compacte

Mazda 3 Sport 1.6 Exclusive testé en exclusivité

73Views

Mazda 3 Sport 1.6 Exclusive testé en exclusivité

Mazda 3 Sport 1.6 Exclusive testé en exclusivité 2

Dynamique et agilité dans la Mazda 3 Sport

Agile et dynamique, la Mazda 3 Sport gagnera d’abord du terrain comme version à hayon. Le successeur de la 323, tout simplement moderne, agréable et bien proportionné.
Il n’aurait pas nécessairement eu besoin de cette couleur pour apparaître dans les sports : Nous ne construisons plus de souris grises. Mais ce jaune safran vif est plus qu’une joyeuse tache de couleur dans le gris de tous les jours, plus qu’une antithèse optimiste aux tons dominants argent, anthracite et noir – toutes des variations du terme incolore. C’est un signe de la revendication d’une place au soleil, et cela a vraiment gagné. Après la Mazda 6 dans la classe moyenne, la petite Mazda 2 et la sportive Mazda RX-8, le successeur de la Mazda 323 suit maintenant, avec laquelle les Japonais veulent être à nouveau à l’avant-garde dans la catégorie compacte. Et pendant que le public discute encore de la nouvelle Opel Astra et de la VW Golf, le rival semble tout simplement moderne, agréable et bien proportionné. Il renonce à toute exaltation sans souffrir de faiblesse de caractère. Même la forme extérieure de la version à hayon Sport – un modèle à encoche à suivre prochainement – parle un langage solide et de haute qualité, sans négliger les émotions. De plus, c’est une apparence très imposante qui, surtout par sa longueur (4,42 mètres), dépasse le cadre habituel de sa catégorie et se rapproche presque des berlines adultes telles que la BMW Série 3. La traction avant peu encombrante de la Mazda MZR 1.6 Sport avec moteur monté transversalement la surpasse même en termes d’espace pour les passagers, mais elle est avare en termes de volume de bagages. Seulement 300 litres, moins que les 350 litres disponibles pour l’Astra et la Golf, et un espace de rangement plat pour les petits objets au-dessus de la roue de secours dans le sous-sol du compartiment arrière. Le dossier de la banquette arrière, divisé en 40 à 60 sections, peut être placé sur la banquette si nécessaire, mais ne crée pas un espace de chargement plat et vraiment généreux (635 litres jusqu’au bord inférieur de la vitre).
Les occupants de la Mazda 3 Sport 1.6 bénéficient évidemment d’une priorité plus élevée, comme en témoigne déjà la confortable entrée par quatre portes standard à large ouverture. Même à l’arrière, l’espace pour les jambes et la tête est respectable, et les sièges avant, grâce à leur bon soutien latéral et leur large repose-jambes, assurent un sentiment de bien-être, en particulier sur les longs trajets. Un réglage en hauteur et un soutien lombaire ne sont disponibles que pour le conducteur, et le volant est réglable en profondeur, mais pas en hauteur. Néanmoins, un Européen normalement adulte ne devrait avoir aucun problème à trouver une place assise convenable dans la Mazda 3. La facilité d’utilisation, la qualité de fabrication et la clarté de la carrosserie font le reste pour se familiariser rapidement avec la Mazda 3. Seul le fonctionnement de la radio, de la climatisation et du système de navigation (en supplément) n’est pas immédiatement apparent et semble parfois encombrant.
La politique d’équipement de Mazda laisse également une impression ambivalente. Bien que la plupart de ce qui est considéré aujourd’hui comme indispensable soit standard à bord, d’autres ne sont même pas disponibles moyennant un supplément ou seulement sous forme de forfait. Les phares au xénon avec nettoyage, capteurs de lumière et de pluie, dispositif antivol et thermomètre externe sont réservés à la Mazda 3 Sport 2.0 Top de 150 ch, la version Mazda 3 Sport 1.6 ne dispose que de l’équipement exclusif testé pour un salon de 2200 euros supplémentaires avec climatisation, ESP, jantes aluminium et radio commande sur le volant. En termes de protection des occupants, le modèle de base de 1,4 litre offre déjà des coussins gonflables avant, latéraux et de tête, plus l’ABS avec assistance au freinage et répartition électronique de l’énergie, mais l’ESP ne coûte même pas un supplément. En termes de comportement en cas d’accident, Mazda pense qu’il est du côté de la sécurité, car l’avant a les mêmes structures porteuses que la nouvelle Volvo S40 et la future Ford Focus, et les zones de déformation du centre de sécurité Volvo ont été optimisées.
La similitude technique avec les frères du groupe est également visible dans un comportement qui ne néglige pas le plaisir de conduite. Le trio emprunte des routes de campagne sinueuses aussi rapidement et facilement que la Wedelgasse, avec une charge utile maximale (454 kg), il est encore plus calme que vide avec des changements de cap rapides. Même dans les virages en épingle à cheveux, la traction avant ne pousse que doucement sur les roues avant ; les réactions de changement de charge ne peuvent être détectées que dans une mesure limitée. Contrairement à l’aide à la direction électrohydraulique dans la version deux litres, le conducteur est assisté par une direction assistée conventionnelle qui travaille de manière agréable, spontanée et précise. Ce n’est que lors d’un slalom rapide qu’il apparaît un peu engourdi et lisse, tandis que le programme de stabilité maintient le véhicule sur la bonne voie d’une manière très finement dosée. L’impression d’une sécurité de conduite élevée est complétée par quatre puissants freins à disque, qui ne diminuent guère leur effet, même sous de fortes charges. Cependant, le gain en dynamique de la Mazda 3 Sport 1.6 se fait au détriment du confort de la suspension. Le châssis bien réglé filtre suffisamment bien les longues bosses, mais les bosses courtes et les joints transversaux ne sont pas très sensibles et sont reconnus par des chocs secs. De plus, les pneus optionnels de 16 pouces, qui roulent normalement discrètement, avec des bruits de grondement désagréables, se font entendre.
La Mazda n’est de toute façon pas une véritable pédale silencieuse, ce qui est moins dû au châssis ou à la carrosserie qu’au moteur. Le moteur cultivé de 1,6 litre à quatre cylindres de 1,6 litre offre un son sportif qui prend un ton plus aigu à haut régime. Les performances de conduite (de zéro à 100 km/h en 11,4 secondes) et la consommation d’essai (9,5 litres aux 100 kilomètres) ne sont pas non plus un problème, et pourtant vous vous sentez toujours bien motorisé. Ceci est principalement dû au bon comportement de réponse de la vanne à quatre soupapes dans la plage médiane, qui est plus dû au rapport court qu’à son couple élevé. Cela signifie que vous pouvez nager paresseusement dans la circulation, d’autant plus que la boîte de vitesses à cinq rapports est très précise et facile à utiliser.
Et puisque le prix bas inclut également un design solide reconnu et une garantie de trois ans, vous pouvez probablement parler de la meilleure Golf Mazda jamais construite. Une touche de couleur dans toutes les catégories de la catégorie compacte très disputée – même si elle n’est pas peinte en jaune safran.
Mazda a créé la Mazda 3 Sport 1.6 Exclusive, une voiture compacte spacieuse, solide et sûre qui est aussi agréable à conduire. A part le confort modéré de la suspension et la botte serrée, il n’y a presque rien à lui reprocher.