Monospace

Dacia Dokker Stepway dCi 90 à l’essai

107Views

Dacia Dokker Stepway dCi 90 à l’essai

Dacia Dokker Stepway dCi 90 à l'essai 2

Break à toit surélevé à l’allure tout-terrain

Celui qui achète une Dacia ne veut pas dépenser beaucoup d’argent et n’a donc pas de grandes attentes en termes d’équipement et de confort, pourrait-on penser, mais les chiffres de vente de Sandero, Lodgy et Dokker donnent une image différente : plus de la moitié des acheteurs de ces modèles choisissent la version Stepway bien équipée, qui est disponible avec le diesel 90 cv que nous testons, et qui est disponible dès 14390 euros : Les commodités telles que la climatisation, le volant en cuir, le régulateur de vitesse et l’écran tactile de sept pouces en option ne sont autrement disponibles que dans le modèle spécial CelebrationDokker Stepway, uniquement optiquement avec des prêts VUS : Avec des bandes de plastique non peintes sur tout le pourtour et une protection anti-encastrement chromée mate, les branches du véhicule utilitaire sont adaptées à l’apparence robuste des VUS à la mode. Comme le Sandero Stepway, le Dokker renonce aux quatre roues motrices, mais contrairement à son petit frère, la garde au sol reste intacte, mais le Dokker pour une familiale à toit surélevé est agréable au toucher, absorbe même les fortes bosses. Le comportement routier est systématiquement conçu pour la sécurité et le ESP tient un peu de la bosse en courbe tôt ou brutale : Parce que le moteur diesel de 90 ch a tendance à tourner à contrecoeur et parce qu’il ne nécessite pas de matériau isolant, les occupants peuvent aussi l’entendre de l’intérieur, la vue tombe sur le plastique dur solide et seulement de façon sporadique, mais le fonctionnement ne laisse pas de puzzles ouverts Les points positifs du Dokker sont l’énorme espace dont il dispose, Les portes coulissantes arrière et les nombreuses étagères facilitent l’accès Tous les passagers s’assoient étonnamment confortablement et les objets en format palette Euro s’adaptent derrière les portes arrière, qui s’ouvrent jusqu’à 180 degrés – ainsi les forces classiques du Dokker ne souffrent pas de l’esthétique de sa coque