milieu de gamme

Maire – Mazda 626, Mitsubishi Carisma, Opel Vectra et Seat Toledo.

89Views

Maire – Mazda 626, Mitsubishi Carisma, Opel Vectra et Seat Toledo.

Maire - Mazda 626, Mitsubishi Carisma, Opel Vectra et Seat Toledo. 2

Maire – Mazda 626, Mitsubishi Carisma, Opel Vectra et Seat Toledo.

Dans la classe moyenne, les voitures aux noms sonores et aux performances élevées sont à l’honneur. Ce qui y parle encore pour les discrètes Mazda 626, Mitsubishi Carisma, Opel Vectra et Seat Toledo avec 100 CV?
A la recherche de la mesure idéale entre mobilité contemporaine et économie on atterrit presque inévitablement avec les versions d’entrée bien calculées. Ils offrent moins de puissance et d’équipement, mais le meilleur rapport qualité-prix. Il y a aussi des vibrations dans ses quatre soupapes, ce qui présente peu d’avantages par rapport à la cylindrée plus importante (1,9 litre, 1,6 litre pour les trois concurrents). Malgré le couple le plus élevé (152 Nm à 4000/min), la Mazda à transmission longue atteint les valeurs de couple les plus faibles et consomme comparativement beaucoup (9,1 L/100 km). C’est presque l’inverse pour l’Opel, qui allie une bonne élasticité à une faible consommation de carburant (8,8 litres). Il est encore plus économique (8,5 litres) et son moteur – le seul moteur à deux soupapes de cette série – prouve également que la technologie simple ne doit pas nécessairement être un désavantage. Par rapport à la Carisma à quatre cylindres (9,2 litres), plus gourmande et plus bruyante sur le plan mécanique, elle est particulièrement silencieuse et travaille de manière cultivée. Ce qui suit s’applique au banc : avec 100 CV vous n’êtes pas mal servi même dans cette catégorie de poids moyen (1232 à 1302 kg à vide), d’autant que le châssis conçu pour des performances supérieures promet des réserves suffisantes. Dans la somme de leurs caractéristiques, Seat et Mazda se sont hissés au sommet, notamment grâce à de bonnes performances au niveau de la carrosserie et du groupe motopropulseur, suivies par Mazda et – à une plus grande distance – Mitsubishi. Les coûts restent élevés, car au Grand Prix dans la classe moyenne populaire, l’entraînement de qualification a généralement lieu avec une calculatrice de poche et une liste de prix. Avec des prix d’entrée bas et une garantie de trois ans, la Mazda et la Mitsubishi ont l’avantage. Mais les chances de revente sont moins bonnes et l’assurance coque coûte cher. L’avantage décisif réside toutefois dans les contrôles et les pièces d’usure à faible coût, sans équivalent sur le marché. Après quatre bonnes années de production, il n’établit pas de nouveaux standards, mais il est plus équilibré et mature que jamais. Le Toledo est plus proche de ses talons que le 626, le Carisma perd du terrain surtout au freinage. Il le fait aussi en faveur de l’acheteur : en tant que seul des quatre candidats de la comparaison, il n’est pas représenté dans le Top 55.
.