SUV

Jeep Wrangler 2.8 CRD Black Edition im Test

120Views

Jeep Wrangler 2.8 CRD Black Edition im Test

Jeep Wrangler 2.8 CRD Black Edition im Test 2

Véhicule tout-terrain débranché

Le Jeep Wrangler est plus en forme que jamais depuis la dernière mise à niveau majeure du modèle pour l’année-modèle 2012 Le détail le plus important a été la rénovation du groupe motopropulseur Avec la conversion à la norme Euro 5, les performances du Jeep Wrangler sont passées de 177 à 200 ch, ce qui se traduit par une amélioration correspondante des performances de conduite Les couples que l’électronique déclenche dépend du modèle sélectionné : Le Jeep Wrangler JK 28 CRD court à boîte manuelle se termine à 410 Newton mètres, les versions automatiques sont lancées à 460 Newton mètres La boîte à cinq rapports éprouvée de l’ancien partenaire Mercedes est toujours utilisée pour le Wrangler automatique, qui était auparavant également utilisé dans le Jeep Grand Cherokee (où il a été récemment remplacé par une automatique 8 vitesses dans le cadre du lifting 2014), La Jeep Wrangler est l’un des derniers véhicules tout-terrain sur le marché allemand à être fabriqué à partir de vieux grains et de maïs. à l’exception de la Mercedes G, qui plane dans d’autres domaines en termes de prix, seul le Land Rover Defender reste une véritable alternative au Jeep Wrangler, mais, selon la version du modèle, il maîtrise mieux l’équilibre entre un véhicule utilitaire robuste et un Daily Cruiser confortablement équipé que le BriteSurtout le BriteSurtout ce dernier qui prouve que l’édition spéciale testée est très efficace : le Jeep Wrangler Black Edition est basé sur la version haut de gamme Sahara et ne laisse rien à désirer en termes d’équipement Climatisation automatique, navigation multimédia et sellerie cuir avec chauffage des sièges font du Jeep Wrangler un compagnon confortable dans la vie quotidienne Le prix n’est bien sûr pas entièrement sans lui : 41975 euros sont nécessaires pour le Jeep Wrangler Black Edition dans la version cinq portes Unlimited Après tout : L’entretien des modèles du dernier millésime a fait de la Jeep Wrangler une voiture nettement meilleure, ce qui inclut non seulement la révision Euro 5 avec plus de puissance moteur, mais aussi quelques détails cachés. la conception technique du pare-brise était variée et plus de matériaux isolants ont été utilisés, Ce qui rend le Jeep Wrangler audiblement plus silencieux Le concept est que le toit rigide non recouvert est toujours une source de bruit actuelle à grande vitesse, mais dans l’ensemble, le niveau sonore est nettement inférieur à celui de la Jeep Wrangler JK de première génération – même à grande vitesse sur autoroute, vous n’avez pas besoin de crier au conducteur, Le moteur diesel de 200 ch fonctionne plus énergiquement que la version précédente, en particulier dans la version automatique, ce qui est particulièrement remarquable lorsque l’on accélère à l’arrêt Cependant, le conducteur est également sollicité lorsqu’il s’agit de faire des progrès rapides Le point crucial est toujours le système automatique à cinq rapports, surtout à l’état froid, Lorsque la température de fonctionnement du moteur, de la transmission et des essieux est atteinte, le 28 CRD est beaucoup plus spontané dans l’essai, mais avant tout, Si la pédale d’accélérateur s’abaisse durablement Puis la boîte de vitesses se réveille apparemment d’un état crépusculaire, se met en marche et le rapport entre la vitesse et l’accélération atteint un résultat compréhensible par rapport au style de conduite sobre Cependant, la boîte automatique à cinq rapports est inutilement impuissante à grande vitesse Beaucoup trop longtemps elle laisse le bon moteur à quatre cylindres sonner dans les tons les plus élevés, Au lieu d’utiliser un rapport plus bas, dans lequel la traction est nettement meilleure à bas régime, mais avec un couple plus élevéLe Jeep Wrangler fonctionne aussi sur la routeLe Jeep Wrangler travaille sur la routeEn raison de la robustesse de la technologie du châssis, le Jeep Wrangler a atteint un degré de maturité en utilisation routière qui est proche du optimum pour ce modèle Bien sûr, dans le test, il ne peut pas être lancé dans les courbes sans visage comme un SUV quotidien, naturellement la direction n’offre pas la même précision qu’une voiture sport
Mais si vous connaissez les deux essieux rigides et les autres véhicules équipés de ce concept de suspension, vous serez agréablement surpris que la Jeep Wrangler tire stoïquement sa piste d’essai avec un mouvement de roulement complet, les nids-de-poule de toutes catégories absorbent les essieux rigides lourds avec une indifférence qui frise l’ignorance. Rien ne grince ni ne cliquette dans le boîtier : De plus, l’ESP (qui peut être désactivée hors route) garantit la sécurité si les capacités de conduite du pilote ne correspondent pas directement au défi actuel de la circulation routière En termes de variabilité quotidienne, le Jeep Wrangler ne pose pas de marque de brillance dans le test, En général, cela vaut également pour la banquette arrière, qui devrait être montée un peu plus haut, mais les adultes peuvent toujours être rangés ici grâce à l’espace suffisant pour les jambes, Seule l’entrée par les portes arrière étroites exige une flexibilité de base, c’est pourquoi la belle-mère âgée ne devrait se voir offrir une place qu’à la deuxième rangée, Le Jeep Wrangler Unlimited est un artiste du changement rapideLe Jeep Wrangler Unlimited offre un véritable espace de rangement dans le test principalement sous la forme de la boîte de rangement centrale en deux parties et avec les deux porte-gobelets et la boîte à gants Les filets à bagages bien conçus dans les portes et la console centrale, d’autre part, remplir davantage d’une fonction alibi Le coffre du Jeep Wrangler Unlimited est plus pratique dans le test Les divisé dans le rapport 1 :2 sièges arrière rabattables et rabattables, tandis que les appuis-tête se rabattent astucieusement pour former un compartiment de chargement plat et facile à utiliser La partie arrière cache un compartiment de rangement couvert avec bac de protection amovible, Tout aussi utile pour les vêtements sales après une excursion tout-terrain que pour la trousse de premiers soins du triangle de signalisation de tous les jours – les petits accessoires de remorquage de corde – En termes de polyvalence, cependant, le Jeep Wrangler est imbattable dans le test, Quelques vis plus tard, la partie arrière du hardtop se rétracte également et laisse entrer le soleil Les portes s’accrochent tout aussi rapidement, à condition d’utiliser des outils, le pare-brise peut également être rabattu – à l’air libre comme sur le Willys Dem, la liste des options est prise en compte : Si vous commandez le Wrangler comme modèle de base, vous obtenez une version soft-top avec demi-portes et fenêtres enfichables, portes tout acier et hardtop en supplément. une option utile est cachée dans la liste de prix du Jeep Wrangler : sans supplément, il peut être équipé du 3.21 au lieu du 3.21 :Rapport 1 essieu, même avec des différentiels de 3,73 essieux plus courts Commander, c’est la charge de la remorque souvent critiquée, qui n’est que de 1000 kg sur le modèle standard Si les essieux plus courts sont montés, Jeep libère officiellement jusqu’à 2,5 tonnes (Jeep Wrangler CRD avec boîte manuelle), qui est beaucoup plus pratique Effet secondaire agréable et agréable : les essieux plus courts compensent efficacement les pneus tout-terrain plus hauts, avec le populaire Jeep Wrangler de format 33 ou même 35 avec les essieux longs devient très confortableLe Jeep Wrangler avec ses essieux longs est très confortable en condition standard Le Jeep Wrangler est déjà très compétent hors route selon sa conception Même sans relever, pneus de traction ou blocage d’essieu il s’avère être un Wühler parfait dans le test L’articulation de l’axe est excellente dans le test grâce au dessin, Même si la carrosserie de la voiture se tord facilement malgré le cadre de l’échelle La liberté abdominale sous la voiture est un peu meilleure que dans les générations précédentes et, étonnamment, même la fixation de l’ours de nez à l’avant, que la réglementation européenne de sécurité nous a donnée, n’est guère un obstacle sur les pentes raidesLe long rapport de pont prend son prix, surtout lorsque l’on roule en descente et à vitesse lente Au ralenti, le Wrangler marche un peu trop vite dans le légumes avec la automatique lors du test, le frein moteur ne fonctionne en moyenne sur des côtes à forte pente
Ce dernier, cependant, est rencontré par l’électronique : L’aide variable à la conduite en descente, qui peut être réglée à l’aide d’un levier de vitesses, fonctionne également efficacement dans les descentes extrêmement raides Dans les conditions tout-terrain, l’ESP peut être complètement désactivé, ce qui garantit une propulsion sans perturbation Le Jeep Wrangler compense l’absence de blocage des essieux dans le modèle de série par un contrôle électronique de traction très sensible, particulièrement efficace sur terrain rocheux avec beaucoup de prise de poids Il est toutefois poussé aux limites sur les autres défis dans des terrains extrêmement accidentés, boue ou sable, L’antipatinage dans l’essai a réglé les roues individuelles dures comme une pierre jusqu’à l’arrêt, rendant ainsi la puissance d’entraînement s’évaporer de manière inefficace Un autre défaut qui accompagne la Jeep Wrangler depuis un certain temps est sa traction intégrale extrêmement tendue Les arbres à cardan volumineux et creux n’absorbent pas les forces de torsion, de sorte que même sur une surface libre, mais légèrement grippée, ils sont projetés dans un coude étroit contre un mur imaginaire Un All-Wheel Drive permanent serait alors l’une des très peu de nos désirs en matière de futures améliorations de la roue libre