Voiture ancienne

BMW Série 5 (F10) Rapport de conduite

122Views

BMW Série 5 (F10) Rapport de conduite

BMW Série 5 (F10) Rapport de conduite 2

Comment conduit la limousine d’affaires

Dans sa sixième génération, la BMW Série 5 veut combiner l’agilité de la BMW Série 3 avec le confort de la BMW Série 7 Est-ce suffisant pour en faire la berline d’affaires numéro un ? Un reportage de conduiteVous connaissez Michel de Lönneberga, ces vauriens suédois qui ennuient son environnement avec des farces, mais qui finissent toujours par devenir un citoyen honorable ? Alors que le livre pour enfants d’Astrid Lindgren a ouvert la voie aux Steppkes anarchistes, Chris Bangle, directeur du design de BMW, a fait irruption dans le monde des limousines en 2003 avec son No Problem, La technologie est déjà sur la route depuis l’automne de l’année dernière dans la GT (BMW Série 5 GT en essai individuel), mais la berline classique et élégante a pris ses distances au moins aussi véhémentes avec son concept multifonctionnel, auquel il faut s’habituer, comme avec son prédécesseur très cool, et qui devrait offrir un mélange des BMW Série 3 et Série 7, et qui cache ses 4,90 mètres (le châssis est passé à 2,97 mètres) en dissimulant les perles connues, Concepts de radiateurs et d’éclairages D’une part, les concepteurs de radiateurs et d’éclairages, concentrés d’autre part, comme le postule le chef concepteur van Hooydonk, “Les amateurs de tuners devaient autrefois fournir leur propre look de projecteur maléfique, Les instruments “Black Panel”, dont certains sont animés numériquement, correspondent à des ferrures simplifiées de la BMW Série 7 et donc à l’ensemble de la série GT. Le support de ferrure positionné horizontalement avec les commandes qui y sont placées peut s’orienter un peu plus fortement vers le conducteur, soutenu par des bandes décoratives légèrement incurvées en bois plaqué brillant avec cadres en argent, coutures décoratives précises : La finition répond aux exigences du segment intermédiaire supérieur, tout comme les sièges confortables compatibles avec la carrosserie, la sensation d’espace aérien et le département d’infotainment, qui n’offre Internet qu’avec un accès lent aux bords, mais un accès rapide à la navigation et à la musique. la nouvelle boîte automatique à huit rapports à côté de l’i-Drive commande déjà la nouvelle co-production avec ZF, qui permet de faire tourner la roue, en quelque sorte, en réduisant les passages, en élargissant la génératrice, et en réduisant la friction, En fonction du modèle, la BMW Série 5 est donc à court d’un modèle avec alternateur régulé en fonction de la demande, récupération de l’énergie de freinage, stores de radiateur mobiles pour réduire la traînée (valeur cW) : 0.28) ainsi qu’une direction assistée purement électrique Même un hybride circule déjà, enrichissant le Salon de l’automobile de Genève en tant qu’étude au printemps pour démarrer la production en série début 2012 Avant cela, les versions Touring (automne 2010) et 4×4 x-Drive (fin 2010) seront au programmeLes lignes courbes et un look techno cool au lieu d’un bon salon Seulement grâce au lifting, la cinquième génération a eu le loisir de faire un léger lissage et voir là : Au cours de sa construction, la BMW Série 5 (désignation interne E60) est passée de l’effroi du traditionnaliste à un type à succès compatible avec la masse, laissant le successeur (désignation interne F10) dans son sillage au format Maxi. au troisième trimestre également, le premier moteur à quatre cylindres vibre. 520d est non seulement la seule BMW Série 5 à avoir un système start-stop (standard, seulement disponible avec transmission manuelle), mais est aussi la seule qui tunnel la barrière Euro 40000 avec élan : Le diesel de deux litres, dont la puissance est passée à 184 ch et le couple à 380 Nm, promet une consommation standard de cinq litres aux 100 kilomètres malgré la propulsion standard, mais le surfage du couple avec élimination simultanée des oxydes d’azote a tendance à se faire avec la 530d puissante et commande le catalyseur à accumulation NOx pour 1190 euros : Si vous préférez l’injection dans la tubulure d’admission, la BMW Série 5 vous laissera à l’abri de l’humidité, car les chambres de combustion y sont livrées exclusivement directement, par exemple dans la BMW 535i : Alors que le vin mousseux chatouille encore lorsque son prédécesseur biturbo a été élu moteur de l’année, la combinaison d’injection directe, de suralimentation et de Valvetronic de BMW allume l’étape suivante Au lieu de charger le registre, un seul turbocompresseur avec deux conduites d’alimentation séparées est conçu pour améliorer le comportement de réponse En outre, les valves réglables en fonction de la course permettent d’introduire le mélange dans les chambres de combustion en rendant inutile le papillon
En fait, les trois litres poussent musculeusement avec 400 Newton mètres à partir de 1200min, ronronnent mélodiquement et rugissent si ardemment au sommet qu’on pardonne la réponse légèrement retardée et le kernel dans les registres supérieurs, qui passe d’un confort presque moelleux à une dynamique typique de la marque par simple pression d’un bouton, sans s’échapper dans le flou ou la dureté. dirige avec précision, ressort et amortit avec compétence, surtout lorsque toutes les options de suspension sont à bord : Les stabilisateurs actifs et les amortisseurs adaptatifs, reliés par un bus de données Flexray rapide, coopèrent avec le châssis en aluminium et la direction active des roues arrière, le tout sous la protection d’un écran d’assistance, qui est soumis à un supplément de prix, composé d’un système d’avertissement de changement de voie et de sortie, un régulateur de vitesse avec fonction stop-and-go, un système de vision de nuit et un phare adaptatif avec assistant phare. Sans oublier diverses caméras, notamment une vue aérienne, un affichage tête haute et une détection de la circulation. Inutile, cela semble plus compliqué qu’il n’y paraît, après une courte période d’adaptation, la charge technologique concentrée peut être maîtrisée sans aucun problème Enfin, BMW ne veut pas décevoir ses clients très fidèles Selon ses propres déclarations, BMW ne veut pas décevoir.