Voiture de sport

Audi R8 V10 plus 5.2 FSI dans Supertest

10Views

Audi R8 V10 plus 5.2 FSI dans Supertest

Audi R8 V10 plus 5.2 FSI dans Supertest 2

Avec puissance et vitesse plus

Avec des changements de conception modérés, un moteur à dix cylindres légèrement plus puissant et – Attention ! – La voiture de sport haut de gamme R8 d’Audi prend une nouvelle position avec sa nouvelle boîte de vitesses à double embrayage – six ans après ses débuts sensationnels, Man doit célébrer les célébrations comme ils tombent Si le proverbe est vrai, alors nous avons tout fait correctement : Rétrospectivement, c’était une fête scintillante, et le nouveau canon sportif Audi V10 Plus était un partenaire idéal Mais la date convenue n’était pas exactement idéale au début – une piste de course bordée de neige, des banquets blancs et des températures autour de zéro Une danse autour du Nordschleife, qui vous a donné une douche froide – mais dans la meilleure des compagnies : Dans le même temps, les quelque 70 participants à la séance d’entraînement sport auto perfection ont vu la même chose de sportif en cette première semaine d’avril et ont ébloui la question de savoir si les pneus sport ayant besoin de chaleur s’accordaient avec l’asphalte froid du Nürburgring, après des essais prudents, comme si les bandes vertes étaient vraiment vertes et si les rayons solaires traversant le ciel étaient très chauds, ils se sont montrés optimisme ou fatal selon leur humeur – selon le thème : Si non maintenant, quand alors ?Que signifie sous-optimal ici ? Une super voiture de sport comme la V10 Plus à traction intégrale permanente, un conducteur à la tête froide et un jeu de pneus sport qui peut difficilement courir le risque d’un effondrement précoce de la chaleur dans le climat scandinave du Haut-Eifel,La bande d’asphalte de 6 kilomètres de long de la Nordschleife est apparue après d’importantes réparations sur différents tronçons de la piste en bon état d’entretien, c’est pourquoi, à y regarder de plus près, il n’y avait aucune raison de penser que la Audi R8 de tête entretenue par le modèle avait à souffrir dans des conditions pires que ses prédécesseurs et concurrents dans les essais avant Et pourtant la question figure sur la liste déroulante : Pourquoi la R8 V10 Plus de la série Nordschleife, qui développe aujourd’hui 550 ch, n’est-elle pas plus rapide que son prédécesseur dans le Supertest de septembre 2009 – malgré 25 ch de puissance en plus et la nouvelle transmission à double embrayage à sept rapports “plus rapide” ?Au vu du temps au tour mesuré de 745 minutes pour l’Audi R8 V10 Plus, il n’y a rien de grave à reprocher à l’Audi R8 V10 Plus, mais soyons honnêtes : quelques secondes de moins sur la montre auraient suffi à rendre le progrès encore plus convaincant : par exemple, les mots de louanges doivent compenser ce que la combinaison homme-machine ne pouvait réaliser dans les circonstances données.Mais comme aucune augmentation significative n’a pu être réalisée à Hockenheim non plus (dans des conditions presque optimales, donc fraîches et simplement gris asphalte) – ici l’Audi R8 V10 Plus réalise un temps au tour supérieur de trois dixièmes de seconde – la conclusion préliminaire suivante se présente : Le talent sportif de l’athlète de haut niveau Audi a été consolidé à un haut niveau en raison des pneus sport presque identiques – Pirelli P Zero Corsa R02 (prédécesseur : R01) dans les tailles 23535 ZR19 et 30530 ZR19 – ce serait toutefois aussi une sorcellerie si l’Audi R8 V10 Plus coupé sport, soigneusement modifiée sur le plan optique mais toujours en compétition en termes d’équilibre aérodynamique, avait été capable d’établir un plus grand delta entre elle et son ancêtre techniquement qualifié, l’Audi R8 V10 R-Tronic : Contrairement aux messages publicitaires, le nouveau modèle n’est en effet pas devenu plus léger : avec 1665 kilos, réservoirs pleins de 90 litres compris, il surpasse de cinq kilos le candidat Supert 2009, grâce à la nouvelle boîte à double embrayage S-Tronic, qui pèse environ 20 kilos de plus que l’ancien R-Tronic, malgré une utilisation accrue du carbone, ce qui explique la hausse du poids de la Audi R8 V10 Plus : L’avantage du nouveau miracle technologique de l’Audi R8 V10 Plus réside principalement dans les manières nettement plus aiguiséesSans essayer de condamner la transmission séquentielle R-Tronic détachée dans toute sa splendeur (parce qu’elle n’est pas aussi mauvaise qu’on l’a signalé quand elle est utilisée correctement), la nouvelle transmission sept vitesses de l’Audi R8 V10 Plus, qui vient avec une vitesse de plus, démontre une toute nouvelle qualité : aucune attaque non souhaitée plus rapide lorsque l’accélérateur est mal géré
L’Audi R8 V10 Plus offre maintenant des changements de vitesse en douceur de l’ordre de la milliseconde, sans qu’il soit nécessaire de reculer involontairement sur la pente ou de hocher la tête de l’équipage de deux personnes, c’est du passé, Avec les palettes de changement de vitesses directement sur le volant, le pilote de l’Audi R8, comme ses collègues de l’Audi R8 LMS, est mis dans l’excellente position de pouvoir utiliser un clavier parfait avec les deux mains sur le volant, ce qui, en plus de son but réel, révèle un composant musicalLa chaleur, Le large spectre sonore de l’Audi R8 V10 Plus s’étend d’un silence réservé pour les zones de 30 km/h à une sonorité dure, mais chaleureuse en ce qui concerne la saucisse Les adjectifs qui viennent à l’esprit au son de cet aspirateur rapide de 5,2 litres, particulièrement à proximité de son compte-tours, sont les suivants stimulant, excitant, grandiose, séduisant, ou pour le dire autrement : Dans l’Audi R8 V10 Plus, un ensemble musical inspirant de deux cylindres à cinq cylindres joue sur l’Audi R8 V10 Plus Dans le trafic interurbain urbain et modéré, le S-Tronic de l’Audi R8 V10 Plus offre de préférence son mode automatique offert alternativement Il offre des points de changement de vitesse bien placés et des transitions en douceur et en douceur lors des changements de vitesse Avec cette insatisfaction, Avec la nonchalance que la super voiture de sport Audi R8 V10 Plus a montré jusqu’à présent, en particulier en mode automatique, c’est enfin fini avec la pleine puissance demandée Même une trace de trop de gaz dans le cerveau électronique de l’électronique du S-Tronic a entraîné une conduite frénétique On se demande : Faut-il vraiment toujours passer deux rapports ou plus à la fois pour documenter la suprématie du moteur de 550 ch ? Si l’aiguille du compte-tours se trouve également juste avant 4500 min, c’est-à-dire là où le grand vide de l’Audi R8 V10 Plus commence à se comporter presque comme un moteur turbo classique, le spectacle devient presque offensif, surtout en mode sport, Tous ensemble, les manœuvres nerveuses de la démarche et les lignes aiguisées de la pédale d’accélérateur donnent un rythme effréné qui, dans son évidence, ne correspond pas tout à fait au caractère de cette souveraine La conduite drastique de l’Audi R8 V10 Plus, accompagnée de l’acoustique du circuit, semble un peu déplacée dans la vie quotidienne Mais à quoi bon se plaindre ? Outre le septième et dernier étage de boîte de vitesses, qui est rarement perçu comme praticable en raison de son rapport de boîte extra-long et de la réduction correspondante du régime moteur, la nouvelle boîte de vitesses de l’Audi R8 V10 Plus parvient à faire ressortir les excellentes caractéristiques du V10 de 5,2 litres de manière remarquable : L’Audi R8 V10 Plus coupé sport, drapée de lames latérales, de fendeurs avant et d’un diffuseur carbone, est également par excellence dans le quotidien des affaires, Le frein en céramique de l’Audi R8 V10 Plus indique également que ce sont de véritables gènes de la course, comme en témoignent les bruits de frottement du frein en céramique de l’Audi R8 V10 Plus, qui se font sentir ici et là dans l’environnement de l’Audi R8 V10 Plus Ce n’est pas pour rien que l’Audi Coupé avec sa finition étincelante et propre partage 53 % de sa substance avec la version de course R8 LMS Une véritable voiture de sport routière en même temps qu’il n’y a eu aucune amélioration sur son prédécesseur, Bien que la maniabilité ait sensiblement gagné en maniabilité Elle se situe comme la planche proverbiale et a une excellente traction grâce à sa conception Avec une légère tendance au sous-virage, elle montre normalement la limite Avec une amorce de courbe appropriée (et des pneus chauds), il est également possible de la faire dériver de manière constructive sur les quatre roues
La R8 peut être manœuvrée avec une extrême précision, notamment parce qu’elle ne montre que des mouvements mineurs du corps Les commandes de direction sont exécutées une à une, mais avec des mouvements de direction relativement importants Les forces de maintien sont également assez élevées 16,9 s. Les commandes de direction sont exécutées une à une, mais avec des mouvements de direction relativement importants : La nouvelle boîte de vitesses à double embrayage accentue parfaitement les systèmes du moteur 10 cylindres de 550 ch. Avec le Launch Control facile à utiliser, des sprints spectaculaires sont possibles dès le poignet, pour ainsi dire. Avec 3,8 secondes à 100 km/h, il manque de peu les spécifications d’usine (3,5 s) Le frein fonctionne avec fiabilité et toujours le point de pression exact233 kg : En raison de travaux de réparation, la soufflerie n’était pas disponible pendant la période d’essai Selon Audi, les changements optiques ont eu une influence marginale sur l’aérodynamique par rapport au prédécesseur. 1,40 g de l’Audi R8 V10 mesurée dans le numéro 92009 sont utilisés pour cette évaluation : Formellement, la R8 V10 plus est équipée du même pneu sport optimisé pour l’adhérence sur sol sec que son prédécesseur : Pirelli P Zero Corsa Ils ne diffèrent que par leur identifiant : précédemment R01, maintenant R02 Avec une accélération latérale maximale de 1,4 g, on se réjouirait d’un meilleur soutien latéral dans les sièges Le soutien avec les genoux sur les inlays en carbone dur (poignée de porte et cadre d’instruments) provoque des contusions Les traverses latérales sur les sièges relativement courts sont trop faibles : Par rapport au modèle de base de 525 ch de 2009, les modifications apportées à la géométrie de l’essieu et au réglage des ressorts et des amortisseurs ont eu un effet : la stabilité de conduite s’est nettement améliorée dans le slalom rapide, ce qui se traduit par une augmentation de 5 km/h, la tendance de base de la sensibilité au changement de charge étant maintenue à 150 km/h : des petites faiblesses apparaissent lors du test de fuite : Alors que le véhicule à traction intégrale suit exactement la ligne donnée sous charge constante, il réagit de manière insultante aux fortes variations de charge : La manœuvre de contre-braquage en cas de survirage soudain est très complexe en raison de la direction relativement indirecte : l’Audi R8 vita, encore jeune, s’accompagne de dizaines de victoires internationales sur route et les versions de course partagent 53 % de leur substance – plus de voitures de sport ne sont en fait pas possibles Et pourtant la nouvelle R8 V10 plus road racer ne va pas vraiment à la limite, malgré sa parfaite disposition technique du point de vue course : Il veut rester une voiture de sport pour la route, pas une voiture de course armée jusqu’aux dents et réglée sans compromis aux limites de la dynamique de conduite : Le client veut un coup de pied occasionnel sur le circuit. C’est ainsi qu’il l’obtient, durablement et avec force.