compacte

Mercedes A 170 CDI Elegance

70Views

Mercedes A 170 CDI Elegance

Mercedes A 170 CDI Elegance 2

Adieu, les

La version longue est une bénédiction pour les places arrière de la Classe A : des portes plus larges et plus d’espace pour les genoux facilitent la vie des passagers.
Sauf pour le démarrage difficile (test de wapiti, défauts de qualité), c’est celui d’un succès complet. Plus de 550 000 voitures ont été vendues en seulement trois ans et demi. Un aspect important : la Classe A a pu conquérir un nouveau potentiel de clientèle pour Mercedes, 80 pour cent de ses acheteurs viennent d’autres marques.
La nouvelle longueur permet non seulement d’économiser de la place, mais elle contribue également à l’apparence visuelle. La version longue donne enfin des proportions harmonieuses à la Classe A. La nouvelle ligne est soutenue esthétiquement par le toit légèrement surélevé (plus 12 millimètres) et les colonnes A, B et C modifiées. L’habitacle, jusqu’alors bon marché, a également gagné, car les surfaces au toucher agréable à la poignée ont enfin le niveau Mercedes. La voiture d’essai équipée de quelques extras (prix de base : 42.086 Marks) représentait un nouveau prix d’un bon 53.000 Marks beaucoup d’argent pour une si petite voiture, qui lutte encore avec des faiblesses liées au concept malgré la maintenance du modèle. Faible stabilité directionnelle, sensibilité au vent de travers et manque de traction – ceci affecte également la version longue. D’autre part, le confort a gagné, et le châssis n’impose pas d’exigences élevées en matière de conduite, même en cas d’utilisation forcée. L’ESP perfectionné n’intervient plus aussi tôt, mais la direction électro-hydraulique quelque peu engourdie ne laisse toujours rien à désirer.
Les trois moteurs à essence (82, 102 et 125 ch) n’ont pas changé. Seul le diesel est devenu plus puissant. Le 160 CDI produit aujourd’hui 75 ch (contre 60 auparavant), le 170 CDI de la même taille passe de 90 à 95 ch. Cela ne change pas grand-chose en termes de performance de conduite (zéro à 100 km/h en 12,6 s ; vitesse maximale 180 km/h). Et avec un couple de seulement 180 Nm, le turbo diesel de 1,7 litre n’a toujours pas la poussée diesel exceptionnelle connue de la concurrence VW TDI, par exemple. Il est donc dommage que l’on ne soit même pas récompensé pour la basse pression moyenne avec une culture de course satisfaisante. Après tout, la consommation de carburant (6,3 L/100 km) se situe dans la fourchette habituelle.
L’empattement allongé fait ressortir l’impressionnant concept d’espace de la Classe A. La douceur de fonctionnement et le couple du moteur ne sont pas convaincants. La plus grande lacune reste le prix élevé.
.