compacte

VW Golf 1.4 16V sous test

71Views

VW Golf 1.4 16V sous test

VW Golf 1.4 16V sous test 2

Une bonne raison

L’activité avec des extras et des moteurs puissants rend les voitures chères. L’œil est ainsi dirigé vers le modèle de base, y compris dans la nouvelle Golf de VW. Golf à la base d’un tuyau d’initié?
base – dans les oreilles de certains automobilistes, cela ressemble à de la pauvreté nue. Et pourtant, la base très méprisée et rarement commandée est souvent le seul moyen d’obtenir un bon rapport qualité-prix. Un peu de renoncement en fait toujours partie ; la question est seulement de savoir ce qui manque vraiment. Le terme “base” avec son association négative n’est plus un terme à souffrir avec le nouveau. Les gens du marketing l’ont habilement aboli. La nouvelle base s’appelle désormais Trendline, ce qui semble beaucoup plus prometteur. Comme pour la Golf quatre, les versions plus chères appelées Comfortline et Sportline sont au-dessus de cela. Avec les moteurs plus puissants, qui se classent au-dessus du quatre cylindres de base avec 1,4 litre de cylindrée et 75 ch, la Golf actuelle atteint rapidement 20.000 euros et plus.
La première voiture d’essai de l’leblogautosmag, une 1,9 TDI Comfortline, a déjà un prix de base de 21.000 euros à peine plus. Avec quelques extras de plus, ce golf coûte presque 26 000 euros. Il aiguise l’appétit, mais pas pour plus, mais plutôt pour moins. La Trendline a deux portes avec 15.220 euros dans la liste et ressemble à une aubaine pour les frères à prix élevé. Mais c’est toujours la nouvelle Golf, avec plus d’espace pour les jambes à l’arrière, une meilleure maniabilité, l’essieu arrière à quatre bras et le coffre plus large – et une apparence discrète sur la route qui n’est jamais arrivée à une nouvelle Golf auparavant. Cela semble refléter une situation dont souffrent les commerçants. La demande pourrait être meilleure.
Le polo gâche l’entreprise par substitution, le golf est perçu comme trop cher. La simple Trendline pourrait devenir tendance, à condition de dire adieu à la puissance élevée du moteur et à quelques extras. Après tout, VW n’a pas seulement donné un nouveau nom à la nouvelle version de base, mais a également mis la main dans la boîte à accessoires. Les lève-vitres électriques sont de série, de même que les rétroviseurs extérieurs à réglage électrique et chauffants et le verrouillage centralisé avec télécommande radio. Il n’y a que des jantes en acier, mais un dossier de siège arrière divisé asymétriquement et un siège du conducteur réglable en hauteur. L’équipement de sécurité est exemplaire, actif et passif. La nouvelle base est équipée d’airbags ESP, d’airbags conducteur et passager, d’airbags latéraux et d’un système d’airbag tête. L’interrupteur automatique d’éclairage de conduite avec le nom rapide “Coming home”, par contre, est tout aussi vain que le détecteur de pluie. Ces astuces ne manquent pas vraiment, et qu’en raison de l’absence de climatisation automatique, il faut chauffer et ventiler un peu à l’ancienne à l’aide d’un bouton et d’un commutateur de ventilateur semble être une douleur due aux bons résultats que l’on peut obtenir.
Jusqu’alors le renoncement n’a au moins pas causé de graves dommages, mais seulement permis de faire des économies et a permis au Golf de rester dans une région pour laquelle il est vraiment prévu. Mais qu’en est-il de la motorisation ? La cylindrée de 1,4 litre et la puissance de 75 ch semblent très modestes quand on sait que la voiture d’essai à quatre portes pèse 1 272 kg. Mais il n’y a pas de déception ici non plus. Le moteur à quatre cylindres, qui est en fait trop petit pour cette voiture, fait son travail mieux que prévu. Une distinction doit être faite entre les sensations subjectives et les valeurs mesurées objectives.
En raison de sa nature vivante et d’une très bonne réponse de l’accélérateur, la Golf de base semble plus animée qu’elle ne l’est réellement. Surtout dans les trois rapports inférieurs, il se met à l’épreuve avec brio, accompagné d’un bruit de roulement agréable, et donne l’impression d’avoir un volume de 1,6 litre au lieu de 1,4 litre. Il n’y a aucun signe de sous-alimentation ici. Elle est plus susceptible d’être observée sur certains tronçons de l’autoroute, par exemple lorsque l’accélération doit être rétablie à 120 km/h sur une légère déclivité et que la cinquième ne fait pas grand-chose et que la quatrième ne fait pas grand chose. Que disent les relevés ? Comme prévu, la puissance de traction n’est pas le domaine de la base. Près de 23 secondes de 80 à 120 km/h en haute vitesse témoignent de la fatigue, surtout par rapport au diesel de 105 ch qui peut le faire en 13 secondes.
Les représentants des ventes sauvages dans leur TDI doivent être tirés, mais peuvent profiter du fait que dans la Golf la plus simple, surtout à vitesse moyenne, les choses sont beaucoup plus silencieux. Le petit quatre cylindres n’est pas affecté par des vibrations perturbatrices, même au-delà de 5000 tours, il garde ses manières. De zéro à 100 km/h en 15,2 secondes – aucune valeur de parade. Mais vous vous entendez bien. A la station-service, le renoncement à une puissance moteur élevée est récompensé de manière inappropriée. Parce que le moteur doit travailler dur à un rythme rapide, huit litres aux 100 kilomètres sont consommés. La nouvelle Golf se conduit mieux que son prédécesseur,
leblogautosmag
déjà décrit dans le test de la version diesel dans le numéro 21/03. Avec la nouvelle base, ce sont les déviations qui comptent. Ils ne sont pas sérieux, mais ils existent. Il a déjà été question d’une réduction du niveau sonore à l’intérieur. Ici aussi la base avec le petit moteur est meilleure. Même dans les caractéristiques de conduite et dans la suspension, il y a des différences. Le poids réduit du moteur a un effet positif sur la tenue de route. Le Grund Golf tourne encore plus facilement et peut être conduit avec encore plus de précision. Le deuxième point est la réponse plus fine de la suspension. Avec le roulement doux et le faible bruit de roulement et de vent, le confort global s’étend bien au-delà de la Classe Golf. Enfin, le moteur plus léger peut réduire la tendance au sous-virage. Le comportement en virage est maintenant complètement neutre.
Gar pas si mauvais que ça, la Golf la plus facile. VW le lira avec un œil qui rit et un œil qui pleure. Rire parce qu’il a été bien jugé. Pleurer, parce qu’avec cette version, ce n’est pas l’usine qui fait toute la différence, mais l’acheteur.
La version de base 1.4 de la Golf VW appelée Trendline convainc par un rapport qualité-prix particulièrement bon. Seul le petit moteur de base à quatre cylindres peut modérément se passer des critères relatifs à la conduite.
.