compacte

Double test Opel Astra 1.6 16 V contre VW Bora 1.6

80Views

Double test Opel Astra 1.6 16 V contre VW Bora 1.6

Double test Opel Astra 1.6 16 V contre VW Bora 1.6 2

Double test Opel Astra 1.6 16 V contre VW Bora 1.6

Golf et Astra – maintenant la bataille pour la part de marché éclate également avec les nouvelles variantes de notchback. VW a même donné un nouveau nom à sa Golf étirée : Bora. L’Astra, par contre, demeure dans la version de 4,25 mètres de l’Astra. La question cruciale est cependant la suivante : quelle partie arrière se déplace vers l’avant à la fin ?
Deux poignées dans le couvercle du coffre témoignent de l’attention portée aux détails. Opel y a aussi pensé, mais le résultat est un peu plus simple sous la forme d’une boucle en plastique. Il n’y a aucun doute, vous pouvez voyager avec de tels compartiments à bagages, d’autant plus que les charges utiles de 424 kg (Astra) et 447 kg (Bora) sont à un niveau utilisable. Les dossiers des sièges arrière sont rabattables, la surface d’assise arrière de la Bora est également divisible, ce qui peut augmenter les applications utiles. Des dossiers verrouillables complètent l’image d’une équipe de développement qui a pensé à beaucoup de choses. Elle a certainement pensé à la ceinture de sécurité automatique pour le troisième passager au milieu, mais elle n’a pas été approuvée. Une ceinture sous-abdominale rend un service rare à l’homme. Opel est plus attentionnée en ce moment.
Il y a un troisième harnais automatique, mais ce qui est beaucoup plus important, c’est beaucoup plus d’espace à l’arrière. En termes d’économie d’espace, la Bora peut difficilement être considérée comme un point culminant particulier, où une partie du renoncement, comme c’est souvent le cas, résulte de l’élégance des lignes. Le toit incliné et profilé, qui est également très fortement rétracté, offre un faible dégagement pour la tête sur la banquette arrière. Même avec l’espace pour les jambes, il n’est pas loin derrière, même ici, les points positifs clairs s’accumulent. Avec la Bora, VW s’est évidemment davantage concentrée sur l’attractivité des lignes que sur les exigences de confort d’une famille moyenne, à l’exception du volume de coffre. L’Astra offre de nets avantages à l’arrière avec une longueur hors tout beaucoup plus courte (4,25 mètres à 4,37 mètres pour la Bora). Devant se trouve le golf de Bora, et le bien-être qui en résulte est d’autant plus élevé. Il y a même de légers avantages de place pour la VW, qui avec la haute fonctionnalité donnent à la Bora un léger avantage sur l’Astra. 
Des suppléments habituellement soumis à des suppléments sont standard ici – tels que des vitres électriques à l’avant et à l’arrière, un système de freinage antiblocage ou un siège passager réglable en hauteur (Bora). Ils ont tous les deux des rétroviseurs extérieurs chauffants électriques, l’Astra inclut également le système de verrouillage central avec télécommande radio dans le prix. Ainsi, plus de voitures pour l’argent s’applique d’abord et avant tout à l’Opel, plus d’ergonomie et un effet de bien-être dans le cockpit s’appliquent à la VW. Tout ce que vous touchez et regardez – tout donne une impression bien pensée et de haute qualité. L’éclairage d’armature bleu vif de la Bora lors de l’éclairage nocturne trouve moins d’applaudissements. Les bons sièges ont les deux, et aussi dans le manque de clarté à l’arrière ils ne sont pas beaucoup derrière. Et les données techniques disent à tout le monde que Bora et Astra ont non seulement la même cylindrée de 1,6 litres, mais dans les versions testées aussi exactement la même performance de 100 CV. Quelle est la différence entre les deux voitures ? Le chapitre moteur se termine, pour l’anticiper, en faveur de l’Astra. Les deux ne sont pas loin de la limite de 1,3 tonne – beaucoup trop de poids pour établir un nouveau record de consommation. Avec une consommation d’essai de 8,9 litres aux 100 km, l’Astra n’est pas non plus une voiture de consommation directe, mais elle est plus économique que la Bora. Il atteint en moyenne 9,5 litres/100 km, pas trop loin de la vraie classe moyenne. La traduction courte est également efficace ici. Il n’a aucune influence sur le confort. Vu sous cet angle, le petit moteur cultivé à quatre cylindres s’harmonise bien avec le niveau de confort atteint avec la Bora. Surtout à vide, il y a un avantage notable devant l’Astra, même sur l’autoroute, qui est principalement dû à sa plus grande souplesse. L’Astra se porte aussi bien, mais pas aussi bien. Les frères amicaux sont presque sur un pied d’égalité les uns avec les autres quand il s’agit de caractéristiques de conduite ainsi.
La maniabilité y est exemplaire aussi bien que là, de petites différences seulement dans la direction et la maniabilité. La servocommande de Bora fonctionne encore plus précisément, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles la VW à encoche obtient un petit plus en termes de maniabilité. Les deux ont des freins efficaces et stables, là aussi il n’y a presque pas de différence. Ce n’est pas seulement ce résultat détaillé qui est, dans une certaine mesure, représentatif des totaux de l’évaluation immobilière. Même si la Bora est un peu en avance, il n’y a ni vainqueur ni perdant dans cette rencontre. En fin de compte, c’est qu’il semble similaire, mais avec le signe opposé. Il est non seulement plus économique et surtout plus spacieux, mais presque 2500 marks moins cher que le Bora. Il mérite donc d’être classé premier sur une base sobre. Il n’y a pas eu beaucoup de bonnes nouvelles concernant Opel ces derniers temps, mais la nouvelle Astra est évidemment toujours fiable.