milieu de gamme

Des sons et des morsures comme ceux d’une Alfa ….

137Views

Des sons et des morsures comme ceux d’une Alfa ….

Des sons et des morsures comme ceux d'une Alfa .... 2

Des sons et des morsures comme ceux d’une Alfa ….

Avec le lifting de la série 156, Alfa Romeo présente le moteur à injection directe essence 2.0 litres – un véritable moteur Alfa ?
Dans son apparence élégante, l’Alfa se présente complètement inchangée après le lifting de mars, mais elle a gagné en équipement, un intérieur plus clair et deux nouveaux moteurs.
Outre le V6 3.2 litres 250 ch de la GTA, Alfa dispose également dans sa gamme un moteur essence injection directe. Le quatre cylindres de deux litres avec arbre à cames d’admission réglable et deux arbres d’équilibrage remplace le Twinspark avec injection dans la tubulure d’admission. Il a constamment réglé la puissance et le couple de la Langhuber – une nouveauté dans cette technologie, mais correspond au profil précis de la marque.
Grâce à cette nouvelle technologie, le deux litres développe 165 ch (plus 15 ch), le couple est passé de 181 à 206 Nm (à 3250 tr/min). Le soi-disant JTS (Jet Thrust Stoichiometric) atteint ainsi des valeurs spécifiques extrêmement élevées. Deux convertisseurs catalytiques conventionnels à trois voies sont intégrés dans les deux collecteurs pour un chauffage rapide ; la cote des gaz d’échappement est Euro 4. selon les spécifications de l’usine, la consommation de carburant n’a baissé que légèrement à 8,6 litres/100 km Super pour la berline et 8,9 litres pour la voiture sport.
Le moteur JTS tient toutes ses promesses sur la route. Il fonctionne imperceptiblement, il sonne et mord comme une Alfa, pousse fortement à partir de 3800 tr/min environ et tourne avec luxure jusqu’à 7000 tours. La boîte manuelle à cinq rapports fait du bon travail.
Le châssis de la 2.0 a un caractère complètement différent de celui de la GTA dure. Le travail de suspension est confortable, le sous-virage démarre en douceur ; lorsque la charge change, l’arrière revient doucement dans le rayon de courbe, soutenu par le système de stabilité VDC (Vehicle Dynamic Control), désormais standard. Le moteur tire à peine sur la cantonnière, mais le système de commande signale des coups de la route très perceptiblement plus loin. Alfa Romeo a considérablement amélioré l’équipement pendant le lifting : un système de climatisation automatique réglable séparément à gauche et à droite est désormais de série, de même qu’une radio de 160 watts avec boutons de commande au volant, un capteur de pluie, deux airbags de tête longs et des supports Isofix pour les sièges enfant.
Cependant, les prix des séries augmentent également sensiblement, en moyenne de presque 4 %. La 2.0 JTS coûte environ 25.200 euros, la voiture de sport environ 26.400 euros. Les prix exacts seront annoncés par Alfa Romeo dans les prochains jours.