compacte

Opel Astra 1.6 16V Caravan sous test

78Views

Opel Astra 1.6 16V Caravan sous test

Opel Astra 1.6 16V Caravan sous test 2

Plus de problèmes de qualité ?

100 000 kilomètres est encore une distance considérable. L’Opel Astra 1.6 16V Caravan l’a couverte en deux ans : longue distance et courte distance, dans un embouteillage et à plein régime – comme dans la vie.
Certaines choses sur une automobile ne se démarquent que lorsque vous la traitez plus longtemps. Christine Oehling, responsable de la production chez
leblogautosmag
, est en route pour Hambourg avec le test d’endurance Astra et critique non seulement le confort d’assise en baisse sur les longs trajets, mais aussi la rétention précise des bagages dans les soutes. Des bandes de caoutchouc encastrées sur le plancher du coffre fournissent l’adhérence nécessaire – et c’est ce à quoi il pensait.
Un break de mode, c’est-à-dire une voiture qui est achetée principalement pour sa forme et moins pour sa valeur utilitaire, n’était pas voulu. Le prédécesseur de la caravane actuelle est déjà un véritable animal de ferme, dans la lignée du passé d’Opel en tant que break, qui remonte à la caravane record des années 1950, avec 530 litres d’espace bagages et un demi-million d’unités vendues.
La nouvelle voiture respire l’esprit de son prédécesseur, même si elle est moins volumineuse (480 litres en charge, 1 500 litres avec le siège arrière abaissé). Le seuil de chargement est profond, le mécanisme de pliage du dossier de la banquette arrière est simple, seul le couvercle de l’espace de chargement fait des soucis tout le temps. Il est piraté et reste piraté, et celui qui l’installe doit se concentrer.   
Il y a toujours un véritable verrou de pression du couvercle arrière à l’ancienne, et le rabat s’ouvre étonnamment large. Ici aussi, on peut voir que la conception de cette voiture était à propos de la chose.
La caravane devrait être pratique, et il est devenu pratique, y compris une opération simple. Mais l’œil mange même dans les choses utiles et apprécie des choses telles qu’une peinture brillante pour 110 euros, l’ordinateur de bord pour 282 marks ou la sellerie en cuir pour près de 1 500 euros.
Avec le système de climatisation (1042 euros) et quelques autres extras, le prix de la voiture de test augmente de 16 800 euros à 22 500 euros à un peu plus. Celui qui achète aujourd’hui doit investir environ mille de plus.
Ce prix de base comprend non seulement le soi-disant équipement de confort, mais aussi le 1600 de 100 ch à quatre soupapes, qui se profile comme discret pendant toute sa durée de vie. Près de 22 % des clients d’Astra choisissent le deuxième moteur à essence le plus puissant de la gamme Kombi après le moteur à deux soupapes de 85 ch.
En principe, c’est un bon choix pour une telle voiture utilitaire, car en plus de sa discrétion mécanique, le moteur quatre cylindres est également raisonnable en termes de coûts de maintenance. La consommation totale de 8,9 litres aux 100 km n’est cependant pas tout à fait aussi favorable.
Les caractéristiques de performance ne semblent pas non plus être basées sur le principe du couple bas de gamme Opel, qui promet beaucoup de couple à bas régime, comme à l’époque du capitaine. La caravane de 4,28 mètres de long pèse 1 210 kilos et le petit quatre cylindres y est pour beaucoup. Avec l’augmentation du kilométrage, l’accélération, la puissance de traction et la vitesse de pointe s’améliorent. Une seconde entière, 11,6 secondes au lieu de 12,6 secondes, se situe entre la mesure initiale et la mesure finale lors d’une accélération de zéro à 100 km/h.
L’élasticité lors de la traction de 80 à 120 km/h en cinquième vitesse passe de 19,7 à seulement 18 secondes. Ce n’est donc qu’une question de temps, quand vous pouvez signaler l’Astra Caravan au DTM.
Rpm dont le moteur a déjà besoin maintenant, et bien que le niveau de bruit soit globalement assez faible, des ronflements occasionnels dérangent les fréquences. La glissière continue permet d’éviter le changement de la courroie dentée. Opel a porté les intervalles pour ce moteur à 120 000 kilomètres ou huit ans – les coûts supplémentaires inévitables ne sont pas inclus dans la facture totale des essais à long terme. Avec seulement 1,75 litre, la quantité d’huile de remplissage est négligeable sur la durée de fonctionnement.
Aucun problème avec le moteur qui, comme le montre le proverbe de l’âne, n’est pas exigeant sur une distance de 100 000 kilomètres et ne souffre d’aucun dysfonctionnement. Il est également pardonné pour sa faiblesse dans la mise en service d’un système de climatisation efficace et énergivore, avec perte de performance et secousses occasionnelles. Pour compenser cela, vous voulez aussi un peu plus de cylindrée.
Tout fonctionne, y compris le verrouillage centralisé par un fort clic, mais tout n’est pas parfait. Le siège du conducteur grince, les boutons des vitres électriques se révèlent très délicats, les boutons du volant multifonctions sont difficiles à actionner, de même que le régulateur de vitesse du levier des clignotants.
La liste des pannes est courte et seulement à un endroit sévère, à 74 544 km. Après les bruits de craquement sur le volant qui ont provoqué des troubles au parking, il est remplacé avec le joint comme précaution – réparation la plus chère. Plus de 600 euros à payer, la part du goodwill reste modeste à 182 euros.
Au-delà de 18 000 kilomètres, après l’inefficacité du système antiblocage, le moyeu de roue, le capteur ABS et le roulement de roue sont renouvelés, un ensemble qui aurait coûté 250 euros sans le règlement de garantie. Le remplacement du panneau chauffant (kilométrage 25.000) coûte tout aussi cher, le remplacement de la fusée avant gauche est également une demande de garantie et aurait normalement coûté 412 euros.
Neuf jours au total, le coureur d’endurance est imprévu dans l’atelier, six jours en raison des inspections régulières. Comme d’habitude chez Opel, les coûts restent agréablement modérés ; les petits services à la clientèle se situent entre 90 et 135 euros, les grands entre 200 et 250 euros.
Cela a un effet positif sur l’équilibre général des coûts, tout comme la faible usure des plaquettes de frein (premier changement de plaquettes de frein à l’avant et à l’arrière sur une distance bien supérieure à 60 000 km).
Les Astra traitent aussi légèrement les pneus. La première série de Michelin Pilot HX MXM présente de bonnes caractéristiques de confort et un kilométrage supérieur à la moyenne. Après 40 000 kilomètres, quatre millimètres de profil résiduel sont présents. Aussi le Dunlop SP Winter M2 ne déçoit pas pendant la saison froide, il offre une bonne traction dans la neige.
Quelle est la condition générale ? Opel n’a pas toujours livré des produits de qualité dans un passé récent, maintenant le patient semble en bonne santé. Dans l’indice de déficience
leblogautosmag
, l’Astra se classe non seulement loin devant son prédécesseur, mais aussi devant son concurrent le plus féroce, la VW Golf, qui n’a pu convaincre lors du dernier test d’endurance en raison de nombreuses carences.
Combiné avec la fiabilité mécanique et l’absence de pannes totales, l’Astra présente un bilan positif même si les coûts moins essence, huile et pneus à 3.2 pfennigs le km ne battent pas des records. Lorsque l’on estime le prix à un peu moins de 10.000 euros, il faut garder à l’esprit que le coureur d’endurance, comme dans une vraie voiture, a des extras à bord pour environ 5.000 euros, dont l’expérience a montré qu’ils n’ont pas une grande importance monétaire quand il s’agit de revente. La version de base n’aurait probablement pas fait beaucoup moins.
“L’Astra n’a pas vraiment laissé d’impression”, dit un de ses utilisateurs, Bernhard Appelhoff de la base
leblogautosmag
database. “Il est discret, bien élevé, n’a causé aucun problème et, mis à part son équipement complet avec les sièges en cuir noble, il n’a causé aucune surprise. Il n’y a pas de flair, tout est simplement opulent.”
Il a simplement fonctionné. En deux ans, j’ai parcouru environ 45 000 kilomètres en vacances et sur de courtes distances avec mon Astra Caravan 1.6 16 V Edition 100. Mon équilibre ne pouvait pas être meilleur : pas de visite imprévue en atelier, fiabilité absolue, maniabilité très agile, excellente tenue de route avec une consommation moyenne de moins de 7,5 litres/100 km, même après 45 000 kilomètres sans cliquetis ni craquements,
aucune usure notable du châssis, des sièges ou de la transmission.

Ingo Klein, 65529 Waldems

La finition a manifestement évolué et mérite le label bon. Le moteur est aussi beaucoup plus silencieux que son prédécesseur, que je possédais également. Je suis également satisfait de l’équipement. Dans l’ensemble, je suis très satisfait de mon Astra comme je ne l’ai jamais été auparavant.

Volker Berndt, 34376Immenhausen

Après de très bonnes expériences sur 170 000 kilomètres avec une Opel Vectra de 1991, je roule en Astra Caravan depuis août 1998, 44 000 kilomètres et suis globalement très satisfait. Outre les très bonnes caractéristiques de conduite, la faible consommation de carburant (sept litres aux 100 km malgré de nombreuses distances courtes), les très bons feux de croisement et le bon confort pour un break de poids assez élevé sont positifs. Martin Langer, 72119 Ammerbuch

Je n’ai pas pu trouver la haute qualité de finition et de carrosserie promise par Opel avec mon véhicule. Différentes dimensions d’entrefer de la carrosserie ainsi qu’une mauvaise qualité de fabrication
caractérisent mon Opel. Les garnitures de frein ont donc déjà été améliorées deux fois, puisqu’elles grinçaient d’humidité.

Frank Redick, 46537 Dinslaken

Après maintenant 24 000 kilomètres en 11 mois, j’ai eu l’impression que l’acheteur d’une nouvelle voiture est utilisé en essai beta hardware. Malgré toutes les carences, j’achèterais de nouveau cette voiture, parce que les carences sont seulement ennuyeuses, mais pas la convenance quotidienne limitant les bizarreries.

Ulf Schulte, 58849 Herscheid

Après BMW, Audi et Mazda je me suis tourné vers Opel pour la première fois malgré des inquiétudes concernant les mauvais rapports répétés sur les véhicules Opel. Je conduis cette voiture avec transmission automatique depuis septembre 1999 et aucun défaut ou dommage n’est survenu jusqu’à présent.

Harald Schmid-Heizer, 81245 Munich

Après 60 000 kilomètres très satisfaits avec une Astra Caravan 1.6 16 V Comfort et enfin Elegance, les résultats sont positifs. Le confort de conduite, la consommation de carburant et l’utilisation de l’espace sont probablement uniques dans cette catégorie.

Peter Schütz, 90482 Nuremberg

18 329 km
Après la défaillance du système antiblocage, le capteur ABS à droite devait être remplacé. Avec le moyeu de roue et le roulement de roue, il forme un ensemble qui a été complètement remplacé < br>61,527 km < br> Un défaut dans un filetage a endommagé la suspension de la roue avant. L’articulation de direction avant gauche a dû être remplacée, en même temps que les plaquettes de frein avant et arrière
74.544 km
La réparation la plus coûteuse a été le remplacement préventif de la colonne de direction avec articulation, qui a coûté plus de 1200 marques. Les dégâts avaient été annoncés par des bruits lors de l’impact, la part de goodwill est restée faible
.