Voiture ancienne

Paul Pietsch Classic 2013

216Views

Paul Pietsch Classic 2013

Paul Pietsch Classic 2013 2

Les remontées mécaniques sur la piste d’essai

Le Paul Pietsch Classic mène en 1 jour à un lieu historique : La piste d’essai non officielle du pilote Paul Pietsch Les vestiges du premier téléski du monde se trouvent également à proximité immédiateL’étape spéciale 4 (WP4) du premier jour du Paul Pietsch Classic porte le nom “Autostadt” – “Autostadt” – “Autostadt” – “la ville des automobiles”. Piste d’essai Paul Pietsch Entre Hammereisenbach et Schwärzenbach, le pilote automobile avait l’habitude de conduire ses nouvelles voitures et de faire des essais, mais à l’époque le trafic dans la Forêt Noire n’était pas aussi intense qu’il l’est actuellement et Paul Pietsch a fait passer des essais non officiels au Gasthaus Schneckenhof à Schollach-Eisenbach, La traversée de but au WP4 de cette année Avec l’auberge et l’un de ses aubergistes, cependant, il a un but spécialRobert Winterhalder, restaurateur et propriétaire de l’élevage d’escargots, a eu environ 1900 nombreux clients du spa qui sont venus à lui en raison de problèmes respiratoires et l’anémie Les forêts ont garanti un air frais, La Forêt Noire étant également très attrayante en hiver, les hôtes voulaient naturellement s’adonner à des activités sportives : le ski et la luge sont idéaux dans la neige, si ce n’était de l’intense ascension de la piste, Winterhalder y a trouvé une solution : Déjà dans son moulin, il avait un problème similaire : le transport du grain jusqu’au moulin et le transport de retour de la farine devaient être effectués soit par l’homme, soit par des chariots tirés par des animaux, mais le moulin offrait aussi la puissance motrice quand il n’était pas broyé – les meilleures conditions pour l’invention du téléski, Ce principe s’applique aux remontées mécaniques : les amateurs de sports d’hiver s’accrochent à des bâtons munis de poignées fixées à des câbles d’acier, l’aubergiste conçoit également un dispositif d’attelage pour les traîneaux, afin que les conducteurs puissent couvrir confortablement les 32 mètres de dénivelé et, deux ans après la mise en service en 1906, la construction est finalement brevetée : Bien que des foules de personnes soient parfois venues pour essayer les remontées mécaniques, personne n’a été trouvé qui voulait utiliser et acheter le brevet sur d’autres pistes, et à cause du déclenchement de la Première Guerre mondiale, le système a été fermé et finalement démantelé parce que le métal pour les équipements de guerre a été fondu, La société autrichienne Doppelmayr du Vorarlberg a repris le brevet et est devenue l’un des leaders mondiaux du marché des remontées mécaniques et des téléphériques.