milieu de gamme

Audi A4 Cabriolet 1.8 T Quattro à l’essai

96Views

Audi A4 Cabriolet 1.8 T Quattro à l’essai

Audi A4 Cabriolet 1.8 T Quattro à l'essai 2

Une sensation de grand air que les cabriolets modernes n’ont souvent pas…

Le prix est beau. Mais ce qui est offert en retour. Le fait même que la nouvelle Audi A4 Cabriolet ne sera d’abord disponible qu’avec un moteur à six cylindres prouve le statut supérieur de la Audi à toit ouvert. Dans l’essai, le modèle haut de gamme avec 220 CV moteur fort de trois litres.
L’aiguille de l’indicateur de vitesse est à 190 km/h. Et le flux d’air circule toujours si discrètement autour de la capote fermée que les occupants de la nouvelle décapotable peuvent se parler d’une voix nette. La toiture à trois couches, au revêtement épais et à la finition de haute qualité visuelle, prouve que la qualité a été la priorité absolue lors du développement. Cette impression est également renforcée par la rigidité de la structure de la carrosserie, qui est clairement visible sur les mauvaises routes. Ce n’est qu’à des températures très inférieures à zéro qu’un léger craquement du matériau devient audible. C’est tout, sinon vous vous vous sentirez aussi en sécurité que dans un salon avec un toit fixe en tôle.
Le facteur bien-être est encore renforcé par des sièges très confortables, une position assise impeccable et des détails fonctionnels tels que la boîte à gants intégrée dans le système de verrouillage central. Également à l’arrière, l’endroit douloureux de nombreuses cabriolets quatre places, on n’est pas mal logé. Et : Le mécanisme de la hotte représente l’état actuel de la technique. Entièrement automatique de série, une simple pression sur un bouton suffit pour déverrouiller le capot en tissu, le faire disparaître sous un rabat fixe derrière les sièges arrière et ouvrir les vitres latérales. Mais n’oubliez pas d’abaisser le capot dans le coffre en tournant un levier au préalable. Le volume du coffre passe ainsi de 315 à 246 litres.
Une fois ouvert, l’Audi donne une sensation de grand air sans être dérangé. Le pare-brise est suffisamment éloigné des têtes pour ne pas couper le vent des cheveux des puristes. Le cadre du pare-brise revêtu d’aluminium brillant est relativement délicat au vent. Renforcé par un tube d’acier à haute résistance, il est destiné, avec la barre de protection située derrière les appuie-tête arrière, à assurer un espace de survie suffisant en cas de capotage. Les airbags latéraux, qui protègent également la tête, vont de soi, mais seulement à l’avant.
La carrosserie solidement fabriquée offre donc les meilleures conditions pour accentuer pleinement les bonnes caractéristiques du châssis, qui était déjà très apprécié dans la limousine A4, dans le cabriolet – surtout que la caisse a été abaissée de deux centimètres par rapport à la version fermée et un réglage légèrement plus étroit de la suspension a été choisi, ce qui ne nuit pas pour autant au plaisir du voyage confortable lorsque le capot ouvert. Le résultat est conforme aux attentes. Le cabriolet réagit précisément aux commandes de direction et même dans les virages, sa tendance au sous-virage est faible, ce qui contribue aussi grandement à la sensation de maniabilité qui prévaut. Les réactions de changement de charge sont limitées à une mesure qui permet de rester plus facilement dans le rayon désiré en retirant l’accélérateur dans les virages trop rapides.
Même l’ESP standard intervient rarement pour stabiliser un conducteur rapide en intervenant sur les freins. Et un mot suffit pour les freins : parfait. Il y a encore le moteur à mentionner : Le V6 de trois litres de 220 ch convient bien à la Cabrio, car il réagit puissamment à bas régime et permet ainsi une conduite très détendue, à bas régime et donc économe en carburant (consommation d’essai : 11,3 litres/100 km). La douceur de fonctionnement est également convaincante, tandis qu’un bruit de fonctionnement grincheux et de légères vibrations peuvent être entendus lorsqu’ils sont dévissés à fond. Sans remarques critiques, cela ne se produit pas, ce qui se reflète également dans le classement par étoiles. Mais dans le cas du nouveau Cabriolet, il y a quatre étoiles particulièrement brillantes.
La qualité de carrosserie de première classe donne l’impression dominante avec le nouveau Cabriolet A4. Mais le puissant moteur six cylindres et le châssis harmonieux
tuned convainquent également. L’évaluation individuelle montre qu’il n’y a que quelques points qui attirent l’attention négative.
.