compacte

Opel Tigra Twin Top

85Views

Opel Tigra Twin Top

Opel Tigra Twin Top 2

Opel Air

Edgey, sexy et topless en 18 secondes : le nouveau petit coupé décapotable séduit à la fois le sens et l’intelligence. Rapport de conduite sur la version de 1,8 litre.
Tandis que de nombreux exemplaires de la première édition Tigra vivent maintenant une vie plus profonde en tant qu’athlète de banlieue, son successeur va au départ fraîchement repassé et entraîné. Tendance : le toit pliant en tôle de la Peugeot 206 CC à deux places en peluche, dont l’objectif premier est de mettre la Peugeot 206 CC sur la fourrure. Pour que la foudre d’Opel touche le plus de cœurs possible, elle est construite au pays de l’amour, chez le culturiste Heuliez en France. Un système cinématique alimenté par quatre vérins hydrauliques et cinq moteurs électriques plie le toit pour que la partie arrière avec le montant C et la lunette arrière soit verticale. Avantage : Le sac à dos est moins attrayant sur le plan optique, mais 250 litres ou deux caisses de boissons se glissent à l’arrière, avec le toit fermé, il peut même atteindre 440 litres.
Contrairement aux fesses de certains concurrents, la ligne Twin Top était harmonieuse. Et ce, bien que l’empattement (2,49 mètres) et la longueur (3,92 mètres) soient modestes en raison du lien familial avec la Corsa. Extérieurement, le Twin Top s’en éloigne autant que de son prédécesseur doux et lisse. Les formes trapézoïdales à l’avant et à l’arrière, la grille de calandre avec traverse, les grandes prises d’air et le pli central parlent le nouveau langage du design Opel. La tôle dentelée est recouverte d’une technologie éprouvée. Le moteur de 1,4 litre avec 90 cv est responsable de la petite chance. 
Il porte le Twin Top à 180 km/h, en version Enjoy déjà pour 16 695 euros. 4 airbags et ESP sont déjà de série, ainsi que les sièges sport, les vitres électriques, le verrouillage centralisé et le couvercle du coffre à ouverture et fermeture électrohydraulique. Le 1,4 litre répond à la norme Euro 4 de la même manière que le 1,8 litre. Avec 125 ch, il propulse le roadster de plus de 1,2 tonne à 204 km/h. Et celui qui frappe un coup avec la vaste gamme d’accessoires peut pousser la balance et le budget plus haut. Le 1.8 Sport avec ses jolies caractéristiques telles que le climat, le cuir, la chaîne stéréo et la navigation coûte environ 23 000 euros.
À l’intérieur, cependant, il a l’air plus robuste et pragmatique qu’élégant : sa présentation cohérente, pas toujours ébavurée de manière sensible, en Corsa, contraste avec son extérieur croustillant et chic en plastique dur. Les boomerangs, deux supports en plastique à côté de la console centrale, peuvent très peu changer à ce sujet.
En guise de compensation, il y a beaucoup d’étagères utilisables, dont une de 70 litres à l’arrière des sièges, pour les petits objets. Les instruments et les éléments de commande clairement dessinés sont également pratiques. Les orienteurs sportifs, par contre, sont assis un peu trop haut et trop loin du volant, qui ne peut être réglé qu’en hauteur. 
Qu’est-ce qui ne change pas le succès de la manipulation. De bonne humeur et pleine d’entrain, l’Opel sillonne la région, le châssis n’est pas trop serré et ne peut être gêné par les bosses qui sont fréquentes sur les routes de campagne. Le Twin Top ne se déplace sensiblement en progression et ne met ses occupants en mouvement vertical que lorsque les bosses du sol se succèdent rapidement. Le mouvement horizontal rapide fonctionne également avec le moteur de 125 ch. Si nécessaire, il renifle autour de lui satisfait avec 2000/min dans la cinquième vitesse, s’en sort rapidement en rétrogradant, passe dans les sports modérés autour de la marque 4000. Le limiteur de vitesse à 6500 tr/min, cependant, ne sera exploré qu’impitoyablement, la diminution de la poussée avant et le son métallique recommandent une prise en main plus précoce de la boîte de vitesses à cinq rapports. La boîte de vitesses est tout aussi silencieuse que la direction électrique, que les amateurs de sport trouvent imprécise et lente lors de manœuvres rapides.
convertible connaisseurs devraient le remarquer moins, surtout qu’elle ne fait pas obstacle à une conduite adaptée à l’espèce. L’aspect extérieur est beaucoup plus important : après avoir relâché deux leviers à main, le toit s’ouvre d’une simple pression sur un bouton en un temps d’arrêt de 18 secondes aux feux de circulation. Une brise finement modulée balaie ensuite les cheveux des occupants, tandis que le pare-brise qui s’étend loin vers l’arrière assure la sécurité, tandis que l’arceau de sécurité en forme de vague assure la sécurité. Par contre, lorsque les vitres latérales sont ouvertes, les sangles d’épaule flottent comme des sangles d’équilibre, et sur les mauvaises routes, l’avant de la voiture tremble lorsque le toit est ouvert. Mais Opel n’a pas à trembler à cause de son double toit : il a un vrai potentiel de briseur de cœur.