compacte

Rapport de conduite Hyundai Coupé 2.0

99Views

Rapport de conduite Hyundai Coupé 2.0

Rapport de conduite Hyundai Coupé 2.0 2

Style attrayant de Corée

Tiburon est le nom du nouveau coupé Hyundai en Corée. Avec un style attrayant et des prix calculés agressivement, la voiture sportive à deux portes est censée montrer ses dents à la concurrence.
Biss s’est développé ici jusqu’ici en particulier avec des idées de marketing : le financement de zéro pour cent, les primes d’assurance favorables pour débutants de conduite ou le 3-Jahres-Inspektionspaket au prix global de 200 euros. Les voitures du plus grand constructeur coréen, représenté en Allemagne depuis 1991 et qui s’est fixé comme objectif une part de marché d’un pour cent cette année avec environ 33.000 unités, étaient moins populaires. Ils étaient avare en prix, mais aussi en charmes et n’arrivaient pas à convaincre sur le plan stylistique ou technique.
Les déficits étaient et sont encore présents en termes d’image – pas étonnant avec un nouveau venu d’Extrême-Orient, où la prononciation de la marque seule est un casse-tête pour la plupart des clients de langue allemande. Il doit donc s’agir d’un numéro de train, d’une voiture qui signale visuellement l’indépendance et dont la technologie prouve que Hyundai ne dépend plus des instructeurs japonais chez Mitsubishi.
Les développements de ces voitures ont été copiés sous licence pendant des années. Le nouveau stimulateur cardiaque de Hyundai se trouve aujourd’hui sur le site d’essai de Namjang, près de Séoul, qui a été construit pour un quart de milliard d’euros et qui abrite, outre les pistes d’essai de Weissacher, le centre de développement de 1 800 personnes. Le 2+2 places compact, de seulement 4,34 mètres de long, 1,73 de large et 1,30 de haut, avec son corps couvert de courbures et d’ondulations, semble presque un peu exagéré, mais se distingue clairement de ses concurrents lisses comme l’Opel Calibra.Coupétypiquement étroit sur les sièges arrière, qui ne conviennent qu’aux enfants en raison de l’espace très restreint pour les jambes et la tête. Le coffre, sous le plancher lisse duquel se trouve une roue de secours pleine grandeur, est 362 litres plus grand que celui de la Golf VW et peut être allongé en rabattant les dossiers des sièges arrière vers l’arrière. Le compartiment moteur, où se trouve un tout nouveau quatre cylindres de deux litres (série Beta), est probablement plus important pour la clientèle cible. L’auto-construction représente une étape supplémentaire dans le rejet par Hyundai des brevets Mitsubishi et représente une construction moteur moderne : quatre soupapes par chambre de combustion, commandées par deux arbres à cames en tête, culasse en aluminium avec injection multipoint et allumage sans distributeur avec contrôle antichoc.
Cela sonne bien, mais c’est aussi une façon de conduire. 138 cv mobilise le moteur qui nécessite un régime élevé malgré sa longue course. La puissance nominale est atteinte à 6000 tr/min, le couple maximum n’est atteint qu’à 4800 tr/min. Malgré cette caractéristique de performance et un rapport de démultiplication choisi depuis longtemps dans les rapports supérieurs, qui vise à réduire le bruit et la consommation de carburant sur l’autoroute, il y a suffisamment de puissance de traction disponible dans toutes les gammes de régime. Et si nécessaire, la nouvelle boîte de vitesses à cinq rapports peut être déplacée en douceur et avec précision.
A en juger par les premières impressions de conduite sur la piste à grande vitesse de Namjang, les spécifications de l’usine (accélération de zéro à 100 km/h en 8,6 secondes, vitesse maximale 201 km/h) semblent très crédibles. Et tout comme le véhicule à traction avant réagit sur le plan de la tenue de route, Hyundai semble également être sur la bonne voie en ce qui concerne le réglage de la suspension. Parce que le coupé, maniable grâce à une direction assistée précise, est en grande partie neutre dans les courbes, ne peut pas être provoqué à se détacher même par des changements brusques de charge et offre également un confort de suspension maniacal. Que les freins adaptés aux critères
auto moteur et sport
(freinage décuplé à partir de 100 km/h à pleine charge) (disques tout autour, ventilés à l’avant, ABS de série) tiennent vraiment les promesses de Hyundai, mais seul un essai ultérieur en Allemagne peut clarifier.
Le début des ventes est prévu en août, à un prix qui fera sensation sur le marché du coupé, même si seulement 5 000 unités par an sont prévues. Avec deux airbags, des vitres électriques, un toit ouvrant, un verrouillage centralisé et des jantes en alliage léger avec 205 pneus, le coupé coréen ne coûtera que 16 360 euros – 5 000 à 6 000 euros de moins qu’Opel pour la Calibra ou Toyota pour sa Celica. Shark maintenant il le sera aussi pour la compétition.
.