milieu de gamme

Honda Accord 1.8i LS à l’essai

68Views

Honda Accord 1.8i LS à l’essai

Honda Accord 1.8i LS à l'essai 2

Vous avez des sons ?

100 000 km rien que de l’euphonie – pendant toute la durée des essais d’endurance, la Honda Accord 1.81 LS n’a pas été vraiment un mauvais son à susciter. À la longue, trop d’harmonie peut aussi devenir ennuyeuse.
Le drapeau à damier du marathon d’endurance de 100 000 kilomètres est tombé loin de chez lui pour la Honda LS. Quelque part près de Guadix, à l’extrême sud de la péninsule ibérique, le zéro devant cinq chiffres qui comptaient assidûment un chiffre est passé à un, l’entrée dans la dernière des 14 cartes jaunes de test d’endurance indique : “40,03 litres de carburant ; le pétrole était bon”. Dans le champ ouvert derrière elle, il y a un vide béant. Et cette description est tout à fait caractéristique pour l’argent avec le moteur à quatre cylindres de 1,8 litre de 136 CV qui enrichit la flotte
leblogautosmag
depuis avril 1999. Les pilotes n’avaient littéralement rien d’autre à faire que de faire le plein et de vérifier le niveau d’huile.
Les seuls problèmes majeurs étaient le frottement des freins à 27 246 kilomètres. Avec les disques de frein avant éteints et les plaquettes neuves, il a été renvoyé en tournée. Ce n’est qu’au kilométrage 44 510 que la Honda a dû faire son premier arrêt imprévu en atelier, cette fois non pas à cause d’un défaut, mais pour remplacer le corps de papillon et la sonde Lambda lors d’une campagne de rappel officielle.Cependant, outre la fiabilité aujourd’hui attendue des automobiles japonaises, il répond à un autre préjugé que le héros des statistiques de panne d’Extrême-Orient aime ajouter : il ne fait preuve d’aucun enthousiasme. Ainsi, l’employé Klaus Herder a noté un simple “travaille simplement, mais est grottenlande” ; pour le collègue Eckhard Eybl n’était qu’un “charme zéro, l’intérieur morne a le niveau du bloc Est” pour s’arracher à l’aspect terne du plastique avec des décorations en bois plastique.
Pas de goût pour les sièges confortables et bien soutenus dans la région lombaire, mais la surface courte du siège, le soutien latéral moyen ainsi que les couvertures rapidement sales et extrêmement sueur doivent être critiquées. A long terme, les sièges ne se sont pas non plus révélés particulièrement résistants à l’usure, le tissu sur la joue du siège du conducteur était usé vers la fin de l’essai et le noyau du siège était clairement usé.
Loin de toutes les questions de bon goût et fonctionnelles, l’équanimité avec laquelle de nombreux conducteurs ont rencontré le conducteur dans l’exercice de ses fonctions sans se plaindre était manifeste. Au lieu de se débarrasser des commentaires bruyants qui sont enflammés par la préoccupation agréable d’une automobile, le coureur d’endurance argent a été mis en danger presque sans aucun mouvement émotionnel – négatif ou positif.
Mais c’est peut-être précisément ce caractère discret qui plaît aux acheteurs de l’Accord. Après tout, un grand pourcentage des lettres à l’éditeur déclarent qu’ils ont acheté la Honda également en raison de son style et qu’ils sont très satisfaits de son caractère réservé.
Les autres raisons d’acheter la Honda étaient principalement le bon rapport qualité/prix et la fiabilité éprouvée qui était attendue à juste titre. Cependant, la Honda Accord ne répond que dans une mesure limitée aux exigences en matière d’économies : Alors que le
leblogautosmag
endurance test car dispose déjà de nombreux équipements de série (airbags conducteur et passager, airbags latéraux, climatisation) au prix de 40 788 Marks et se présente donc nettement mieux que nombre de ses concurrents en termes d’achat uniquement, son avantage en termes de coûts est relativisé par les coûts kilométriques peu favorables de 10,9 cents/km et une forte perte de 48,64 pour cent.
Après tout, la Accord est très économique avec ses pneus. Les pneus été Pirelli P 6000 et Uniroyal Rallye 540 peuvent également être considérés comme des recommandations pour la Honda, tout comme le pneu hiver Firestone FW 930.
Une grande partie des frais de fonctionnement est laissée à la station essence. L’Accord avait besoin en moyenne de 9,7 litres d’essence super aux 100 kilomètres. Avec cette valeur de consommation, cependant, elle se situe au niveau de la concurrence. Si son quatre cylindres perd vraiment du terrain par rapport aux moteurs comparables de ses concurrents, c’est clairement en termes de caractéristiques de performance. Malgré la commande variable des soupapes VTEC, le moteur, qui par ailleurs fonctionne en douceur et silencieusement, souffre d’une faiblesse prononcée au démarrage et d’un manque d’élasticité. De plus, le flegme du moteur est amplifié par une boîte de vitesses mal réglée.
Surtout entre la deuxième et la troisième vitesse, il y a un écart évident dans le rapport de transmission. Si vous cherchez votre salut et votre propulsion en rétrogradant de la troisième vitesse torturée à basse vitesse, vous vous retrouverez soudainement confronté à la deuxième vitesse, qui est beaucoup trop courte, et à un moteur qui rugit fort.
Le moteur quatre cylindres, qui lutte contre l’asthme et qui est tendu contre la transmission mal réglée à bas régime, est le sujet principal des commentaires et expériences du lecteur des tests d’endurance : Presque tous les lecteurs se sont plaints de la faible élasticité de l’Accord, certains n’achèteraient l’Accord qu’avec le moteur plus puissant de deux litres (à partir de 2001 en tant que quatre cylindres de 2,3 litres).
Les critiques sévères se trouvent également dans le carnet de route du conducteur d’endurance, presque chaque conducteur dénonce la faible élasticité perceptible, note Ulrich Schneider après un voyage en Erzgebirge : “l’Accord ne tire aucune puissance d’attraction du tout. Avec quatre personnes et des bagages, vous avez besoin de la deuxième vitesse sur la montagne, sans reculer constamment, rien ne fonctionne !”
L’ombre et la lumière sont également à noter dans les autres disciplines. Alors que la direction et la boîte de vitesses sont considérées comme douces et précises, l’actionnement de l’embrayage lourd et la faiblesse de la traction sur route mouillée ne sont pas très populaires.
La Honda Accord a cependant reçu une véritable approbation lors de ses voyages d’affaires entre Kiel et le Portugal, parmi les navires spatiaux : La carrosserie à quatre portes de la berline offre une bonne sensation d’espace et une finition solide. La botte en particulier offre des largeurs presque infinies. Le fait que le couvercle du coffre ne peut être ouvert de l’extérieur qu’avec une clé et que les grandes charnières occupent un espace précieux dans le coffre n’a dérangé que très peu de voyageurs Accord.
Les rédacteurs attentifs ont noté deux bizarreries de la Honda construite à Swindon, en Angleterre : le levier de frein à main de l’Accord, conçu pour l’Angleterre et le Japon, est monté du côté passager de la conduite à gauche allemande, et l’ouverture du réservoir est du côté conducteur – désagréablement étroite en descendant à la pompe, pratiquement au ravitaillement.
Après la station essence, Honda était différent pour faire son plein. Dans les pompes à carburant à grande capacité de pompage, le carburant moussant s’écoulait régulièrement hors de l’ouverture du réservoir et la quantité restante devait être remplie par des taraudages sensibles.
Cependant, de telles insuffisances sont purement une question d’habitude. La situation est complètement différente avec la faible performance du système de climatisation. Par temps de pluie ou d’humidité élevée, l’Accord ne devait de toute façon pas être conduite sans l’effet déshumidificateur de la climatisation en raison de la foudre et de la buée persistante sur les vitres.
Dans ce contexte, il était d’autant plus évident que le climatiseur manuel ne pouvait produire d’effet que si le ventilateur fonctionne à plein régime. Sur les trajets chauds de l’été, l’habitacle n’était toujours pas vraiment agréable malgré la capacité de refroidissement maximale de la climatisation.
Cependant, la Honda Accord 1.8i permet de garder la tête froide : Quiconque aime les voitures dotées d’un système de retenue qui ne prétend pas en faire plus qu’elles ne sont capables de tenir peut prendre à cœur la fiabilité de l’Accord. La Honda Accord a été testée selon la norme D3 en vigueur jusqu’en 1998. Il se distingue du D3 d’aujourd’hui par des limites un peu plus strictes et un cycle de conduite moins exigeant : avant la mesure proprement dite, 40 secondes de ralenti sont nécessaires, comme pour la norme Euro 2, où le pot catalytique peut déjà chauffer un peu.

La mesure obligatoire des gaz d’échappement à la fin de l’essai d’endurance sur le banc d’essai à rouleaux du TÜV Automotive GmbH (groupe TÜV Süddeutschland) à Böblingen a montré les valeurs suivantes (limites entre parenthèses) : monoxyde de carbone (CO) : 1,23 (1,50) g/km, oxyde d’azote (NOx) : 0,07 (0,14) g/km et hydrocarbures (HC) : 0,15 (0,17) g/km. Ainsi, la Honda.

faiblesses en détail:
La console
commutateur
à la porte du conducteur était deux fois lâche. Sinon, l’Accord pourrait plaire par un travail de qualité. En raison d’un rappel officiel, le corps de papillon
corps de papillon
et la sonde lambda ont été remplacés. Après avoir frotté les freins à 27 246 km, les plaquettes de frein
brake
ont été remplacées pour la deuxième fois en raison de l’usure normale à 77 647 km

J’ai conduit une Honda Accord pendant un an et ai eu de bonnes expériences avec sa
fiabilité et sa qualité
bonne expérience. Seul le faible couple du moteur VTEC ne correspond pas au rapport de transmission. Il n’y a pratiquement pas de puissance disponible aux vitesses moyennes couramment utilisées dans les opérations quotidiennes. De plus, le compartiment à bagages est réduit grâce à la grande poignée articulée du couvercle du coffre et au lecteur de CD-ROM du système de navigation monté sous la tablette arrière. Sinon, l’Accord est un partenaire discret et agréable.

Rita Rembs, 56203 Höhr-Grenzhausen

Après environ 33 000 kilomètres avec ma Honda Accord, je n’ai remarqué
two serious defects
jusqu’ici : la mauvaise peinture du couvercle du coffre et un problème avec injection et catalyseur à la livraison du véhicule. Les deux objections ont été éliminées gratuitement par le fabricant. L’Accord offre un bon rapport qualité/prix et consomme relativement peu avec une moyenne de 7,0 litres d’essence super. Ma seule critique est que le moteur est très lent à bas régime.

Jens Robetje 56075 Koblenz

Mon Accord a actuellement un kilométrage de 78 000 kilomètres, dont la moitié environ a été conduite sur autoroute. Jusqu’à présent, je n’ai pas eu de visite imprévue en atelier.
La consommation moyenne de carburant est de dix litres aux 100 kilomètres. Mis à part les courts intervalles d’atelier, je suis très satisfait de l’Accord. Je trouve le levier de vitesses précis et souple, ainsi que la direction et le châssis. Les points critiques pour moi sont l’ouverture étroite du grand coffre et les vitres qui s’embuent très rapidement en cas de pluie ou de forte humidité. En fait, l’Accord est très clair, mais surtout lorsqu’il manque un indice visuel en marche arrière, de sorte que l’extrémité du véhicule ne peut être que vaguement deviné. J’envisage d’acheter un spoiler arrière pour améliorer ma vue arrière.

Nils Grahlmann 59394 Nordkirchen

Mes raisons d’achat étaient le style attrayant de l’Accord, son bon rapport qualité/prix et le très bon concessionnaire Honda à Koblenz. De plus, j’ai fait de très bonnes expériences avec un véhicule similaire – le Rover 620i –
très bon
. Après un an, le véhicule est pratiquement comme neuf. Le seul point faible de la transformation est le revêtement de toiture craquelé. Le moteur silencieux, silencieux et puissant à haut régime consomme de 9 à 11 litres d’essence premium, mais il est gênant en raison d’un affaiblissement notable du moteur. J’achèterais à nouveau la confortable et spacieuse Accord à cause de son juste prix, mais seulement avec le moteur plus puissant de deux litres.

Andre Gabriel 56068 Koblenz
.