue de la côte ouest avec Top Chop. De plus, il porte un gros roll bar, comme s’il voulait citer le Golf des années 90.
Le mini original n’était disponible en cabriolet que lorsque des fléchisseurs décidèrent de couper la viande en privé. Souvent, ils ont pris eux-mêmes des spécimens de troisième main et peu de temps pour visiter les résultats ont été bientôt en troisième rangée sur la place de gravier de la banlieue. Seule la nouvelle montre comment elle a pu être produite en série. Non pas avec ses cintres chromés quelque peu flirteurs à l’arrière, mais avec la silhouette élégante du toit fermé et un pare-brise qui se dresse abruptement dans la tempête au lieu d’être soigneusement bombé sur les passagers avant.
Seulement des tampons utilisés pour fixer les vases à fleurs au tableau de bord
La New Beetle n’est pas un scarabée. Seuls les tampons utilisés pour attacher les vases à fleurs au tableau de bord, de sorte que Retro peut être faux. Mais la deuxième vie de cabriolet fait du bien à la New Beetle, bien sûr, parce que le clown porte une casquette d’hiver. Son éternel sourire de capuchon pourrait aussi avoir quelque chose d’anarchique à ce sujet. Et en passant, il convient bien à la New Beetle de vieillir graduellement. A l’ancienne. Double rétro. On a l’impression qu’il n’est plus une voiture neuve, qu’il date des années 90, et tout à coup, même le tableau de bord monumental avec le pare-brise éloigné est tout à fait acceptable. L’automne de la vie le rend aussi spécial qu’un jeune homme. Il n’y a pas de volant multifonctions à bord, la radio peut être tournée. Les régulateurs de chauffage peuvent provenir d’une Jetta GLX. Panneaux de porte en plastique gris. Avec incrustations en similicuir véritable. Des manivelles de fenêtre seraient parfaitement acceptables. Et un dessus mécanique, bien que l’électrique fonctionne bien sûr très bien.
Le design, eh bien, un différend. Mais le plus important pourrait être que la New Beetle ait la force de son corps en commun avec son modèle de rôle. Il ne fait pas de bruit, pas même sur les routes encombrées, où le PT Cruiser est plus proche de ses homologues américains qu’avec la position assise beaucoup trop haute qu’il offre aux passagers avant. Pour lui, le rétro, c’est plutôt le twist du pilier A qui pourrait encore dater du début des années soixante. Et l’espace généreux à l’arrière, où de véritables sièges quatre places sont également disponibles pour les adultes.