Voiture ancienne

Pietsch Classic 2017

12Views

Pietsch Classic 2017

Pietsch Classic 2017 2

Permettez-moi, Wilhelm von Durbach.

Fidèle à la tradition, Motor Klassik organise une campagne de lecteurs pour les fans de Facebook lors de la Paul Pietsch Classic : Si vous postulez avec un commentaire sur Facebook, vous aurez peut-être la chance de gagner un tour dans le bus Mercedes-Benz O 319. 6 fans ont eu de la chance et ont pu monter le deuxième jour du Pietsch Classic dans le car de luxe “Wilhelm” – aussi connu sous le nom de Willi – avec une machine à café et un réfrigérateur, Le propriétaire du bus et de l’hôtel Ritter à Durbach, sur la routeTorsten Krause et sa mère Rita sont de fidèles fans d’Ortenau Ils sont en vacances à Durbach depuis 17 ans, toujours dans le même appartement de vacances Les Krauses de Braunschweig ont vu l’appel pour la campagne de lecture de Motor Klassik sur Facebook et décidé à brève échéance de participer : “Ce n’était pas la première fois qu’ils étaient assis dans un bus Mercedes-Benz O 319, parce qu’il y a un an, on les conduisait à leur appartement de vacances à WilliAutomotive enthusiastes ne sont pas nécessairement les Krause : “En même temps, les vacanciers de Braunschweig espèrent avoir fait l’expérience d’un trajet agréable et surprenant à l’arrivée, au cours duquel un peu de sueur peut aussi couler tranquillement pendant les étapes, qui est monté dans sa voiture tôt le samedi matin et a conduit de Cologne à Offenburg Il s’est abonné à la chaîne Facebook de Motor Klassik et a ainsi pris connaissance de la campagne des lecteurs Avec un bref engagement envers les vieux véhicules et son groupe sanguin B+ (essence, facteur oldie positif), il a réussi à faire son chemin dans le groupe sélectionné Der Zeitsoldat, qui travaille dans le département technique d’une base aérienne, est abonné à Youngtimer, le magazine de la maison de presse Motor Presse. Il lit l’édition imprimée de Motor KlassikAutos sind seine große Leidenschaft aussi régulièrement qu’un fan de Volvo, il se considère certainement techniquement versé, car il aime avant tout les technologies anciennes : “C’est tout simplement plus excitant !“ Hobbiesiefken-Feldmann a également montré qu’il s’intéressait à l’ancienne technologie dans les forces armées allemandes : il a renoncé à un nouveau chariot moderne pour son travail et a opté pour un modèle MAN vieux de 40 ans, qu’il apprécie tous les jours : “Plus la technologie est ancienne, plus l’accès est émotionnel” Cependant, il faut être là avec sa tête pour en tirer le meilleur parti et s’amuser au maximum… Jusqu’à présent, le passionné de moto n’a presque rien à voir avec les rallyes, il attend un groupe sympa dans le bus pendant la campagne de lecture, de bonnes conversations et une belle journée sur la scène Goldstadt : Père et fils Tous les deux sont chez eux dans la région d’Offenburg et ont découvert la campagne des lecteurs sur Facebook Avec la référence de Daniel Braun à sa plaque en H et à la page Facebook de sa Camaro de 1968, il était en tête du peloton et a finalement obtenu le contrat. père et fils ne voulaient en fait que voir la ligne d’arrivée au Paul Pietsch Classic, mais maintenant ils passent eux-mêmes à l’arrivée : “C’est dans la nature de l’homme de s’y intéresser” Il a lui-même été contaminé par l’enthousiasme de la voiture sur la piste de karting lorsqu’il a conduit pendant un temps limité et couru une course Albert Braun qui possédait une coccinelle VW de 1962, qui avait 34 chevaux et un toit ouvrant rabattable, employé par Duravit, une entreprise sur le site de laquelle une spéciale Pietsch Classic avait lieu le vendredi : “Les voitures d’aujourd’hui sont trop épuisantes pour moi, je préfère avoir de vieilles voitures” Sa Camaro de 68 le prouve : Braun lit régulièrement Motor Klassik et Youngtimer Quand il achète, il s’inspire de la disposition sur le rayon des magazines, car il achète des rallyes “quand elle tient sur la couverture” il a déjà lui-même conduit des rallyes, au Paul Pietsch Classic 2012 il était co-driver The two Brauns connaissent la région, mais sont heureux de s’y retrouver et attendent avec plaisir après un drive bien rempli
Monika Herz a été la première à entendre cette phrase lors d’une conversation Son mari a participé à la Paul Pietsch Classic et a attiré son attention sur la campagne des lecteurs, puis elle a décidé de se lancer et de poster un discours de motivation plein d’esprit avec la comparaison Mille Miglia de Baden, puis elle s’en est allée et a reçu une promesse : “Parce que nous ne voulons pas divorcer “Mme Herz est une conductrice charmante et a déjà accompli des rallyes comme le Bodensee Klassik avec son mari, mais elle préfère s’asseoir sur le siège du conducteur et a remarqué à plusieurs reprises avec son mari que la répartition des rôles n’est pas toujours une raison pour être heureuse dans le poste de pilotage : Sa Jaguar C-Type s’est retirée avec une boîte de vitesses endommagée. Il a donc opté pour une Citroën DS de l’Hôtel Ritter et a déclaré : “Maintenant, c’est comme conduire sur le canapé”.