Voiture de sport

Wendland-Audi TTS Roadster 2.0 TFSI en test

18Views

Wendland-Audi TTS Roadster 2.0 TFSI en test

Wendland-Audi TTS Roadster 2.0 TFSI en test 2

Tout ce que vous devez savoir sur le Roadstar

Avec 116,1 minutes sur le petit parcours, le coupé de série était déjà tout à fait convaincant Le roadster tuning de 310 ch, équipé DSG du spécialiste Audi Wendland de Rangendingen avec 114,9 minutes est toujours au top – pneus sport et ressorts grâce au gaz, Personne ne s’énerve en maudissant ou en agitant le poing et la police n’est pas en vue non plus, donc tout est clair sur l’Andrea Doria. vu la voix puissante du Wendland-Audi TTS Roadster, cela aurait pu être très différent “Who fired that shot”, demanda mon fils après un changement de vitesse sous charge et en arrivant au point : Le spectacle sonore que le roadster tuning équipé de la DSG brûle aux palettes du volant pendant le train n’est vraiment pas de mauvais parents et recèle autant de désir et de frustration : à la première rencontre, tous les poils du cou se lèvent en même temps, pendant la croisière tranquille sur un terrain scénique ou dans les vieux passages urbains, le coup du moteur turbo deux litres qui rappelle une salve de coups de feu se manifeste un peu trop vite comme un coupable, qu’en Souabe, le Bayer, qui a été renforcé à 310 ch grâce à un Motronic optimisé dans toutes les plages de régime sur le banc d’essai et un réglage de la pression de suralimentation (plus 0,3 bar), de l’allumage et de l’injection à 310 ch, est si plein de souffle est un tuyau de descente avec un chat sportif, qui se passe sans silencieux avant abaissant de 30 mm. Mais ce qui est à mettre en cause : Cela est d’autant plus vrai que l’apparition de la TTS, fortement armée à Rangendingen, est restée au niveau de la production : Wendland fait aussi peu d’expérimentation dans ce domaine que dans celui de l’architecture d’intérieur Le fait que les constructeurs emploient des équipes de design et des ingénieurs aérodynamiciens de haut niveau qui font un travail de première classe est reconnu par Porsche, Audi, Siège et VW des tuners spécialisés envieux d’Ergo, le biplace ouvert à côté du système d’échappement déjà mentionné a été seulement au moyen d’un abaissement de 30 millimètres et 19 pouces de large, des roues peintes en noir, augmenté en taille des choses, qui sont plus utiles à la fonction que l’apparence extérieure Le système de freinage est resté malgré la performance accrue d’au moins 38 ch également en standard De ces valeurs de ralentissement, cela ne dérange guère, bien que le tempérament de préhension des disques de 349 mm à l’avant et de 310 mm à l’arrière du système de freinage, après le dixième freinage à fond à partir de la vitesse sur route, diminue quelque peu lorsque la charge change, le survirage est réduit à seulement 10 au lieu de 10,5 ms2 à l’état froid,2 ms2 détruits La forte pression sur la pédale nécessaire dès le départ rend cependant l’accoutumance un peu plus difficile qu’avec la voiture de série : dans le Wendland TTS, le slalom est un peu plus difficile qu’avec la voiture de série ; dans la voie de 180 mètres de long, le biplace, doté d’une direction très directe, passe du léger sous charge au survirage soudain lors des changements de charge, Même si les changements de direction ne se succèdent pas régulièrement et brièvement l’un après l’autre, le véhicule à quatre roues motrices blanc-noir se montre de son côté conciliant nonchalant. 2,6 kilomètres de petit parcours à Hockenheim, le Wendland TTS ne pouvait être dérangé par rien : Pas de virage autour de l’axe vertical, pas de sous-virage notoire, pas de tentative soudaine de sortir de l’arrière respectable n’a obscurci le tumulte rapide des virages de 310 ch du Roadster Wendland TTS. Le résultat final est que le roadster exemplaire de tuning a réalisé un temps fabuleux de 114 tours,Ce n’est qu’à l’essai d’accélération que le turbo de 310 ch a dû tenir compte des conditions météorologiques défavorables de son point de vue, que le turbo de 310 ch a dû être testé, D’un autre côté, en comparant les valeurs Ela, on remarque que le Wendland Roadster semble avoir un peu plus de bas en bas que le coupé de série en haut, mais il est un peu à bout de souffle.
Le départ de 80 à 180 km/h en sixième vitesse du TTS Coupé se fait en 20,7 secondes, tandis que le Wendland Cabriolet prend 22 secondes dans le même exercice. Cinq degrés de différence dans la température extérieure seule ne peuvent guère en être la cause.