compacte

Mazda 5, Opel Zafira,Toyota Corolla Verso

75Views

Mazda 5, Opel Zafira,Toyota Corolla Verso

Mazda 5, Opel Zafira,Toyota Corolla Verso 2

cubes magiques

forme en forme de boîte, mécanismes de pliage délicats : La Mazda 5 compacte à sept places, l’Opel Zafira et la Toyota Corolla Verso enchantent non seulement les petits passagers et les familles nombreuses. Lors de l’essai comparatif, les moteurs essence de 140 ch font la preuve de leurs qualités polyvalentes.


Les trois candidats au test offrent des mécanismes de pliage astucieux avec l’avantage d’avoir tous les sièges disponibles en tout temps sans bloquer les garages et les sous-sols. Et si toute une bande de vauriens doit se joindre à nous, deux ou trois poignées suffiront, et le bus navette est prêt à partir. Il en va de même pour le concept de sièges Karakuri et l’accès facile au parking par des portes coulissantes à gauche et à droite. Ils ouvrent chacun des écoutilles de 70 centimètres de large, ce qui ne change pas grand-chose au fait que l’embarquement dans la dernière rangée exige de la flexibilité, même si les sièges individuels glissent vers l’avant dans la deuxième rangée. A long terme, le séjour à l’arrière n’est raisonnable que pour Steppkes, les adultes pensent plutôt à Harakiri qu’à Karakuri. La deuxième rangée est beaucoup plus confortable, même s’il n’y a pas d’accoudoirs dans les portes coulissantes.





Sièges avant coupés avec des surfaces trop courtes et le montant A massif et obstructif, cependant, les points de coût. D’autre part, les 23.590 euros, avec leur facilité d’utilisation et leurs instruments clairement lisibles, sont très populaires. L’équipement de la version Edition comprend la climatisation, la radio CD et le régulateur de vitesse, le luxe comme les roues en aluminium, l’ordinateur de bord ou la lunette arrière électrique ainsi que les frais de navigation et de divertissement DVD en sus. Son nouveau moteur à essence 1,8 litre avec commande variable des soupapes et collecteur d’admission variable est relativement économique, mais pas particulièrement puissant ni cultivé.





Quiconque exige un divertissement de première classe avec DVD, écran escamotable de sept pouces dans la doublure du toit et 20 Go de stockage sur disque dur pour un maximum de 3000 titres de musique est servi pour 2800 euros. Mais même sans une gamme techno complète, la joie est dans l’air : son moteur de deux litres se présente sophistiqué et puissant, le cockpit clair, tandis que la console centrale avec son décor argenté et ses boutons étroits est une citation directe du design Nobel HiFi danois.



Dans le test du split μ, il échoue également de manière spectaculaire en raison de sa distance de freinage beaucoup trop longue (voir Spotlight). L’Opel freine mieux, mais ressorts et amortis beaucoup plus serrés. Sa suspension sportive IDS Plus avec amortisseurs à commande électronique en option réduit les mouvements du corps, mais réagit inutilement aux talons durs.



La facilité d’utilisation, la sécurité de conduite et le volume de chargement généreux apportent à l’Opel la victoire malgré son châssis IDS Plus inconfortable.Equipement haut de gamme exécutif, des mécanismes de pliage intelligents, mais un compartiment à bagages relativement petit, un moteur essence faible au démarrage et un freinage légèrement moins bon : troisième place
.