milieu de gamme

Moyenne dorée

94Views

Moyenne dorée

Moyenne dorée 2

Moyenne dorée

La concurrence est féroce dans le milieu de gamme, de nouveaux modèles se lancent sur le marché de partout, de sorte que VW rafraîchit l’attraction Passat, qui a récemment décliné quelque peu, avec un lifting et de nouvelles variantes moteur.
Ils les incarnent presque parfaitement. Avec des dimensions extérieures imposantes mais pas trop somptueuses, avec suffisamment d’espace à l’intérieur et dans le coffre, avec un bon confort, une large gamme de moteurs et un aspect de haute qualité.
Cela est récompensé par le client, ce qui a permis à ce pays de figurer en permanence parmi les cinq premiers dans les statistiques d’enregistrement malgré des prix partiellement gonflés. En Europe, elle est en tête de son segment. VW n’est pas gênée par le fait qu’environ 70 pour cent d’entre eux sont des Variant en Allemagne. Après tout, le break coûte environ 2 000 marks de plus que la berline.
Cependant, la concurrence est féroce et les nouveaux modèles se lancent sur le marché de partout, de sorte que la dernière attraction quelque peu décroissante de la grande Volkswagen construite depuis l’automne 1996 est renouvelée par un lifting qui coûte 500 millions de marks et de nouvelles variantes moteur. L’un de ces nouveaux moteurs était dans la voiture d’essai : le TDI de 1,9 litre et 130 ch, qui remplace l’ancienne version de 115 ch. Le puissant moteur turbo diesel à quatre cylindres (310 Newton mètres) se situe entre le nouveau moteur à réaction à pompe de 1,9 litre de 101 ch et le V6 TDI de 150 ch (voir aussi l’encadré page 44). VW est donc convaincu des qualités de la nouvelle pompe-buse TDI. Avec ses données
performance, il correspond parfaitement à la Passat. 130 ch assurent des performances de conduite élevées, le couple exceptionnel – avec 310 Newton mètres, il dépasse même la valeur du moteur à essence V6 de 2,8 litres – assure un couple élevé dans toutes les situations
vie.
En effet, la poussée de la tuyère de pompe TDI est particulièrement impressionnante entre 2000 et 4000 tours. Il permet une conduite sans effort à vitesse moyenne et élevée sans avoir à déplacer constamment le levier de vitesses. Et sur l’autoroute, une distance relativement courte suffit pour accélérer la Passat de 130 ch à sa vitesse maximale de près de 210 km/h.
Le moteur tourne alors bien au-delà de 4000/min même en sixième vitesse de la boîte manuelle installée dans la voiture de test. On peut se demander si cet investissement de 635 Mark, qui implique plus de travail de changement de vitesse (cinq rapports de série), vaut la peine si le rapport le plus élevé n’agit pas comme un rapport doux. D’autant plus qu’une réduction du régime moteur serait bénéfique pour la Passat pour des raisons acoustiques.
Parce que les diesels-pompes ne sont pas, comme on l’a déjà remarqué chez Golf et Sharan, des pédaliers silencieux. Leur acoustique grincheuse est encore plus gênante à l’accélération et en mode glissant < br>, où de légères vibrations sont également ajoutées.
Pour une voiture de milieu de gamme par ailleurs très confortable avec un niveau sonore élevé, un tel bruit de fond n’est pas un spectacle glorieux, d’autant plus que la compétition common-rail répond ici à des exigences nettement supérieures. Même dans la plage de vitesse inférieure, la pompe et la buse TDI ne fonctionnent pas aussi doucement et avec aussi peu de vibrations qu’on le voudrait, de sorte que les rapports inférieurs à ce qui est nécessaire doivent souvent être utilisés à un rythme tranquille.
La Passat sous cette forme de base devrait dominer le marché pendant trois ans. Aucune économie n’a été réalisée sur le lifting. Il comprend 2300 modifications et toutes les pièces de carrosserie sauf les portes et le toit. La discrétion avec laquelle cet objectif a été atteint est cependant une fois de plus stupéfiante. En effet, les nouveaux phares et feux arrière en verre clair ainsi que la calandre chromée, qui ajoute du piquant à la partie avant, jusqu’alors ennuyeuse, se distinguent vraiment. La nouvelle console centrale avec porte-gobelets et accoudoirs ainsi que les instruments modifiés poursuivent le lifting à l’intérieur. L’élément le plus important, cependant, est le système de climatisation qui est maintenant de série sur tous les modèles.
La Passat répond désormais à son exigence de qualité supérieure en termes d’équipement, notamment en termes d’extras. Il y a un volant multifonctions (supplément 528 marks), l’aide au stationnement PDC (762 marks), le système de radionavigation dynamique RNS (4890 marks), d’excellents phares bi-xénon (1887 marks) et un toit ouvrant
solaire (2200 marks) pour la ventilation du véhicule en stationnement.
Le bon confort et la conduite sans problème (standard ESP) restent les mêmes. Subjectivement, la Passat rebondit maintenant un peu mieux et peut être contrôlée plus précisément qu’auparavant. La raison en est la plus grande rigidité de la carrosserie et l’élargissement de la voie à l’avant et à l’arrière. series. Surtout pas les modèles diesel.
La Passat liftée assure sa position de leader dans la classe moyenne avec ses caractéristiques équilibrées. La mise à niveau est visible visuellement et fonctionnellement. Le nouveau diesel-pompe-buse est puissant et économique, mais il pourrait être plus silencieux.
.