Concept

Tesla Gigafactory à Shanghai

95Views

Tesla Gigafactory à Shanghai

Tesla Gigafactory à Shanghai 2

La construction progresse à un rythme rapide

En mai 2018, la filiale chinoise de Tesla a été fondée par Elon Musk, qui a signé un accord avec le gouvernement régional de Shanghai en juillet 2018 pour la construction d’une troisième usine Gigafactory, la première de ces usines étant actuellement en construction par Tesla dans l’état américain du Nevada, A Gigafactory 2 dans l’état de New York, la filiale de Tesla SolarCity fabrique des systèmes solaires, et Gigafactory Europe est bien sûr prévue pour l’Europe, l’Allemagne est actuellement le site préféré, la première pierre a été posée à Shanghai le 7 janvier 2019, les travaux de construction sont réalisés par une entreprise chinoise publique : Comme on peut le voir sur une photo Twitter de l’utilisateur Vincent, les fondations sont déjà terminées, de nombreux piliers sont déjà en place et certaines des structures de base des plafonds de la salle sont déjà suspendues et certains ont même des toits Tesla fans rave sur Twitter que la production pourrait démarrer à Shanghai dès le mois de mai. même le patron Tesla Elon Musk, qui est autrement ne fait pas des économies avec les annonces, les pas sur les freins et Twitters retour, La Gigafactory chinoise est située sur un site de 86,5 hectares que Tesla loue depuis 50 ans et dont le contrat de cession du terrain est également réglementé, que les travaux de construction doivent être achevés au bout de 30 mois – soit mi 2021 Les bâtiments en surface ne doivent pas dépasser 30 mètres comme le Gigafactory 1 au Nevada, qui est actuellement en construction, Dans un premier temps, le modèle 3 et le nouveau modèle Y sortiront de la chaîne de production, soit un total de 2 500 000 unités par an, puis le site pourra produire jusqu’à un demi-million de véhicules par an, mais les voitures et les batteries associées seront ensuite produites dans la Gigafactory 3 Shanghai ne constitue pas un nouvel emplacement pour Tesla : Les Américains y exploitent déjà un centre de recherche et développement.