compacte

Peugeot 308 SW dans le rapport de conduite

131Views

Peugeot 308 SW dans le rapport de conduite

Peugeot 308 SW dans le rapport de conduite 2

Pas athlétique, mais souverain

La Peugeot 308 n’a plus rien en commun avec son prédécesseur – cela vaut également pour le moteur : le moteur essence 1,2 litre est lancé en tant que nouveau développement.
Les combinaisons ne sont pas seulement en plein essor en France. Si, en plus d’un grand espace, on y ajoute une touche de chic, c’est encore mieux. La nouvelle Peugeot SW, qui sera lancée en Allemagne fin mai 2014, possède les deux. Elle est basée sur la plate-forme de la berline 308, mais elle est plus longue de 33 centimètres. Peugeot n’a pas seulement accroché un sac à dos, mais a aussi allongé l’empattement. Cela signifie que la berline et le break ne sont identiques que jusqu’au montant B – après quoi cette version 308 devient le break classique.
L’époque de la troisième rangée de sièges en option est révolue en classe compacte, mais la demande était trop faible. Mais cela ne veut pas dire qu’il y a moins de place. A l’arrière, même les grands passagers disposent d’un espace suffisant pour les jambes et la tête, et le volume de coffre de 670 litres peut être porté à 1 660 litres en rabattant le siège arrière en deux parties. La SW atteint ainsi le niveau de ses concurrents, tels que Ford et VW.
Il en va de même pour l’intérieur de la 308 SW. Le tableau de bord et la console centrale sont encadrés de plastique souple. Au total, il n’y a que six touches, c’est pourquoi la commande se fait principalement via l’écran tactile de 9,7 pouces. Seul inconvénient : si la lumière du soleil pénètre dans l’habitacle sous un angle défavorable, seules les empreintes digitales de l’utilisateur sont visibles et non les menus. Comme dans la berline, les instruments sont placés en hauteur, le volant est relativement petit. Avec une voiture de cette taille, cela peut paraître irritant à première vue, car les volants de cette taille sont généralement associés aux karts. La Peugeot 308 SW promet donc un niveau de sportivité qu’elle ne peut pas tout à fait égaler.
Cela vaut en particulier pour le Pack Sport optionnel de 450 euros, qui permet au conducteur de réduire l’assistance à la direction et d’accentuer la réponse des gaz par simple pression sur un bouton. Cependant, tout cela n’a aucun effet sur le châssis et l’accélération. Mais le nouveau moteur trois cylindres de 130 ch de la Peugeot 308 SW semble plus robuste – presque comme si un ou deux cylindres de plus étaient sous le capot. Le 1,2 litre développe sa puissance de façon homogène sur toute la plage de régime, à l’exception d’une légère faiblesse à bas régime, et ajoute même un autre scoop au sommet. Dans l’ensemble, le châssis de la Peugeot 308 SW est confortablement réglé, même les routes de campagne françaises qui ont besoin d’être réparées ne le dérangent pas. Il parade aussi bien les bosses courtes que les vagues longues. Cette souveraineté n’est pas perdue même dans les courbes. Bien que la carrosserie s’incline sensiblement, le break de 1,4 tonne sous-vire à peine, mais reste neutre et facile à contrôler.
Confortable et confiant
Avec le moteur trois cylindres de 1,2 litre, Peugeot a trouvé le moteur idéal de la 308 SW. Dans la vie de tous les jours, cette combinaison ne manque pas grand-chose.