milieu de gamme

Mazda 6 Sport break

87Views

Mazda 6 Sport break

Mazda 6 Sport break 2

Plus beaux diesels

Le système dispose de buses à six trous avec un diamètre de seulement 0,15 millimètre. Par rapport au moteur précédent du 626, la géométrie de la chambre de combustion a également été modifiée, jusqu’aux têtes de piston de forme spéciale. 121 ou 136 CV, la puissance de sortie est de 310 Nm, le couple maximum est de 310 Nm pour les deux motorisations. Tous deux ont en commun le turbo IHI à géométrie variable du turbocompresseur ; la différence la plus importante réside dans l’unité de commande et l’intercooler de la version la plus puissante.
Le design de la voiture bien construite rappelle les modèles européens, la lunette arrière en diagonale montre que vous vous dirigez vers un break lifestyle. L’espace de chargement n’est que de cinq litres supérieur à celui de la berline, mais peut être étendu à une grande surface plane (capacité maximale de 1 712 litres) grâce au système de pliage mécanique des sièges arrière : Une poignée sur le levier de traction dans le coffre, l’assise glisse vers le bas – et le dossier divisé asymétriquement se replie dans l’espace qui s’est libéré. Le break est disponible dans les trois versions Comfort, Exclusive et Top, tandis que le diesel de 136 ch n’est disponible que dans l’une des deux versions les plus élaborées. Il coûte 24.620 euros en exclusivité, pour le toit il faut investir 27.020 euros.
Démarrage faible et clouage léger
La traction avant avec son châssis bien réglé offre des performances de conduite convaincantes ; les quatre roues motrices avec embrayage multidisques à commande électronique ne sont disponibles que pour le moteur essence le plus puissant. A l’arrêt, le moteur cloue un peu trop obstinément, mais dans la partie partielle et surtout dans toute la plage de charge, son timbre discret se superpose au vent et aux bruits de roulement. La critique mérite cependant la faiblesse du démarrage – si vous proposez le diesel avec transmission automatique, il vaudrait mieux le cacher. Le moteur développe une poussée importante à partir de 1 800 tr/min, puis 90 % de la force de traction est disponible.
En raison de la courbe de couple, il est incompréhensible que l’on laisse le moteur accélérer jusqu’à 5 200 tr/min. Dans le rapport long de la cinquième vitesse, l’indicateur de vitesse indique alors 210 km/h. Alors que le break de près de 1,5 tonne avec son moteur diesel de 121 ch, moins cher de 1 000 euros, a été classé Euro 4, le modèle le plus puissant – contrairement aux versions berline et Sport – n’a que Euro 3, mais Mazda veut surmonter cet obstacle pour 2003.